Théo Grosjean, "l'homme le plus flippé du monde"
Théo Grosjean, "l'homme le plus flippé du monde"

Théo Grosjean auteur angoissé mais inspiré

Publicité

Théo Grosjean réinvente la BD sur Instagram

Par

Théo Grosjean est "l'homme le plus flippé sur monde" sur Instagram. Il invente sur les réseaux sociaux une nouvelle forme de BD, sa propre histoire sans fin, un feuilleton de courtes anecdotes drôles, en deux couleurs.

Sur Instagram, Théo Grosjean est "L’homme le plus flippé du monde". Avec humour, finesse, émotion Théo raconte et dessine son quotidien d’anxieux. 

Les gens suivent mon quotidien. Moi-même je ne sais pas qu’elle est la fin de l’histoire, je ne la connais pas puisque je raconte l’histoire vraiment au jour le jour et je pense que ça, ça donne une dimension un peu différente à la BD. Ça devient quasiment de l'autobiographie en temps réel, un peu comme une téléréalité. Théo Grosjean, auteur de BD

Publicité
Capture d'écran du compte Instagram de Théo Grosjean
Capture d'écran du compte Instagram de Théo Grosjean

Un récit en grande partie autobiographique, suivi par des dizaines et des dizaines de milliers d’abonnés sur Instagram, la plateforme anxiogène par excellence.

Ce n’est pas du tout comme par exemple sur Facebook, Snapchat ou d’autres réseaux. C’est un réseau qui génère beaucoup d’anxiété parce que si on passe beaucoup de temps dessus on a l’impression d’être entouré de gens qui ont une vie magnifique et très réussie. C’est clairement un des réseaux les plus anxiogènes je pense. Du coup ça m’intéressait de raconter ma vie d’anxieux sur ce réseau parce que c’était rigolo de prendre le truc à contre-courant. Théo Grosjean, auteur de BD

Tous les jours, Théo prend des notes sur son quotidien, ses émotions. Ce ressenti dans des situations particulières est la base de son inspiration, puis il adapte son vécu dans une mise en scène simple qui parle au plus grand nombre.

J’ai un petit peu adapté mon dessin vu que le format est assez petit il faut que le dessin soit très clair. J’ai vraiment un trait assez épais avec juste une couleur pour que ce soit efficace, pour pas qu’on se perde dans des détails, j’évoque simplement les décors. J’essaye d’épurer au plus possible le texte. C’est vrai qu’Instagram c’est un format très court, qui doit être très condensé, vu qu’il n’y a que 10 cases maximum et donc ça m’oblige à aller à l’essentiel. Théo Grosjean, auteur de BD

Capture d'écran du compte Instagram de Théo Grosjean
Capture d'écran du compte Instagram de Théo Grosjean

Autre changement considérable : en dessinant pour les réseaux comme Instagram on crée une communauté. Les liens entre auteur et lecteurs sont différents, ces derniers interviennent, réagissent et donnent leur avis. 

Je suis toujours très anxieux dans la gestion de ma communauté, je vois qu’il y a de plus en plus de messages et que je ne peux pas toujours y répondre. Théo Grosjean, auteur de BD

Ces tranches de vies,  volées au quotidien de l’auteur dédramatisent ces situations auxquelles nous faisons tous face avec plus ou moins d’angoisse. Sur Instagram, de nombreuses personnes affirment se reconnaître dans ces anecdotes touchantes. Et pour cause, 15 à 20% de la population souffrira d’un trouble anxieux au cours de sa vie.

Est-ce que ça peut les aider ou pas ? Ça m'intéressait de le savoir. Et aussi effectivement c’était pour moi, parce que dès lors qu’on dessine une expérience qui a été difficile à vivre je trouve qu’ il y a vraiment un effet cathartique très puissant. Il y a cette sensation qu’une fois qu’elle est posée sur le papier, l’angoisse ne nous appartient plus vraiment, qu’elle est un peu extérieure à nous et c’est beaucoup plus facile de prendre du recul. Théo Grosjean 

Face à son succès sur Instagram, ses histoires sont devenues un album BD en deux tomes. Même si les réseaux permettent d’acquérir de la notoriété, le format papier reste incontournable pour l’auteur.

Capture d'écran du compte Instagram de Théo Grosjean
Capture d'écran du compte Instagram de Théo Grosjean

Il y a beaucoup d’auteurs qui ne sont pas du tout sur les réseaux et qui ont un public uniquement lié à leur livre et je pense que c’est d’ailleurs plutôt une bonne chose aujourd’hui parce que ça permet de prendre le temps de se concentrer uniquement sur l’album pendant un temps et de ne pas avoir justement des échos constants. Ça peut aussi être un piège. Théo Grosjean, auteur de BD