Publicité

The Weeknd, l'enfant devenu roi

Par
Le chanteur The Weeknd en pleine performance pendant les American Music Awards 2020 le 22 novembre 2020 à Los Angeles (Etats-Unis).
Le chanteur The Weeknd en pleine performance pendant les American Music Awards 2020 le 22 novembre 2020 à Los Angeles (Etats-Unis).
© AFP - AFP PHOTO / Courtesy of ABC

L’artiste canadien The Weeknd fera la mi-temps de la finale du Super Bowl cette nuit. Une consécration pour ce musicien hyper talentueux, qui capture et digère le meilleur du RnB, de l’électro et de la disco.

Bienvenue dans le Box Office, le rendez-vous hebdomadaire de l’émission Soft Power. On y épluche chaque semaine les tendances de la culture et les plus gros succès du moment. En partenariat avec l’institut d’études GfK pour les livres et les jeux vidéos et CBO Box Office pour le cinéma.

Nous sommes en 2010. The Weeknd a 20 ans, il s'appelle Abel Makkonen Tesfaye, c'est un petit gars inconnu qui vit à Toronto. D’origine éthiopienne, ce petit Rimbaud parle l'amharique. Le jour, l'afro-canadien vend des habits sans logo dans la rue et, la nuit, il enregistre des morceaux qu’il poste sur SoundCloud. Sa première mixtape, vibrante, s'appelle House of Balloons : du hip-hop torturé sur d'élégants beat électroniques. Un article de Rolling Stones l'annonce comme un jeune talent à suivre. Et la légende de Toronto, Drake, le découvre et twitte "Abonnez-vous au jeune roi"

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Onze ans plus tard, la prophétie est accomplie. The Weeknd a enrichi son univers avec 4 albums (le dernier en date s'appelle After Hours), plus une compilation de ses meilleurs titres, The Highlights. Il a traversé avec talent le rap, le RnB et la disco, en manœuvrant une culture musicale de synthèse et un vrai sens cinématographique. Cette nuit, The Weeknd est au Super Bowl, devant des millions d’Américains : l'enfant est devenu roi.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

La fiction au ralenti

En littérature, rien de nouveau. Les ventes reculent sensiblement, le classement se stabilise, l’imaginaire est en panne, c’est la trêve hivernale. Hervé le Tellier maintient sa domination tranquille sur les librairies, avec son roman prix Goncourt 2020, l’Anomalie. Derrière lui, La Chronique des Bridgerton de Julia Quinn, la série best-seller de romance historique. Elle profite du succès de son adaptation à la télévision par Netflix pour tenir, depuis plusieurs semaines, des ventes à 5 chiffres. 

Le classement des meilleures ventes en fiction pour la première semaine de février. Source: GfK. 

Un vent de philosophie souffle sur les librairies

En non-fiction, de la philosophie. D’abord avec le solide succès de l’essai de Charles Pépin, professeur de philosophie et écrivain, sur une idée qui paraît pourtant bien loin de nous : La rencontre. Derrière lui, le dernier essai de Bruno Latour, Où suis-je ? Leçons du confinement à l'usage des terrestres, est également un best-seller. 

Autre ténor des librairies, l’inclassable Boris Cyrulnik qui arrive directement en 3ème place des ventes avec son dernier essai de “psycho-écologie” Des âmes et des saisons.  Et la philosophe Barbara Stiegler vient fermer ce quarteron de penseurs avec son Tracts, De la démocratie en Pandémie, petit succès éditorial. Comme l’exige la collection, elle signe un court texte critique, fort vigoureux, vindicatif même, sur la dégradation de notre démocratie à l’ère pandémique.   

Le classement des meilleures ventes en Essais-Doc pour la première semaine de février. Source: GfK. 

Google et Amazon ne savent pas faire des jeux vidéo

En jeux vidéo, pas de succès dans les ventes cette semaine, plutôt des échecs. Depuis 2019, Google essaie de rentrer en force dans l’industrie des jeux vidéo avec Stadia, sa plateforme de gaming en ligne, qui prétend révolutionner le milieu en insistant sur “l’expérience sociale”. Surtout, Google met à disposition ses puissants serveurs pour proposer du “cloud gaming”, entièrement en streaming. Le succès n’est pas encore au rendez-vous, mais techniquement la prouesse est à saluer, prometteuse même. L’échec, c’est que Google avait aussi ouvert en grande pompe deux studios pour créer ses propres jeux, à Los Angeles et Montréal. Et patatra, dimanche dernier, Phil Harrison, directeur général de Google, a annoncé leur fermeture immédiate, alors qu’aucun jeu n’était encore sorti. Superfail, dirait Guillaume Erner. Concevoir des jeux vidéo, c’est un art qui ne s’improvise pas. C’est aussi ce qu’Amazon a découvert avec les ratés en série de ses propres studios. Amazon était arrivée dans l’industrie avec le même hubris que Google, des déclarations conquérantes, un budget astronomique, l’abus de position dominante de toute son infrastructure. Mais là aussi, en production de jeux vidéo, Google comme Amazon ont raté le coche. C’est rare, mais finalement : tout ne réussit pas aux GAFA.  

1h 34

CETTE CHRONIQUE EST À REECOUTER DANS LE PODCAST DE L'EMISSION DU 07/02

LES RÉSEAUX SOCIAUX | Suivez Soft Power sur les réseaux sociaux pour ne rater aucun podcast mais aussi voir les photos, les vidéos et la playlist de l'émission : Instagram | Twitter | Facebook | LinkedIn | Spotify

L’ACTUALITÉ DE SOFT POWER | Pour tout comprendre à l’actualité du numérique, lisez notre Alphabet numérique et notre guide des 44 intellectuels pour penser le numérique. Et pour en savoir plus sur la pensée de l'écologie, nous avons créé notre bibliothèque idéale des penseurs de l'écologie.07/