Publicité

Rostand, Racine, Musset, Molière : vos cinq tirades préférées au théâtre

Par
Françoise Christophe, Daniel Sorano et Jean Topart dans "Cyrano de Bergerac", 25 décembre 1960
Françoise Christophe, Daniel Sorano et Jean Topart dans "Cyrano de Bergerac", 25 décembre 1960
© AFP - Philippe Bataillon / Ina

Nous vous avons demandé sur les réseaux sociaux quelle tirade ou quel monologue de théâtre vous faisait vibrer l'âme. Voici les résultats du sondage : entre "Cyrano de Bergerac", "On ne badine pas avec l'amour", et "Phèdre", votre cœur balance.

Cyrano, Phèdre, On ne badine pas avec l'amour, Le Misanthrope, Antigone... Les grandes tirades ou les grands monologues de théâtre qui vous emportent l'âme sont principalement extraits de ces pièces. C'est ce qu'il ressort des résultats du sondage que nous avons lancé sur les réseaux sociaux le 19 juin, à l'approche du festival d'Avignon.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

1. "Non, merci !" : Cyrano de Bergerac, de Rostand

L'important Comte de Guiche a proposé à Cyrano de Bergerac, connu pour son irrévérence et son nez imposant, de devenir son poète officiel. Les amis du mousquetaire, comme Le Bret, l'encouragent à accepter cette occasion inespérée de faire fortune et de devenir célèbre. Mais c'est sans compter sur le caractère de feu et l'appétence de liberté de Cyrano, qui ne corromprait son "panache" pour rien au monde. Et c'est ce qui vous plaît tant dans cette très fameuse tirade extraite du Cyrano de Bergerac d'Edmond Rostand (Acte II, scène 8), pièce représentée pour la première fois le 28 décembre 1897 au Théâtre de la Porte-Saint-Martin, à Paris. Elle a remporté la majorité de vos palmes sur les réseaux sociaux :

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Et que faudrait-il faire ?                                                                                                                  
Chercher un protecteur puissant, prendre un patron,                                                                                                                  
Et comme un lierre obscur qui circonvient un tronc                                                                                                                  
Et s’en fait un tuteur en lui léchant l’écorce,                                                                                                                  
Grimper par ruse au lieu de s’élever par force ?                                                                                                                  
Non, merci. Dédier, comme tous ils le font,                                                                                                                  
Des vers aux financiers ? Se changer en bouffon                                                                                                                  
Dans l’espoir vil de voir, aux lèvres d’un ministre,                                                                                                                  
Naître un sourire, enfin, qui ne soit pas sinistre ?                                                                                                                  
Non, merci. Déjeuner, chaque jour, d’un crapaud ?                                                                                                                  
Avoir un ventre usé par la marche ? Une peau                                                                                                                  
Qui plus vite, à l’endroit des genoux, devient sale ?                                                                                                                  
Exécuter des tours de souplesse dorsale ?…                                                                                                                  
Non, merci. [...]

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

A RÉÉCOUTER. "Le panache n'est qu'une grâce qui s'ajoute à la grandeur, mais il ne suffit pas d'en avoir pour être un homme héroïque", nous dit Edmond Rostand. En juin 2018, l'émission "Les Chemins de la connaissance" s'interrogeait sur les qualités du héros en s'attardant sur le cas Cyrano.

2. "Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue" : Phèdre, de Racine

L'amour, l'amour toujours ! Racine a si bien décrit les symptômes amoureux dans son Phèdre, qu'il arrive deuxième dans ce sondage. Et ce d'autant plus qu'il s'agit ici d'un amour coupable et torturé, puisque c'est celui que nourrit la fille de Minos et de Pasiphaé à l'égard de son beau-fils, Hippolyte, fils de Thésée, le roi d'Athènes. Dans cette tirade de l'acte I, scène 3, elle en fait l’aveu "monstrueux" à sa nourrice et confidente, Oenone. La musique des alexandrins de Racine n'est sans doute pas étrangère à la notoriété de cette tirade extraite de la dernière tragédie de Racine, créée à Paris en 1677 :

