Publicité

Sur YouTube, des vulgarisateurs face caméra

Par
DirtyBiology explique l'évolution à l'aide des Pokemons.
DirtyBiology explique l'évolution à l'aide des Pokemons.
- Léo Grasset

Qu'ils parlent de sciences, de cinéma, d'art ou d'histoire, tous cherchent à proposer des vidéos à la fois didactiques et amusantes. Qui sont ces "youtubers", ou plutôt "vidéastes", qui créent un contenu pédagogique de qualité ?

Ils ont beau être loin derrière les têtes d’affiches humoristiques que sont Norman ou Cyprien (respectivement plus de 7 et 8 millions d'abonnés), les youtubeurs didactiques n'en affichent pas moins un nombre d'abonnés impressionnant au compteur. Dans la plus pure tradition "youtubesque", ces vidéastes, comme ils préfèrent qu'on les appelle, se mettent en scène face caméra et ont à cœur de de faire passer, entre deux saillies humoristiques ou des références à la pop culture, un message pédagogique. Une formule dont le succès ne se dément pas : les plus regardés d'entre eux parviennent ainsi à vivre de leur talent, malgré le flou juridique qui encadre encore cette profession en devenir. Mais peut-on se fier à la qualité de leurs interventions ? Réponse en compagnie de professionnels du genre, à travers un petit tour d'horizon de ces vidéastes.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Avec plus de 500 000 abonnés, François Theurel, ou Le Fossoyeur de Films est très nettement en tête des vidéastes français se consacrant au cinéma. En 2012, il est l'un des premiers à lancer ce genre de chaîne thématique, avec le souhait de créer les chroniques qu’il a “envie de voir en tant que spectateur”, un “mix entre pédagogie et divertissement”.

Publicité

Je suis arrivé à un moment où il y avait un désir d’autres choses, pas forcément de vidéos de chats ou bien de vidéos de gens qui parlent de leur quotidien dans leur chambre, filmés en fish-eye. C’était un peu un saut de foi, parce que les gens n’étaient pas habitués aux contenus longs. Les premiers commentaires c’était : “C’est bien mais c’est long, raccourcis !” Et je ne l’ai pas fait, je voulais adapter le format à mon propos et pas l’inverse.

Ce que François Theurel veut, c’est avant tout “faire des chroniques sérieuses avec un personnage décalé”. D’où le Fossoyeur de films, son alter-ego armé d’une pelle tout droit sortie de “l’imaginaire du cinéma de genre des années 50-60, ce qu’on pourrait imaginer comme étant un film de Ed Wood, un peu "cheap" et un peu ambiancé , avec un univers sombre”. A travers ce personnage fictif, le vidéaste, à la base diplômé en sociologie et non pas en cinéma, souhaite “proposer des pistes d’analyses et ouvrir à la discussion” :

Le Fossoyeur : proposer des pistes d'analyse

2 min

Je trouve qu’Internet dessine une nouvelle cinéphilie”, estime à ce sujet le critique cinématographique Xavier Leherpeur. S’il trouve les vidéos d’une autre vidéaste, Ginger Force, hilarantes, il se dit en revanche à la fois "intéressé et frustré" par celles du Fossoyeur de films, justement parce qu’elles proposent des pistes d’analyse sans les explorer jusqu'au bout. “Il bosse vachement bien, mais il est plus dans la théorie et la sémiologie du cinéma” :

Les Vidéastes de cinéma

3 min

Retrouvez d'autre vidéastes de cinéma :

Ou de séries :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Conformément au nom de sa chaîne, Dave Sheik propose de brèves vidéos historiques, habillées à l'aide de petits bonhommes-bâtons, réminiscences de ses "gribouillis" dessinés en marge de ses notes lorsqu'il était étudiant. A l'origine technicien médical, ce passionné d'histoire cherche à éviter les sentiers battus : "La plupart des gens veulent parler de choses dont on parle déjà en cours, comme l’histoire européenne, l’Antiquité, du début du Moyen Âge jusqu’au début du XXème siècle... ce que traitent déjà les autres vidéastes historiques. Je veux explorer des pistes qu’on ne voit pas souvent, comme l’histoire asiatique, l’histoire africaine ou l’histoire de l'Amérique du sud. Je parle rarement de sujets que je connais bien à la base."

