Publicité

Sur les réseaux sociaux : les impôts de Donald Trump vont-ils influencer la présidentielle américaine ?

Par
Le New-York Times sort une enquête exclusive sur les impôts de D.Trump : peut-elle changer le cours de la présidentielle ?
Le New-York Times sort une enquête exclusive sur les impôts de D.Trump : peut-elle changer le cours de la présidentielle ?
© AFP - JOSHUA ROBERTS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA

#USA2020. Le New York Times a publié ce dimanche soir une enquête explosive et très fouillée sur les impôts sur le revenu de Donald Trump. Où l'on apprend qu'il n'aurait payé que 750 dollars d'impôts en 2016 et 2017, déclaré des millions de dollars de dettes et qu'il n'est pas si milliardaire qu'il le dit.

Les deux candidats à la présidentielle américaine, Donald Trump et Joe Biden, s'affrontent ce mardi soir lors de leur premier débat. Ce débat est organisé alors que dimanche soir, le New York Times a publié une enquête très fournie sur les impôts de Donald Trump. Le Président américain aurait payé seulement 750 dollars d'impôts sur le revenu en 2016, année de son élection, et en 2017. 

Selon le quotidien, Donald Trump est endetté à hauteur de plus de 300 millions de dollars, et est soupçonné de conflits d'intérêts à travers ses sociétés, dont il est resté le patron malgré son élection à la plus haute fonction de l'Etat. 

Publicité

Cette campagne américaine est tellement hors norme que nous donnons la parole chaque semaine à un expert qui décrypte l'actualité politique américaine sur les réseaux sociaux : John Villasenor, directeur de l'Institut de Technologie, Loi et Politique à UCLA (Université de Californie à Los Angeles), professeur et expert à la Brookings Institution.

John Villasenor, professeur à UCLA et expert à la Brookings Institution
John Villasenor, professeur à UCLA et expert à la Brookings Institution
- John Villasenor

Les réseaux sociaux ont-ils tout de suite saisi l'ampleur des informations sorties dans le New York Times ? 

Il y a évidemment eu tout de suite beaucoup d'activité sur les réseaux sociaux dès dimanche soir. Mais nous retrouvons face à deux côtés bien tranchés : d'un côté, ceux qui disent que c'est une "fake news" et de l'autre, ceux qui affirme que Donald Trump a toujours quelque chose à cacher.  

Et puis Donald Trump a très vite tweeté : 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Cela a forcément entrainé des réactions, et galvanisé ses troupes. 

Ce sont des "fake news" mais le New York Times dit qu'il possède tous les documents nécessaires pour prouver qu'il ne s'agit pas de fausses informations...

Oui, mais dans le camp Trump on dit que le New York Times ment et qu'il n'a pas les documents. Ou bien encore que ce ne sont pas les vrais documents. Puis dans une conférence de presse, Donald Trump a affirmé lui-même que tout était inventé.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Pensez-vous que ces révélations peuvent avoir un véritable impact sur l'élection ? 

Je pense que cela ne va que conforter les idées que les gens ont déjà. Ceux qui sont opposés à Donald Trump voteront Biden, les pro-Trump voteront Trump. Très peu d'informations peuvent pousser les supporters de Trump à changer d'opinion. Rappelez-vous en 2016 quand la vidéo d'Access Hollywood était sortie, juste avant l'élection. Dans cette vidéo où Donald Trump se vantait de commettre des actes odieux envers les femmes. Eh bien, cela ne l'a pas empêché d'être élu ! 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

A cette époque, on aurait pu croire que cela aurait pu persuader par exemple les femmes de ne pas voter pour lui. Et finalement, il a eu le vote de femmes. Et à l'époque, les fausses vidéos, les deep fake n'existaient pas ! Il n'a même pas pu dire que c'était des "fake news", il a reconnu ses propos en disant que c'était des "conversations de vestiaires", et cela n'a pas du tout gêné son élection. 

A vous écouter, c'est comme s'il n'y avait plus de débat aux Etats-Unis, juste deux flux parallèles d'informations. Et ce serait dû aux réseaux sociaux... 

C'est vrai qu'une large majorité de l'électorat a déjà son idée et ne va pas être influencée par une information comme celle-là. Mais la question essentielle est : quelle proportion d'électeurs n'est vraiment pas sûre pour l'instant ? Ce n'est pas clair. Mais pour ces gens, oui, ce type d'informations  peut faire la différence. 

Les réseaux sociaux sont un contributeur essentiel dans cette situation, car ils ont en grande partie créé ces bulles où vous ne partagez des informations qu'avec les gens qui pensent comme vous. Et à cause de ça, vous avez ces deux sphères qui voient le monde, appréhendent le monde à travers des visions très opposées. Et les réseaux sociaux malheureusement amplifient cette séparation. 

Ce qui est intéressant c'est que le New York Times dit que dans les semaines à venir, il va sortir encore des informations au sujet des impôts de Donald Trump. Ce sera intéressant de voir ce qu'ils vont sortir et si cela change quelque chose. Mais franchement, pour l'instant, les choses sont assez binaires.