Publicité

Top 10 des films que vous n'avez pas réussi à regarder jusqu'au bout

Par
 2001, L'Odyssée de l'espace
2001, L'Odyssée de l'espace

Quel film n'avez-vous pas pu regarder jusqu'au générique de fin ? Nous vous avons posé la question sur les réseaux sociaux, et vous avez été des milliers à nous répondre. Voici le top 10 des films pendant lesquels vous vous êtes endormis.

Ils ont eu raison de vous ! Vous les ayez trouvés soporifiques, ou insoutenables, et ces films passent pourtant pour des chefs-d’œuvre du septième art. Voici le top 10 de ceux que vous n'avez pas réussi à regarder jusqu'au bout. Établi grâce à vos très nombreuses réponses (des milliers !), souvent pétries d'humour, au sondage que nous avons lancé sur nos réseaux sociaux le 30 octobre dernier.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

1. "2001, l'Odyssée de l'espace", de Stanley Kubrick

Décidément, les odyssées n'ont pas bonne presse ! C'est déjà l'Ulysse de Joyce, qui avait remporté haut la main la palme, lors de notre dernier sondage sur les livres qui vous tombaient des mains. Cette fois, vous avez été des centaines à désigner le chef-d’œuvre de Kubrick, sorti en 1968, comme étant le somnifère par excellence du septième art. Rappelons que même au moment de sa sortie, le film fit l'objet de violentes controverses.

Publicité

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Je ne sais pas si je me suis endormie vraiment, et si oui, combien de temps. Mais à chaque fois que je rouvrais les yeux, je voyais les mêmes gens en blanc, parler sans son dans un vaisseau, et le même travelling sur la maquette de ce vaisseau au milieu de rien. Mariette

Le seul film que j'ai regardé entièrement en accéléré. Greg

Ce film est comme un écran de veille : c'est joli cinq minutes, mais tu ne restes pas devant. Julien

Crise de panique. Le vide. L'infiniment grand. J'ai pas supporté. Solène

Une expérience visuelle non-verbale selon Kubrick. Très efficace. Emmanuelle

Peut-être que cette "Projection privée" (30 min) diffusée en mars 2001 vous décidera à tenter à nouveau le visionnage de cette "œuvre prophétique" pour en percer les mystères. Car ce film, extrêmement moderne lors de sa sortie, reste malgré vos réticences l'une des œuvres les plus influentes du cinéma américain :

L'Odyssée de l'espace dans Projection privée, 04/03/2001

27 min

2. "Le Seigneur des anneaux", trilogie de Peter Jackson

Aïe, aïe, aïe... toujours pas, J.R.R. ! Tolkien avait déjà fait les frais de vos suffrages, lors de notre précédent sondage, où il apparaissait en quatrième position. Son adaptation cinématographique par Peter Jackson (en trois volets, sortis en 2001, 2002 et 2003) ne vous a visiblement pas convaincu.e.s davantage. "Un anneau pour les gouverner tous"... Les gouverner tous, sauf vous, visiblement !

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

S'endormir au bout de 10 minutes... Je n'ai pas compris la folie autour de ce film. Mam'selle Bulle

Je crois que j'avais atteint mon seuil de tolérance pour ce genre d'histoires au cinéma, et suis depuis revenue aux films d'auteurs. Depuis, je ne regarde plus les blockbusters. Christelle

Forêt, gnomes et compagnie m'ont laissée dans mon siège tellement confortable ! Marie

En décembre 2001, à l'occasion de la sortie du deuxième volet, l'émission "Mauvais genres" avait tenté une incursion en Terre du Milieu. Peut-être François Angelier saura-t-il mieux que Peter Jackson vous embarquer dans les univers fantastique, géographique et linguistique de Tolkien.

Le Seigneur des anneaux dans Mauvais genres, 22/12/2001

1h 10

3. "Titanic", de James Cameron

Pour beaucoup d'entre vous, le grand film de Cameron est un naufrage à lui tout seul ! C'est pourtant le deuxième plus grand succès de l'histoire du cinéma, après Avatar, du même réalisateur. En France, il aura attiré près de 22 millions de spectateurs.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Trop de sucre et de caramel, trop larmoyant. Mes amies m'avaient dit que ce film allait me faire pleurer, eh bien j'ai tapé un coma tout le long. Christiane

Je me suis tellement ennuyée qu'on a dû me réanimer pour me réveiller... Anissa

Je me réveille à la scène de c** puis je me rendors jusqu'au générique. D'ailleurs ça me rappelle un souvenir : au Maroc ils avaient coupé la scène de c** en le passant à la télévision. Du coup, je ne me suis jamais réveillée... Marine

Si vous voulez tenter de briser la glace avec cette romance dramatique qui valut leur célébrité à Leonardo Di Caprio ("Je suis le maître du monde !") et Kate Winslet ("Je vole... Jack !"), nous ne pouvons que vous inviter à écouter cet extrait de l'émission "Séance tenante" de janvier 1998. 