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue ;                                                                                                              
Un trouble s'éleva dans mon âme éperdue ;                                                                                                              
Mes yeux ne voyaient plus, je ne pouvais parler ;                                                                                                              
Je sentis tout mon corps et transir et brûler ;                                                                                                              
Je reconnus Vénus et ses feux redoutables,                                                                                                              
D'un sang qu'elle poursuit, tourments inévitables.                                                                                                              
Par des vœux assidus je crus les détourner :                                                                                                              
Je lui bâtis un temple, et pris soin de l'orner ;                                                                                                              
De victimes moi-même à toute heure entourée,                                                                                                              
Je cherchais dans leurs flancs ma raison égarée :                                                                                                              
D'un incurable amour remèdes impuissants !                                                                                                              
En vain sur les autels ma main brûlait l'encens :                                                                                                              
Quand ma bouche implorait le nom de la déesse,                                                                                                              
J'adorais Hippolyte ; et, le voyant sans cesse,                                                                                                              
Même au pied des autels que je faisais fumer,                                                                                                              
J'offrais tout à ce dieu que je n'osais nommer.                                                                                                              
Je l'évitais partout. Ô comble de misère ! [...]

A RÉÉCOUTER. Vous avez été quelques-uns à convoquer deux autres pièces de Racine : Andromaque, et Bérénice ("Que le jour recommence et que le jour finisse / Sans que jamais Titus puisse voir Bérénice"). Pièces où la notion d'aveu joue aussi son rôle dramatique. Si cette "obstétrique de l'aveu" chez le grand dramaturge vous intéresse, vous pouvez écouter le philosophe belge Henri Van Lier qui en parlait sur France Culture en août 1989 :

Une histoire langagière de la littérature : Racine et l'obstétrique de l'aveu, 15/08/1989

29 min

ET AUSSI. Grâce aux archives, vous pouvez également redécouvrir cette adaptation radiophonique de Phèdre, diffusée dans "Théâtre et compagnie" en mai 2016.

3. "Adieu Camille, retourne à ton couvent" : "On ne badine pas avec l'amour", de Musset

Camille et Perdican, 18 et 21 ans, sont cousins, et amoureux. Après dix ans de séparation, ils se retrouvent au château du Baron, le père de Perdican, qui a pour projet de les marier. Mais Camille, qui a été élevée au couvent par des religieuses très strictes qui l'encourageaient à n'avoir confiance ni dans les hommes ni dans l'amour, lui résiste. Elle dit souhaiter renoncer au monde pour entrer définitivement au couvent. Dans cette scène, la cinquième de l'acte II, Perdican met violemment en cause l'éducation religieuse et se fait le chantre de la passion amoureuse, qui transcende les bassesses humaines. Et comme il s'agit là aussi d'amour, cette tirade vous emballe particulièrement :

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Adieu, Camille, retourne à ton couvent, et lorsqu’on te fera de ces récits hideux qui t’ont empoisonnée, réponds ce que je vais te dire : Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, hypocrites, orgueilleux et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n’est qu’un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange ; mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c’est l’union de deux de ces êtres si imparfaits et si affreux. On est souvent trompé en amour, souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière, et on se dit : J’ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois, mais j’ai aimé. C’est moi qui ai vécu, et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui. [...]

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

A RÉÉCOUTER. "Chez Musset, le cœur est saignant, blessé, et c'est de cette plaie que le poète et dramaturge tire son génie et sa puissance créatrice", analysait Adèle Van Reeth dans "Les Chemins de la philosophie" en juin 2017. Dans cette émission intitulée "Musset, on ne badine pas avec le cœur", elle recevait le spécialiste du romantisme Sylvain Ledda pour parler du "prince phosphore du cœur volant" - la périphrase est de Caroline Jaubert.

