Publicité

Saturne, roman du deuil

Par
CC0 Domaine public
CC0 Domaine public

Sarah Chiche dresse un portrait romancé de son père mort lors de la guerre d’Algérie. Enquête familiale qui reprend les thématiques de la transmission générationnelle, de la mélancolie et du deuil, présents dans son roman Les Enténébrés (2019).

En 1977, Alors âgée de 15 mois, Sarah Chiche perd son père de 34 ans pendant la guerre d’Algérie. Avec son frère, il devait hériter d’un empire de cliniques privées ouvertes en France par une famille de médecins ayant quitté l’Algérie après l’indépendance. L’autrice décide de revenir sur les traces paternelles suite à une rencontre en 2019. 

Dans une première partie, le roman décrit l’enfance heureuse de son père Harry et de son frère Armand dans l’Algérie des années cinquante. Sarah Chiche aborde la colonisation et le rôle des médecins dans l’éradication du paludisme à la fin du 19e siècle. L’histoire de son grand-père Joseph et de sa grand-mère Louise est le point central du récit familial. Médecin, il achète une clinique à Alger et commence à bâtir un empire qui devient prospère avec l’aide des banquiers. Le gouvernement de l’époque favorise le privé au détriment de l’hôpital public. Leurs deux enfants ont des destins opposés. Armand réussit en tant que médecin alors que Harry vit la nuit, joue au casino et rencontre Eve qui devient sa femme. Rejetée par la famille en raison de ses origines sociales, elle tombe enceinte et donne naissance à la narratrice en 1975. Le couple est un mélange d’amour et de haine et les tensions ne font que se renforcer avec l’arrivée du bébé. Harry meurt d’une leucémie, laissant derrière lui une famille endeuillée.

Publicité

La deuxième partie débute en mai 2002, après le décès de la grand-mère paternelle. L'héritage est alors au coeur des dissensions dans la famille. La narratrice âgée de 27 ans, sombre dans la dépression et dans les délires psychologiques. Face aux non-dits, aux silences et aux tabous, elle entame une période d’introspection. Elle cherche alors à guérir de ses traumatismes et tente de se reconstruire. 

Le fait de n’avoir pas croisé un père vivant ou mort, crée les conditions d’un rapport étrange au monde. Sarah Chiche

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Retrouvez notre dossier " Effractions 2021" sur notre webmagazine Balises 

Rencontre enregistrée en février 2021

Avec : Sarah Chiche, écrivaine

Baptiste Liger, journaliste littéraire

Par les temps qui courent
44 min