Taras Chevtchenko, figure adulée de la nation ukrainienne

Publicité

Taras Chevtchenko, figure adulée de la nation ukrainienne

Par

Connu et lu dans tous les foyers ukrainiens, ses vers sont repris comme des slogans de manifestations face à la menace russe. Poète et peintre, Taras Chevtchenko a connu le destin exceptionnel d’un esclave devenu figure intemporelle nationale.

Il est la personnalité qui compte le plus de statues à son effigie dans le monde, juste derrière Jésus-Christ. Il est pourtant tout à fait inconnu du grand public en dehors de l’Ukraine et de sa diaspora. Taras Chevtchenko est le peintre et poète qui a prophétisé la liberté de l’Ukraine contre l’empire russe au XIXe siècle. Il continue d’être une icône populaire de la résistance à l'oppression, aussi bien en 2014 lors de la révolution de Maïdan qu'aujourd’hui face à la menace russe.

Il est ce symbole autour duquel se fédèrent les Ukrainiens quel que soit leur bord ou leur appartenance, résume l’historienne Iryna Dmytrychyn. Pour reprendre l’historien Pierre Nora, c’est un véritable “lieu de mémoire” pour les Ukrainiens. Son rôle de mobilisateur est plus d’actualité que jamais.

Publicité

Né esclave

Taras Chevtchenko naît esclave en 1814, dans une famille de paysans serfs du sud de Kiev. La zone fait partie de l’empire russe, qui a absorbé l’État cosaque, l’ancêtre de l'Ukraine. “Existe, en revanche, son souvenir, qui est transmis par les bardes ambulants, ces fameux Kobzar, explique Irina Dmytrychyn, aussi enseignante à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO). Et 'Kobzar', c‘est le titre que Chevtchenko a choisi pour son premier recueil en personnifiant cette transmission de la mémoire historique du peuple.

Orphelin à 11 ans, il grandit dans la misère et la douleur. Son maître, le comte Engelhardt, contrarie d’abord sa vocation de dessinateur. Mais il se rend compte de son talent, qu’il veut exploiter, et l’envoie en apprentissage à Vilnius puis à Saint-Pétersbourg. La nuit, son seul temps libre, il dessine en cachette les statues du Jardin d’été à la lumière des nuits blanches estivales.

À lire aussi : L'histoire de l'Ukraine

Affranchi pour 2500 roubles

Son talent est repéré par un cercle d’écrivains, poètes et peintres. Certains sont ses compatriotes, d’autres sont russes : ils vont changer son destin en s’organisant pour l’affranchir. On y trouve notamment Vassili Joukovski, un important poète russe, et le peintre Karl Brioullov. Celui-ci va peindre un portrait du premier, vendu aux enchères 2500 roubles : la somme réclamée par le tuteur de Chevtchenko pour obtenir sa liberté.

À 24 ans, Chevtchenko est un homme libre et peut donc s’inscrire aux Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg. Une carrière de peintre à succès et une vie tranquille et aisée s’offrent à Chevtchenko. C’est sans compter sur ses élans de poète subversif. Dans ses écrits, il appelle à la révolte, à la lutte contre l’oppresseur, à l’amour de sa patrie ukrainienne. Dans son poème “Caucase”, on peut lire :

La vérité se lèvera ! La liberté renaîtra ! (...) Mais en attendant, les fleuves coulent. Des fleuves de sang, par delà les montagnes. (...) Et des larmes, et du sang, de quoi désaltérer tous les empereurs.

Kobzar, son premier recueil, est publié en 1840 et fait l’effet d’une bombe en Ukraine. Dans sa poésie, les vers sont brûlants, le discours rugueux, l’âme de l’Ukraine est incarnée visuellement par ses paysages, comme dans son poème “Ivan Pidkova” :

Au-delà des lagunes, de noirs nuages volent le soleil et le ciel. La mer bleue, telle un fauve, rugit, hurle et gémit. Elle s’engouffre dans le Dniepr.  Ola, les gars ! À vos barques ! (...) Ils rament en chantant. (...) À leur tête, leur otaman [chef] les conduit à sa guise. (...) Roulant sa moustache noire, il lève son bonnet, les barques s’arrêtent. Que l’ennemi périsse !