4. "C'est un roc !… C'est un pic !… C'est un cap !" La tirade du nez, bien sûr, dans "Cyrano de Bergerac" toujours

Décidément, on retrouve le vieil ami Cyrano dans pas mal de vos réponses, que vous évoquiez la scène du balcon ("Mais oui, c'est adorable. On se devine à peine. Vous voyez la noirceur d'un long manteau qui traîne, J'aperçois la blancheur d'une robe d'été"), la tirade où le héros de Rostand définit ce qu'est un baiser ("mais à tout prendre, qu'est-ce ?") ou la scène poignante de sa mort ("Quelque chose que sans un pli, sans une tache,/ J'emporte malgré vous..."). Mais la deuxième tirade que vous plébiscitez dans cette pièce reste bien sûr la fameuse et truculente tirade du nez. Un exercice rhétorique et stylistique de haute voltige, où le mousquetaire répond à un freluquet qui l'a insulté sur la taille de son nez.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Ah ! non ! c’est un peu court, jeune homme !                                                            
On pouvait dire… Oh ! Dieu ! … bien des choses en somme…                                                            
En variant le ton, – par exemple, tenez :                                                            
Agressif : « Moi, monsieur, si j’avais un tel nez,                                                            
Il faudrait sur-le-champ que je me l’amputasse ! »                                                            
Amical : « Mais il doit tremper dans votre tasse                                                            
Pour boire, faites-vous fabriquer un hanap ! »                                                            
Descriptif : « C’est un roc ! … c’est un pic ! … c’est un cap !                                                            
Que dis-je, c’est un cap ? … C’est une péninsule ! »                                                            
Curieux : « De quoi sert cette oblongue capsule ?                                                            
D’écritoire, monsieur, ou de boîte à ciseaux ? »                                                            
Gracieux : « Aimez-vous à ce point les oiseaux                                                            
Que paternellement vous vous préoccupâtes                                                            
De tendre ce perchoir à leurs petites pattes ? [...]

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

A RÉÉCOUTER. Allez, on vous fait ce cadeau... délectez-vous de ce "Une vie, une oeuvre" dédié à Edmond Rostand, qui avait été diffusé sur France Culture en mai 2005 :

Edmond Rostand, Une vie, une oeuvre, 08/05/2005

59 min

5. "Non, elle est générale, et je hais tous les hommes" La tirade d'Alceste dans "Le Misanthrope" de Molière

Si Jean-Baptiste Poquelin avait été absent de ce sondage, nous nous serions inquiétés ! La tirade que vous avez été quelques-uns à choisir est extraite du Misanthrope (créé en 1666) et intervient au début de la pièce ; dès la scène 1 du premier acte, posant le personnage. Et cette diatribe d'Alceste, qui voue l'humanité aux gémonies et qui a l'hypocrisie sociale en horreur, n'est pas sans rappeler celle des "Non, merci" de Cyrano. Ou comment exprimer la colère dans une forme très maîtrisée :

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Non, elle est générale, et je hais tous les hommes :                                                  
Les uns, parce qu’ils sont méchants, et malfaisants ;                                                  
Et les autres, pour être aux méchants, complaisants,                                                  
Et n’avoir pas, pour eux, ces haines vigoureuses                                                  
Que doit donner le vice aux âmes vertueuses.                                                  
De cette complaisance, on voit l’injuste excès,                                                  
Pour le franc scélérat avec qui j’ai procès ;                                                  
Au travers de son masque, on voit à plein le traître,                                                  
Partout, il est connu pour tout ce qu’il peut être ;                                                  
Et ses roulements d’yeux, et son ton radouci,                                                  
N’imposent qu’à des gens qui ne sont point d’ici.                                                  
On sait que ce pied plat, digne qu’on le confonde,                                                  
Par de sales emplois, s’est poussé dans le monde :                                                  
Et, que, par eux, son sort, de splendeur revêtu,                                                  
Fait gronder le mérite, et rougir la vertu. [...]

A RÉÉCOUTER. "Le Misanthrope, chef d'oeuvre de Molière, ne raille pas avec le dos de la cuillère, et n'épargne personne, ni la vieille rombière, ni le mondain pédant, ni les fausses prières", commentait Raphaël Enthoven dans son émission "Le Gai savoir", en juin 2014.