Publicité

Sida : un cas de rémission en France unique au monde

Par

Ce cas exceptionnel est une énigme. Le virus ne se multiplie plus dans l'organisme d'une jeune femme infectée à sa naissance et qui ne suit plus de traitement depuis 12 ans. De quoi espérer, même si les médecins et associations restent très prudents.

La nouvelle a fait le tour du monde en quelques minutes ce lundi soir, depuis Vancouver et la 8ème Conférence de la Société Internationale sur le Sida (IAS). Des chercheurs de l'institut Pasteur, de l'Inserm et l’Assistance publique des Hôpitaux de Paris ont expliqué comment cette femme tout juste majeure et infectée par sa mère présente aujourd'hui des bilans sanguins sans charges virales. Comme si le virus s'était endormi chez cette patiente séropositive qui n'a pas développé de sida. Écoutez les explications de Lise Verbeke, dans le journal de 12h30 d'Aurélie Kieffer :

Cette annonce intervient alors que le Secrétaire général de l'ONU a déclaré il y a quelques jours que "Nous allons vers une génération sans sida" et que l'objectif de se débarrasser de l'épidémie d'ici à 2030 est désormais "ambitieux, mais réaliste". Ban Ki-moon s'appuyait sur le dernier rapport de l'Onusida, qui révèle notamment que les nouvelles infections ont chuté de plus d'un tiers (35,5%) dans le monde depuis 2000. Il a toutefois bien rappelé que la maladie n'était pas éradiquée.

Publicité

Dans une tribune pour "Le Plus", le président d'Élus locaux contre le sida, Jean-Luc Romero, envisage cette génération sans Sida en 2030, mais à condition d'y mettre l'argent.

"Elle n'est pas guérie !"

Interrogé par Bruno Rougier, de France Info, Jean-François Delfraissy, le directeur de l'Agence Nationale de recherche sur le Sida, souligne qu'"on est là dans l’exceptionnel qui nous passionne, car s’il y a de l’exceptionnel, il y a un mécanisme qu’on peut mettre en évidence. Mais ça ne répond pas au problème de santé publique". Et d'ajouter, "Vous êtes séropositif, vous devez être traité le plus vite possible et poursuivre votre traitement." :

Sur son site, l'association Aides insiste également, en rouge et en majuscules : "Rémission n'est PAS GUÉRISON". Précisant, au sujet de ce cas "rare, voire unique, et inexplicable à l'heure actuelle", que le virus est dormant dans son organisme, qu'il n'est pas actif, qu'il ne se réplique pas. Il faut donc comprendre que le virus est toujours bel et bien là mais inactif".

La chronologie des 35 ans du sida
La chronologie des 35 ans du sida