Pour se documenter, son processus est rodé : il commence par écouter des podcasts et des conférences sur le sujet qui l'intéresse, puis parcourt les moteurs de recherche académiques comme Persée ou Google Scholar, avant de se rendre en bibliothèque si ses recherches le nécessitent. En s'inspirant de ce qu'ont mis en place les youtubeurs scientifiques, Dave, Nota Bene et d'autres ont également créé "un groupe Facebook privé constitué d'historiens, d'universitaires, d'autres vidéastes historiques, où on peut demander des informations, faire relire nos scripts et être sûrs qu'on dit le moins de bêtises possibles, précise Dave. L'histoire, ça n'est absolument pas objectif, ça peut fluctuer d'une source à l'autre, donc on a préféré ajouter un maximum de personnes compétentes."

Il y a un langage assez simple, assez jeune, ils surjouent même un peu dans le côté attractif, estime Guillaume Mazeau, maître de conférences en histoire moderne à Université Paris-1 Panthéon Sorbonne, qui se dit assez convaincu par ce format. Mais derrière l' apparence de modernité, on remarque de vieux attraits : le pittoresque, les anecdotes, etc. Ça m’a intéressé de voir que ça mélangeait des choses à la fois très nouvelles et un peu plus traditionnelles. Et ça n’empêche pas qu’on fasse de la bonne histoire à partir de ça. Parfois sur ces vlogs, il y a de véritables pépites" :

Les vidéastes d'Histoire

2 min

Retrouvez d'autres vidéastes d'histoire :

Ecoutez l'émission de La Fabrique de l'Histoire consacrée à l'Histoire en vidéo, avec Manon Bril de "C'est une autre Histoire".

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Avec des vidéos qui affichent entre 150 000 et 500 000 vues, Léo Grasset, alias Dirty Biology, fait partie de ces vidéastes de science qui se sont imposés sur Youtube. Biologiste spécialisé en écologie de l'évolution, ses vidéos s'envolent après que E-Penser, un autre vidéaste de sciences, le recommande. "C'est un petit milieu, on finit par tous se connaitre, précise Léo Grasset. La plupart des gens qui font des vidéos de science sur le net viennent d'un milieu scientifique, et ils récupèrent tous leurs automatismes de leur ancien milieu professionnel, comme de citer les sources, de s'auto-critiquer, etc. C'est même parfois un peu trop académique, tant on est formaté par le milieu." Conformément à cet esprit, la plateforme d'entraide scientifique VidéoSciences fédère les acteurs de la vulgarisation scientifique : "C_'est aussi une tentative de mettre en place du "peer reviewing"_ (ndlr : examen par les pairs) dans les vidéos. Les gens envoient le script à une communauté qui va relire et donner des conseils sur leur validité scientifique". D'autant que les internautes qui consomment ces vidéos ne sont pas que des néophytes et sont prompts à repérer les éventuelles erreurs : "Ça met la pression parce que j'ai un public souvent très cultivé, notamment en sciences humaines. Ce n'est pas ma formation et il m'arrive de parler d'Histoire : par exemple j'ai récemment fait un documentaire sur les origines de la richesse entre deux pays, où j'ai discuté un peu du déterminisme environnemental et de ses limites. Dans les commentaires des gens ont écrit des pavés sur la façon dont on pense le déterminisme environnemental en histoire. "

Vled et Mendax, la marionnette.
Vled et Mendax, la marionnette.
- La Tronche en Biais

"On a une communauté de gens étonnamment compétents, qui nous aident dans les commentaires, confirme Mendax, de La Tronche en Biais. Il y a des chercheurs, des doctorants, des gens férus en sciences, philosophie, médecine... Un public qui par certains aspect est bien plus savant que nous". Docteur en biologie dans la vie et marionnette dans ses vidéos, il a créé, avec son compère Vled , un format qui s'intéresse à la méthodologie scientifique et l'esprit critique :

Mendax sur l'esprit critique

1 min

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Particulièrement en sciences, les contenus rencontrent un franc succès auprès du corps enseignant : "C'est une ressource nouvelle comme une autre, au professeur de l'englober dans son cours, estime Julien Cabioch, enseignant en SVT et Fondateur de "Vive les SVT". C'est l'accroche qui compte, si c'est un youtubeur tant mieux, dans 10 ans ce sera sans doute autre chose. Quand l'élève est intéressé, il y a déjà une partie du chemin qui est faite : c'est attractif, c'est efficace. J'ai d'ailleurs régulièrement des élèves qui me demandent si je connais telle ou telle chaîne de vidéos."

