Publicité

Sur nos deux oreilles #13 - Dans la grotte, à l'oreille

Par

**[Chronique de l'émission du 12 décembre] ** Ce qui est bien avec le grand web sauvage, l’internet à plis et replis, c’est que des documents refont surface sans qu’on sache vraiment pourquoi ou comment, venus du fond des archives du fond des réseaux. Par la grâce d’un hasard algorithmique ou amical, on le retrouve sous nos yeux.C’est ce qui nous est arrivé avec un extrait du Bulletin de la société préhistorique française daté de 1988 intitulé : « La dimension sonore des grottes ornées » (envoyé par le toujours passionnant Thomas Guillaud-Bataille, inventeur des Surgissantes)On nous y raconte comment des chercheurs ont eu l’intuition d’une corrélation entre les peintures dans les grottes préhistoriques et une dimension sonore. Partant de l’idée qu’il n’y a pas de « rituel qui ne soit aussi sonore », la question a été posée : et si les peintures sur les murs étaient couplées à du son ?

Dans la grotte du Portel
Dans la grotte du Portel
© Radio France

« On peut penser que les tribus qui ont habité les grottes à peintures que nous connaissons ont récité et chanté (et vraisemblablement dansé) lors de processions et de rituels dans ces grottes », écrivaient Iegor Reznikoff et Michel Dauvois, qui signaient cette étude.La méthode de recherche est particulièrement intéressante, c’est une méthode basée sur l’écoute. Les chercheurs ont établi une carte de résonance, une carte sonore des grottes qu’ils ont étudiées. Et ils l’ont établie à la voix.Les résultats étaient clairs : les bons lieux sonores sont des emplacements d’images et les meilleurs lieux sonores sont toujours marqués picturalement. Les chercheurs racontaient même qu’en évoluant à l’aveugle dans la grotte, en ne se fiant qu’à leur oreille, qu’à leur écoute, ils avaient trouvé ou retrouvé des éléments graphiques sur les parois, y compris des éléments très basiques.De là les chercheurs concluaient qu’il y avait dans les grottes préhistoriques, autant un patrimoine graphique et visible qu’un patrimoine invisible et sonore, à préserver des transformations et modifications physiques.Et tout ça, seulement à l’aide de l’oreille et de la voix…

Publicité

Retrouvez la chronique "Sur nos deux oreilles" dans L'Atelier du son, chaque vendredi entre 23h et minuit sur France Culture.