Publicité

Suspicieux ou parano, taciturne ou bipolaire ?

Par
Quel avenir pour la psychiatrie
Quel avenir pour la psychiatrie
© Getty - Carolyn Lagattuta / EyeEm

Il est courant de traiter quelqu’un un peu suspicieux de parano, ou une personne taciturne de bipolaire, finalement, que sait-on de ces maladies psychiatriques ?

Que se passe-t-il dans la tête d’un schizophrène ? Ses symptômes sont surtout visibles dans la société, et sont mal connus au niveau neurologique. Pourtant, depuis quelques années, la psychiatrie s’aide de l’imagerie cérébrale et des marqueurs biologiques, mais toutes les hypothèses ne sont pas encore prouvées. Aussi bien que les psychiatres n’expliquent pas le succès de certains traitements, comme l’électroconvulsivité.

Si les neurosciences prennent une place exponentielle dans cette discipline médicinale, les psychiatres sont attachés au caractère humain de cette science : il s’agit avant tout de traiter le moral, le mental,  des patients, et non de soigner des maladies neurologiques. Une part de leur métier consiste aussi à déstigmatiser les personnes atteintes de bipolarité et de schizophrénie notamment. Cette dernière pathologie est souvent perçue par l’unique prisme du dédoublement de personnalité. Mais bien d’autres symptômes peuvent permettre de la détecter, et ce dés l’adolescence.

Publicité

En France, 1% de la population serait diagnostiquée schizophrène. Pour les troubles bipolaires, la prévalence tourne autour de 1 à 2,5 % –  en sachant que la reconnaissance de la maladie chez un patient prend 10  ans.

Neurosciences, traitements, recherche… Quel avenir pour la psychiatrie ?

59 min

Une émission enregistrée en février 2018, produite par le Labo des savoirs.

Anne Sauvaget, psychiatre au CHU de Nantes, spécialiste de la neurostimulation

Jean-Marie Vanelle, professeur en psychiatrie au CHU de Nantes.

En savoir plus : La psychiatrie ordinaire
28 min