Publicité

Sur les réseaux sociaux, le débat politique est bien plus complexe qu'avant

Par
Donald Trump et Joe Biden vont-ils débattre de nouveau le 22 octobre 2020 ?
Donald Trump et Joe Biden vont-ils débattre de nouveau le 22 octobre 2020 ?
© AFP - JIM WATSON, SAUL LOEB

#USA2020. Les deux candidats à la présidentielle, Joe Biden et Donald Trump, ont débattu à distance par meeting interposés la semaine dernière. Les réseaux sociaux débordent de messages anti-Trump, anti-Biden, etc. Le débat est-il encore possible dans la plus grande démocratie du monde ?

Après un premier débat proche de la cacophonie, Donald Trump et Joe Biden ne se sont pas affrontés lors du deuxième débat prévu le 15 octobre, Donald Trump refusant de participer à un débat virtuel. Chacun a alors participé à un meeting et a en quelque sorte affronté son adversaire par meetings interposés.
Mais dans la nuit du 22 au 23 octobre, un autre débat télévisé est prévu. 

Journal de 7 h
12 min

Cette campagne américaine est tellement hors norme que nous donnons la parole chaque semaine à un expert qui décrypte l'actualité politique américaine sur les réseaux sociaux : John Villasenor, directeur de l'Institut de Technologie, Loi et Politique à UCLA (Université de Californie à Los Angeles), professeur et expert à la Brookings Institution.

Publicité
John Villasenor, expert à la Brookings Institution, professeur à UCLA
John Villasenor, expert à la Brookings Institution, professeur à UCLA
- John Villasenor

Débattre, en général, est-il devenu plus difficile qu'il y a quatre ans ? 

Je ne pense pas que ce soit plus difficile, disons que c'est plus complexe. Même par rapport à il y a quatre ans, les outils technologiques et les contenus sur les réseaux sociaux sont plus sophistiqués, et donc évidemment cela a un impact sur le débat public. 

La seule cause est-elle technique ? 

D'un côté, la technologie sélectionne et donne plus de portée aux contenus. Mais en même temps, l'une des conséquences de cette technologie, c'est que les différentes informations sont davantage conservées qu'avant et donc cela peut influencer ce que l'on écrit ou que l'on dit sur les réseaux sociaux. On prend conscience que cela reste et que cela a un impact sur la manière dont les gens interagissent avec les technologies. 

Est-ce également parce que le pays est totalement coupé en deux ? 

Il est vrai que c'est une société très polarisée, et les réseaux sociaux sont le lieu où la voix de quelqu'un peut être amplifiée donc oui, c'est l'une des causes. Les réseaux sociaux permettent aux gens de vivre dans leurs propres bulles, et de publier leurs contenus. Ils ont beaucoup plus accès aux personnes qui voient le monde tels qu'ils le voient eux-mêmes, on "like" et on a de la voix. Cela complique bien sûr le débat public. 

Les réseaux sociaux rendent-ils difficile aujourd'hui de sauver la démocratie ? 

J'espère que nous allons sauver la démocratie ! Je pense qu'il y a certainement de quoi s'inquiéter mais ce ne serait pas juste de rejeter la faute sur les réseaux sociaux. Je pense qu'il y a d'autres facteurs, et les réseaux ne sont que l'un de ces facteurs. 

Par exemple, quand les deux candidats à la présidentielle se sont "affrontés" la semaine dernière par meetings interposés, comment les réseaux ont-ils réagi ? 

La vaste majorité des habitants dans le pays, et donc sur les réseaux sociaux, savent pour qui ils veulent voter. La base de Trump vote pour Trump, les démocrates votent pour Biden. Les réseaux leur permettent juste de porter leur voix. 

Quand ils voient le candidat qu'ils soutiennent, ils approuvent ce qu'il dit. 

Ce n'est pas inquiétant que ce soit aussi binaire ? 

La division du pays est extrêmement inquiétante. Mais c'est quelque chose que l'on retrouve sur les réseaux sociaux, pas quelque chose qui est causé par les réseaux sociaux. Mais c'est très inquiétant oui, parce que cette forte polarisation est très présente. 

Peut-on dire que le débat public et politique est mort aux Etats-Unis ? 

Non, je ne le pense pas, il est très vivant au contraire, je pense qu'il est devenu très corrosif. Une partie de ce débat, je vous l'accorde n'est pas très constructif, et il est violent. Mais il est aussi important de reconnaître que le débat est toujours là. Par exemple, sur l'économie, il existe un vrai débat, de vraies propositions, de vraies idées qui sont débattues par exemple sur la nécessité d'un plan d'aide à la suite du coronavirus. 

Il semble difficile d'identifier pourquoi le débat est moins présente qu'auparavant... Donald Trump ? Les réseaux sociaux ? Le coronavirus ? 

Il serait faux d'accuser la crise du coronavirus comme étant la cause de ce débat si difficile aujourd'hui. D'accord, on ne peut plus se rassembler, les politiques ne peuvent plus organiser de grands meetings, mais nous étions déjà sur ce chemin avant le virus. Les quatre dernières années ont été le théâtre d'une scission du pays sur de nombreux sujets. Tous ces facteurs sont responsables, mais il n'y a pas une seule raison. 

Mais par exemple, quand on voit les médias traditionnels se positionner politiquement, pas seulement dans leurs éditoriaux, mais dans tous leur contenus, CNN, le New York Times, Fox News, le Washington Post, etc. Auparavant, ils prenaient partie pour l'un ou l'autre des candidats mais pas aussi tôt et pas de manière aussi uniforme...

Auparavant, il y a toujours eu une tradition qui voulait que le comité éditorial d'un journal prenne position, soutienne un candidat, ou un projet de loi. Il est vrai que cette année, il y a une vraie partialité dans les médias traditionnels. Le média tout entier prend position. On en revient toujours à la polarisation de toute la société qui existe de manière très évidente depuis la dernière présidentielle il y a quatre ans. C'est à mon avis le futur des médias traditionnels : prendre position de manière plus franche. La présidence Trump a durci les divisions, y compris dans les médias, et je pense que c'est le cas aussi pour les journalistes de  ces médias. Il est très difficile aujourd'hui dans notre société de ne pas prendre position !

ALLER PLUS LOIN  :