Publicité

Slovénie : le Premier ministre Janez Janša marche-t-il dans les pas de Viktor Orbán ?

Par
Le Premier ministre slovène Janez Jansa (à droite) et son homologue hongrois Viktor Orban signant, en 2012, un accord transfrontalier à Ljubljana.
Le Premier ministre slovène Janez Jansa (à droite) et son homologue hongrois Viktor Orban signant, en 2012, un accord transfrontalier à Ljubljana.
© AFP - Jure Makovec

Janez Janša, le nouveau chef du gouvernement slovène, est très proche du Premier ministre hongrois. Comme Orbán, il déteste la critique, en particulier quand elle vient des journalistes. Et comme Orbán, il fait peur, jusqu'au Parlement européen.

Depuis le mois de mars, la tension est palpable en Slovénie. À peine arrivé au pouvoir, le nouveau Premier ministre, omniprésent du fait de la crise sanitaire, ne manque pas un occasion d'éreinter les journalistes, qu'il mettrait volontiers à sa botte.

À la rédaction de la télévision publique RTVSLO, qui a signalé l'augmentation des salaires des ministres, Janez Janša répond par un tweet incendiaire :

Publicité

Vous êtes trop nombreux et vous êtes trop payés !

Le chef du gouvernement slovène s'en prend aussi au quotidien DeloLe Travail, ancien journal de l'ère Tito –, qui a osé relater un contentieux entre le président de l'UEFA et lui. _"_Delo a la même attitude envers la vérité depuis un siècle", dit-il, en épinglant à ses tweets la mention "#fakenews".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Une pratique qui n'est pas sans rappeler celle d'un de ses modèles en matière de communication : Donald Trump, dont la femme, Melanija Knavs, née à Novo Mesto, est… slovène.

L'autre modèle de Janez Janša est Viktor Orbán. Le nouveau chef du gouvernement slovène n'est pas seulement son voisin, Janša est très proche de son homologue hongrois. Comme lui, il n'a pas toujours été franchement à droite. Comme lui, il n'a pas toujours été populiste et anti-migrants.

Virage à droite

À la chute du communisme yougoslave, il crée en 1991 le Parti démocratique slovène (SDS), de centre-droit. Une formation qui le porte au pouvoir, puisque Janez Janša devient ministre de la Défense entre 1991 et 1994, puis Premier ministre entre 2004 et 2008 et de nouveau en 2012.

Mais en 2013, c'est la chute : Janša est condamné à de la prison ferme pour corruption. Sa condamnation sera annulée, mais sa ligne politique s'en trouvera radicalement changée. 

En 2020, il revient au pouvoir avec une droite très décomplexée. Mais son parti, le SDS, n'est pas majoritaire, et doit composer avec des partis modérés, des démocrates-chrétiens aux sociaux-libéraux. Pour y parvenir, le Premier ministre slovène compte sur sa forte personnalité et sur sa longue expérience. Comme Viktor Orbán. Car dès sa campagne électorale, Janez Janša, a pris le parti de faire peur aux Slovènes, notamment en brandissant le risque migratoire, pour mieux les rassurer ensuite.

Ce qui inquiète au plus haut point le Parti populaire européen (PPE), à Strasbourg, préoccupé par un soutien slovène au Fidesz, le parti populiste d'Orbán, et par les dérives autoritaires à Ljubjana.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.