Création d'une culture ukrainienne

À cette époque-là, la littérature ukrainienne aurait pu se développer comme une sous-littérature, régionale, qui ne traite pas de sujets dramatiques ou graves et qui serait dans une niche folklo-ethnographique, analyse Irina Dmytrychyn. Chevtchenko a parachevé la jonction entre la langue populaire, la langue parlée et la langue écrite.

Sa poésie glorifie le passé des Cosaques Zaporogues, une communauté guerrière et indépendante du sud de l’Ukraine. Et on y trouve un impératif éthique capital. “Il promet que c’est la vérité qui l’emportera, poursuit l’enseignante à l'INALCO. Seul le combat juste doit être mené, mais en plus, seul ce combat peut être gagnant. C’est en cela que dans le contexte de l’agression russe aujourd’hui, cette mobilisation de Chevtchenko est opérante. Parce que non seulement, il appelle à ne pas accepter une domination, mais en plus, il nous promet qu’au final, le combat pour la justice gagnera.

Libre 9 ans pendant toute sa vie

À 29 ans, il revient en Ukraine, accueilli en héros par le peuple et l’aristocratie. Les portes de plus grands seigneurs s’ouvrent à lui, il peint les puissants et rattrape le temps perdu loin de ses terres, en visitant les forteresses et les couvents de son pays. Il entre dans une société secrète slavophile qui veut libérer l’Ukraine du joug tsariste, la Confrérie de Cyrille et Méthode. Pour ses écrits subversifs, il sera condamné par la Russie à servir comme soldat dans les steppes kazakhes. On lui interdit d’écrire et de dessiner, ce qu’il fait en cachette. Au bout de 10 ans, il est gracié et renvoyé à Saint-Pétersbourg, sous surveillance. 

À la fin de sa vie, soucieux d’éduquer son peuple, il confectionne un alphabet ukrainien qu’il diffuse à ses frais dans son pays. Il meurt en 1861, la même année que l’abolition du servage en Russie. Dans toute sa vie, il aura vécu 9 ans en liberté. Comme il l’avait demandé, son corps est inhumé en Ukraine, sur une colline surplombant le Dniepr. 60 000 personnes y assistent.

59 min

Son visage sur des t-shirts et des mugs

Son héritage, intemporel, est repris à chaque soulèvement populaire, comme en 2014, année du bicentenaire de sa naissance. “La poésie de Chevtchenko, qu’elle soit une poésie de combat, qu’elle soit une poésie d’amour du prochain, d'amour pour la patrie, est toujours d'actualité, décrit Irina Dmytrychyn. Il était présent, par exemple, sur les boucliers des défenseurs de Maïdan, à la fois dans un rôle mobilisateur, puisque c’est lui qui menait au combat, mais en même temps comme une icône protectrice.” Un de ses vers devient d’ailleurs un slogan : “Luttez, vous vaincrez”. Son image est désormais détournée comme une icône de pop art : un peu comme l'effigie de Che Guevara, on retrouve son portrait sur des t-shirts et ses vers sur des mugs.

Record de monuments

Aujourd’hui, plus de 1000 monuments lui sont dédiés dans le monde, dont 3 en France, à Paris, Toulouse et Châlette-sur-Loing, dans le Loiret. Peu connu, car difficilement traduisible et parlant une langue rare, il reste en Ukraine un symbole national incontournable, de ceux constituant une "communauté imaginée" propre aux peuples en quête d’unité, selon le terme de l’historien irlandais Benedict Anderson. “Un spécialiste de la littérature contemporaine dit que nous comprenons Chevtchenko à la mesure où nous nous comprenons nous-mêmes, explique Irina Dmytrychyn. Chaque génération relit Chevtchenko, chaque génération trouve quelque chose qui fait écho avec les événements qu’elle traverse.

Taras Chevtchenko l’avait prophétisé lui-même : “L’histoire de ma vie est une partie de l’Histoire de ma patrie”.