Edward Weston et Tina Modotti, couple de photographe visionnaire
Edward Weston et Tina Modotti, couple de photographe visionnaire

Weston - Modotti, une rencontre photographique - #CulturePrime

Publicité

Tina Modotti et Edward Weston, l'histoire d'une rencontre photographique

Par

Le premier est américain, pionnier de la "photographie pure", la seconde est italienne, et défendait une photographie engagée, reflétant les réalités sociales. Les deux photographes étaient amants et ont fusionné amour et travail dans le Mexique post-révolutionnaire des années 1920.

C’est l’histoire de deux photographes visionnaires. C’est l’histoire d’un amour fou et d’une post-révolution mexicaine. C’est l’histoire d’Edward Weston et de Tina Modotti.

C’est l’histoire d’une rencontre photographique

Edward Weston est photographe depuis ses 16 ans et déjà reconnu pour son travail. Après avoir travaillé à l’usine, Tina Modotti l’Italienne joue des petits rôles au cinéma. Quand ils se rencontrent, en 1920, en Californie, ils sont tous les deux mariés et Edward a déjà trois enfants. C’est la photographie qui les réunit.

Publicité

La rencontre avec Tina Modotti, ça a été d’abord une rencontre photographique. Il a été fasciné par la personnalité, le visage et le corps de Tina Modotti. Quand il fait des nus, Weston, dans sa période classique c’est toujours une portion des jambes, un morceau de sein, un morceau de ventre, une hanche, mais jamais la femme dans son ensemble. Avec Tina Modotti ce n’est pas du tout le cas, c’est vraiment un espèce de rapport complet à la femme, à la fois formel, sensuel, sexuel... 

Tina Modotti
Tina Modotti
© Getty

Tous deux fréquentent les milieux bohèmes où on parle d’amour libre et d’art pour l’art. Edward ne cesse de prendre Tina en photo son visage, son corps. Ils s’écrivent des lettres passionnées :

La nuit dernière à cette heure-ci tu étais occupé à me lire un passage d’un livre exquis - ou bien savourions-nous un peu de vin en fumant ? Ou alors l’obscurité nous avait-elle déjà enveloppés (...) Étais-tu à cette heure en train de presser tes lèvres sur mon sein gauche ? (...) Par moments, il me semble que je ne puis supporter tant de beauté…                        
Lettre de Tina à Edward, 27 janvier 1922

Mais tout autour d’eux s’installe le puritanisme américain des années 1920, ils étouffent.

C’est l’histoire d’une évasion mexicaine

Durant l’été 1923, ils prennent le bateau pour le Mexique avec le plus âgé des fils d’Edward.

Ce qui a pesé beaucoup dans le destin de Weston c’est que c’est Tina Modotti qui l’a persuadé que pour éclore sur le plan esthétique il fallait qu’il quitte la Californie. C’est elle qui l’a persuadé d’aller au Mexique alors que Weston n’avait aucune idée de ce que pouvait être le Mexique, il n’avait aucune envie de voyager.

Tina Modotti et Edward Weston au Mexique
Tina Modotti et Edward Weston au Mexique
© Getty

Les deux amants passent un contrat : Tina s'occupe de gérer son studio, de faire la traductrice et en échange Edward lui apprend la photographie. Elle devient son apprentie, ses photographies sont humaines et poétiques. Ils travaillent souvent ensemble sur le même cliché.
Pour Edward comme pour Tina, le Mexique est l’une des périodes les plus riches du point de vue artistique.

C’est l’histoire d’une effervescence culturelle

Tina introduit Edward dans le milieu artistique post-révolutionnaire mexicain. Le couple se lie d'amitié avec de nombreux peintres comme Diego Rivera, les deux hommes s’admirent et s’inspirent du travail de chacun. À cette époque au Mexique, tout semble possible. Le mouvement muraliste révolutionne l’art en faisant de l’art naïf, accessible à tous, et représentant les classes populaires mexicaines.
En 1924, le ministère de l’éducation organise une exposition de peintures et de photographies du couple.

Tina et moi avons exposé pour la première fois ensemble dans le cadre d’une manifestation publique (...) Ses photographies ne perdent rien à être comparées aux miennes.                        
Journal d’Edward Weston, 1924

Edward Weston photographié par Tina Modotti en 1924
Edward Weston photographié par Tina Modotti en 1924
© Getty

Tina et Edward sont au cœur du renouveau artistique, ils organisent des soirées tous les samedis où peintres, écrivains, photographes et militants communistes refont le monde. Leur liberté artistique s’accompagne aussi d’une liberté sexuelle, qui sera difficilement vécue par le couple. Avec la jalousie leur histoire se complique, et les enfants d’Edward, restés en Californie, lui manquent terriblement.

C’est l’histoire d’une rupture 

En décembre 1924, Edward rentre en Californie pour voir ses enfants. À son retour 8 mois plus tard, il trouve Tina changée, plus politisée, plus engagée. L’ancienne ouvrière s’est radicalisée et la lutte pour le communisme prend de plus en plus de place dans sa vie et dans son art.
Alors que pour Weston la photographie est une recherche esthétique, abstraite ; chez Modotti la photographie doit refléter la réalité sociale.
Mais ils continuent à travailler ensemble et en 1926 ils parcourent le Mexique pour une série de reportages, le retour à Mexico sonne la fin de leur histoire d’amour mais pas de leurs échanges.

Femme au drapeau, par Tina Modotti, 1 er mai 1928
Femme au drapeau, par Tina Modotti, 1 er mai 1928
© Getty

C’est l’histoire d’un lien épistolaire

Quand Edward Weston rentre en Californie, Tina Modotti décide de lui écrire le plus souvent possible et de se livrer à lui comme à un journal intime. Ils s’envoient leurs photographies et commentent le travail de l’autre, à propos des photos de coquillages qu’Edward lui envoie, Tina dira : "aucune œuvre d’art ne m’a autant bouleversée".

Ils s’écrivent pendant des années après leur rupture mais leurs vies prennent des tournures radicalement différentes. Edward se consacre tout entier à la photographie pure et devient l'un des plus grands photographes du XXeme siècle.

De son côté, Tina entame une relation avec le peintre et militant Xavier Guerrero , lorsque celui-ci part pour l’URSS, elle tombe amoureuse du fondateur du parti communiste cubain Julio Antonio Mella, qui sera assassiné sous ses yeux.
Le Mexique change et l’Italienne engagée n’est plus la bienvenue. Accusée de tentative d’assassinat du nouveau président, Tina est emprisonnée, avant de s’exiler en Europe puis à Moscou.  

Elle continue à écrire à Edward, lui fait part de son intention de s’acheter un nouvel appareil... mais dans sa dernière lettre elle semble méfiante :

Je te prie instamment de divulguer le moins possible ma présence ici. Cela pourrait me créer des ennuis à l’avenir. Merci.                        
Lettre de Tina à Edward, 12 janvier 1931

Après Moscou c’est aux côtés des Républicains espagnols qu’elle s’engage pendant la guerre civile. Elle abandonne la photographie.

Weston, lui, ne cessera de photographier qu’en 1948, très diminué par la maladie de Parkinson.