Titanic, dans Séance tenante, 10/01/1998

10 min

4. "Star Wars", saga cinématographique

Regarder Star Wars ? "Plutôt embrasser un wookie !" Vous êtes nombreux à être totalement insensible à l'univers de science fiction créé par George Lucas, à la beauté des combats au sabre laser et aux macarons de Carrie Fischer ! La première trilogie de La Guerre des étoiles, sortie entre 1977 et 1983, connut un accueil critique dithyrambique, et un succès phénoménal. 6 449 000 entrées en France pour le premier film (Un nouvel espoir) qui se classait en deuxième position au box-office, en 1977 (derrière Les Aventures de Bernard et Bianca !).

Succès qui ne s'est pas encore démenti, puisque chaque nouveau film (les deux prochains volets de la troisième trilogie sont attendus pour 2017 et 2019) est un carton. Ainsi, en 2015, Le Réveil de la Force, premier volet de la troisième trilogie réalisé par J.J. Abrams, a dépassé le milliard de dollars de recettes en une dizaine de jours.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Je ne peux que m'endormir sur Stars Wars. Parce que les dialogues sont ennuyeux à mourir ! Jérémi

Les explications en perspective m'ont tellement fascinée que je n'ai ni lu, ni écouté, perdue dans ma réflexion... Je n'ai pas réussi à entrer dans l'histoire ensuite. Alexandra

Star wars ... pour moi c'est la guerre des paupières. Caroline

En novembre 2007, "Projection privée" se consacrait à la saga, dont on fêtait les trente ans. Alors, vous l'acceptez ce petit voyage dans les étoiles, ou cette galaxie est-elle définitivement trop lointaine pour vous ?

Star Wars dans Projection privée, 03/11/2007

45 min

5. "The Tree of life", de Terrence Malick

"L'Arbre de vie" de Terrence Malick, sorti en mai 2011, détient assurément la palme d'or du festival de Cannes 2011, mais aussi celle de l'endormissement pour un bon nombre d'entre vous ! Et le casting de choc (Brad Pitt, Sean Penn, Jessica Chastain) n'y change rien à l'affaire. L'ambition de son réalisateur n'était pourtant pas moins que de proposer sur grand écran "une épopée cosmique, un hymne à la vie".

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Je n'ai pas compris le scénario, les scènes bizarrement coupées. Je n'ai pas compris l'engouement. Je l'ai trouvé tellement long. Chaque scène... C'est la première et dernière fois que je suis sortie de la salle avant la fin. Céline

Efficacité redoutable pour moi. Latence d'endormissement inférieure au Stilnox. François

Pour la seule fois de ma vie, je suis sortie de la salle de cinéma. C'était au bout de 30 minutes de calvaire, et j'étais la quatrième personne à m'en aller ! Le monde du cinéma a encensé ce film, pourquoi ? Aurélie

En 2011, "La Grande table" se livrait à une critique du film, depuis Cannes. Cette archive saura-t-elle vous faire changer d'avis sur The Tree of life ? On touche du bois.

The Tree of life dans La grande table, 16/05/2011

14 min

6. "Orange mécanique", de Stanley Kubrick

Trop de violence, selon plusieurs d'entre vous, dans cet autre chef-d'oeuvre de Stanley Kubrick, qui n'a décidément pas vos faveurs (il n'apparaît pas dans ce top 10, mais Barry Lindon a également été mentionné plusieurs fois dans vos réponses au sondage). Sorti en 1971, adapté du roman d'Antony Burgess (1962), son climat malsain, parfaitement incarné par le regard perturbant de Malcolm McDowell sur l'affiche du film, vous a fait abdiquer !

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Trois essais, à plusieurs années d'intervalle, mais chaque fois la même histoire. J'ai vu au cinéma des choses bien pires, bien plus violentes (que ce soit explicite ou implicite), tout ça sans ciller, et pourtant je trouve ce film insoutenable. Gabrielle

À partir du viol, une torture, je n'ai pas osé quitter mon siège, le ciné était blindé et je suis restée prostrée sur mon siège, les mains sur les oreilles et les yeux au sol. Très mauvaise expérience. Carine

Je me suis endormie devant. J'ai même ronflé. Je n'ai même pas l'excuse d'avoir été dans un canapé avec un bon plaid , non, j'étais au cinéma ! Mon copain a essayé par deux fois de me réveiller , mais je replongeais. La honte... Eva

En 2013, "Les Chemins de la philosophie" interrogeaient le philosophe et scénariste Sam Azulys sur Orange mécanique

Un verre de lait à la main, le défi est lancé : combien de temps allons-nous, spectateur, pouvoir soutenir ce regard qui contient déjà le rire destructeur de celui qui ne fait aucune différence entre le monde qui l’entoure et celui qu’il imagine ? 

