Publicité

Suis-je une « beauté numérique » ?

3746263113_edcf73a273_z.png
3746263113_edcf73a273_z.png

Dans la construction de la beauté, l'artifice a pris une place centrale (maquillage, transformation corporelle, tatouage...). L’identité numérique est l’artifice ultime, celui où chacun peut individualiser à l’extrême son apparence. Pour le sociologue de la beauté, Georges Vigarello, l'histoire de la beauté est « une lente conquête, une lente découverte de territoires et d’objets » qui sont valorisés. Le soin de son image en ligne serait la dernière étape de cette « lente conquête ». Certaines personnes sont réellement plus belles que d'autres numériquement. Leurs atouts en ligne sont réellement plus séduisants, leur avatar plus soigné, leur CV digital plus esthétique ou leur profil Tinder plus valorisant. Sur Internet, en dehors de l’image point de salut. La culture numérique est très largement dominée par une culture visuelle. Entre conception aseptisée de la beauté et contestation esthétique : qu'est-ce qui est beau sur Internet ?

# Suis-je une « beauté numérique » ?

undefined

0 min

Pour aller plus loin...

Publicité

Usbek et Rica n°14, « Faut-il trafiquer son corps ». Vient de paraître en kiosque.

Vigarello Georges, Histoire de la beauté. Le corps et l’art d’embellir de la Renaissance à nos jours , Paris, Seuil, 2004

Fourmentraux Jean-Paul, Art et Internet. Les nouvelles figures de la création , CNRS éditions, 2005

Bonhomme Stello, Talon-Hugon Carole, « Esthétique des jeux vidéo », Nouvelle revue d’esthétique 1/ 2013 (n° 11)

Spitz Marc*, Twee: The gentle revolution in Music, Books, Television, Fashion and Film* .

**En partenariat avec **

usbek4.png
usbek4.png