Retrouvez d'autres vidéastes de science :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Plus confidentielle que ses collègues vidéastes, Nart, ou Natacha, tente de proposer un format moins associé à l'image que les gens se font des "youtubeurs" : "Il y a vraiment un socle de références communes et on a parfois l'impression que c'est un microcosme qui ne parle qu'à lui-même... Un peu comme l'art finalement. Je me suis dit que je voulais éviter de faire un format associé à Youtube, avec sans arrêt des références à la pop culture qui sortent parfois un peu de nulle part. Il y a une espèce de diktat de l'humour sur Youtube et j'ai voulu éviter de tomber là dedans : quand j'ai 10 minutes pour parler surréalisme, je n'ai pas toujours le temps de faire des blagues". Pourtant, les vidéos consacrées à l'art sur Youtube, qu'elles soient signées de cette vidéaste au ton enjoué ou non, attirent moins que d'autres thématiques :

Nart, sur la vulgarisation artistique

2 min

"Je trouve ça très louable toutes ces tentatives pour faire en sorte que l'art reste à la portée des gens", juge au sujet de ces vidéos Gérard Marié, professeur d'histoire de l'art à Paris-VIII, Paris-X et Sciences Po. S'il dit apprécier les formats très courts, il a en revanche plus de mal avec l'omniprésence des présentateurs et avec le ton employé, à destination des plus jeunes selon lui :

Gérard Marié sur les vidéastes d'Art

1 min

Retrouvez d'autres vidéastes artistiques :

Quel futur pour les vidéastes ?

Il existe évidemment de nombreux autres vidéastes, abordant des sujets aussi variés que la politique (Usul, Osons Causer), la musique (PV Nova, Révisons nos classiques), la linguistique (Linguisticae, Les Langues de Cha'), les jeux vidéo (Un drop dans la mare, Pseudoless, et bien d'autres) ou encore la littérature (Miss Book), pour ne citer que ceux-là. Malgré le nombre croissants de vidéastes didactiques, il n'y a pas encore véritablement de concurrence sur ces créneaux : "C'est une communauté qui insiste beaucoup sur son caractère très solidaire, justement parce que ça n'est pas une scène compétitive, justifie Nart. Il y a une offre énorme, mais pour l'instant la loi de l'offre et de la demande ne pose pas de problème." Non seulement ces vulgarisateurs n'hésitent pas à s'entraider, mais ils n'hésitent pas non plus à collaborer pour créer des contenus transversaux.

"La communauté des vidéastes aime beaucoup se définir en marge des médias traditionnels tout en reprenant énormément de codes des dits médias", reconnaît Nart. Loin de souhaiter marcher sur les plates-bandes des critiques professionnels, les vidéastes n'en assument pas moins une professionnalisation de leur activité. Quelques rares "YouTubeurs" didactiques parviennent en effet à vivre de leur activité, notamment grâce au financement participatif : Karim Debbache a ainsi récolté plus de 200 000 € (quand il n'en demandait que 20 000) pour créer Chroma. "Grâce à Tipee, une plateforme de dons, on doit être une dizaine de vidéastes à récolter assez d'argent pour faire un salaire", explique de son côté Léo Grasset, de Dirty Biology.

François Theurel, Le Fossoyeur de films, parvient lui aussi à en vivre... non sans craindre les inévitables questions de copyright qui pèsent sur ses vidéos : "Il existe une zone grise, un deux poids deux mesures sur la législation culturelle qui est assez inconfortable. La réalité des contenus culturels et de leur usage a évolué. Au Parlement européen, il y a eu de grands débats autour du rapport de l'eurodéputé Julia Reda [ndlr : Le Parti pirate] à ce sujet. On y parle de créer un "fair use", un usage loyal à l'européenne [ndlr : un usage qui essaie de prendre en compte à la fois les intérêts des bénéficiaires des droits d'auteur et l'intérêt public]. Ça n’est pas gagné, vu la méconnaissance qu’ont beaucoup de gens à propos du web. Il y a des mentalités à faire évoluer, mais ça c’est le phénomène d’inertie : le wagon des institutions et de la législation met toujours un certain temps à se raccorder à la réalité des faits" :

La professionnalisation des vidéastes

1 min

Reste donc à définir le cadre légal, encore flou, dans lequel évoluent ces vidéastes, destinés, à en croire un nombre de fidèles en constante augmentation, à s'inscrire durablement dans le paysage.