Redécouvrez cette archive du 7 octobre 2013 :

7. "Citizen Kane", d'Orson Welles

Citizen... can't. Ce film dramatique d'Orson Welles, sorti en 1941, a pourtant été longtemps considéré comme le "meilleur film de tous les temps" par le British Film Institute ( détrôné seulement en 2012 par le Vertigo d'Hitchcock). Il est également toujours en tête du classement de l'American Film Institute. Une reconnaissance qu'il doit notamment à des innovations cinématographiques et narratives... qui à vous lire, vous ont laissé.e.s complètement de marbre ! Et le noir et blanc n'est pas en cause.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Jamais réussi à rentrer dans le film. Je retenterai le coup le 30 février prochain... Cécile

Je n'ai pas compris le scénario et n'ai presque rien retenu du film. Comme un bouquin qu'on lit sans lire (ah, nos pensées qui s'évadent !...). Chloé

On voulait regarder le "meilleur film de tous les temps", eh bien, je n'ai vraiment pas trouvé ça palpitant, et j'ai du mal à voir le génie cinématographique. Franchement, quitte à enquêter sur les derniers mots d'une célébrité, autant regarder "La Classe américaine". Julien

En juin 1992, l'émission "Projection privée" (toujours elle !) étudiait les principales composantes stylistiques du film. Un moyen d'aborder plus facilement "LE meilleur film de tous les temps" ?

Citizen Kane dans Projection privée, 07/06/1992

38 min

8. "Autant en emporte le vent", de Victor Fleming 

"Je vous aime Scarlett..." Vous en revanche, vous ne l'aimez pas trop, la jolie brune incarnée par Vivien Leigh, dans ce film adapté du roman éponyme de Margaret Mitchell, et sorti en 1939.  Insensibles aussi aux moustaches du ténébreux Clark Gable... et surtout irrité.e.s par la vision idéalisée des sudistes, relayée par ce film, qui fait plus que jamais débat aujourd'hui. Quatrième au classement de l'American Film Institute dans la catégorie "films épiques", Autant en emporte le vent est l'un des plus gros succès de l'histoire du cinéma, avec 3,44 milliards de dollars de recettes.

J'avais accroché à une autre trame que la trame principale, que je trouve insipide, et j'ai décroché lorsque j'ai compris que ce serait la trame inspide qui serait suivie. Gianfrancesco Michele

Pour le racisme sous-jacent, une horreur pour moi... Film culte, mais diabolique roman à la base. J'ai vraiment détesté. Mimie

Quatre heures d'une peste qui ne fait que des mauvais choix, sur fond de racisme et d'une fausse histoire d'amour... nope ! Florine

L'émission "Le Cinéma des cinéastes" du 13 septembre 1981 portait sur ce long métrage, et son traitement de la dualité homme/femme. Avec à la fin, cette question : "Quelle opinion faut-il avoir sur ce film ?"

Autant en emporte le vent dans Le cinéma des cinéastes, 13/09/1981

48 min

9. "Mort à Venise", de Luchino Visconti

Mort d'ennui à Venise, oui ! Inspiré d'une nouvelle publiée par Thomas Mann en 1912, ce chef-d’œuvre de Visconti qui se déroule en 1911, à la Belle Époque vénitienne, a eu sur bon nombre d'entre vous un effet là aussi... soporifique. Le jury du festival de Cannes de 1971 avait sans doute aussi quelques réserves, puisqu'il ne l'avait pas retenu pour la Palme d'or. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Mes obsessions ne sont définitivement pas celles de Visconti... c’est beau et c’est très chiant. Eve

Je luttais contre le sommeil en pensant très très fort : "Mais qu'il meure !" Yannick

Les dialogues sont pauvres et font preuve d'un manque de réflexion sérieuse sur l'art. Christian

En septembre 1971, pour France Culture, Henry Chapier s'était entretenu avec Luchino Visconti, pendant le festival de Cannes, juste après la projection de Mort à Venise, et avant la proclamation du palmarès :

Entretiens avec... Luchino Visconti (1/2), 03/09/1971

13 min

Entretiens avec... Luchino Visconti (2/2), 03/09/1971

14 min

10. "Apocalypse now", de Francis Ford Coppola

Apocalypse... no (thanks) ! Dixième place dans notre top pour le chef-d’œuvre de Coppola sur la guerre du Vietnam. Sorti en 1979, cette adaptation libre d'Au coeur des ténèbres, de Joseph Conrad avait, elle, obtenu la Palme d'or à Cannes en 1979. Mais à cause d'un gros dépassement de budget (17 millions de dollars en tout), le film faillit compromettre la carrière du réalisateur. Tant de sacrifices, pour si peu de gratitude !

N'étant pas très fan des massacres de femmes et d'enfants au napalm, même ceux, très rock'n'roll, qui se déchaînent sur la musique de Wagner, j'ai détesté le début. Après, je ne sais pas, je me suis endormi. Pierre

Je ne comprends rien, dès les dix premières minutes, et ce n'est pas faute d'essayer. J'ai dû m’y mettre trois fois, mais j'ai abandonné à chaque fois. Suzy

Je m'interroge encore sur la fin d'"Apocalypse now" : vu plusieurs fois, endormissement systématique. Les moustiques de la jungle sans doute ? Marion

Si ce film vous a résisté, pourquoi ne pas essayer d'y revenir via sa version "cut", que Coppola a sortie en 2001 ? L'émission "Carnet de notes", sur France Culture, en mai 2001, estimait qu'elle offrait "une dimension supplémentaire et une nouvelle lecture du chef d'oeuvre".

Apocalypse now dans Carnet de notes, 09/05/2001

19 min