Pour bien mémoriser, il faut répéter régulièrement l'information, dormir, et s'auto-tester
Pour bien mémoriser, il faut répéter régulièrement l'information, dormir, et s'auto-tester

3 conseils pour optimiser votre mémoire, par Stanislas Dehaene

Publicité

Trois conseils pour améliorer votre mémoire, par Stanislas Dehaene

Par

Sciences | Mieux mémoriser, plus vite, plus longtemps, et plus efficacement ? Cela tient en trois conseils pratiques à la portée de toutes et tous. Le neuroscientifique Stanislas Dehaene, titulaire de la chaire de psychologie cognitive au Collège de France vous livre les secrets d'une bonne mémorisation.

Vous avez la mémoire qui flanche ? Stanislas Dehaene, neuroscientifique, titulaire de la chaire de psychologie cognitive au Collège de France, vous donne la clé pour optimiser vos capacités mémorielles : répéter l'information à un intervalle de 20% du temps de rétention visé.

Stanislas Dehaene : "Pour mémoriser une information, il faut la répéter et l’intervalle de répétition va définir la durée de la mémoire. Si vous répétez à l’échelle d’un mois vous allez retenir l’information à l’échelle de six mois par exemple. La règle, c’est à peu près 20% du temps de répétition par rapport au temps de rétention."

Publicité

Que peut-on faire pour mieux mémoriser ?  

1/ N’attendez pas la dernière minute. Révisez régulièrement.

2/ Entrecoupez de brèves périodes de révision des périodes de sommeil, parce que pendant le sommeil votre cerveau va consolider l’information. 

3/ Faites des petits tests, mettez à l ‘épreuve votre connaissance. 

Préparez des fiches sur lesquelles sont marquées d’un côté la question, et de l’autre la réponse, parce que ça va vous permettre de vous auto-tester et de vérifier si vous avez retenu ou pas l’information. Les fiches sur lesquelles vous échouez, vous les remettez au-dessus du paquet, ce qui fait qu’elles reviendront rapidement dans votre auto-test. Ce sont des méthodes extrêmement simples, il y a d’ailleurs des petits logiciels sur Internet ou sur votre téléphone portable qui permettent d’avoir ce processus. 

Donc d’abord l’effort initial de répétition de l’information, d’auto-test et de sommeil. Ce sont vraiment les clefs de la mémorisation.

Comment répéter les informations de façon optimale ? 

Pour mémoriser sur le long terme, il faut absolument répartir des séances d’apprentissage, en plusieurs fois espacées et espacées de plus en plus longtemps dans le temps. On va commencer par un apprentissage intensif au départ plusieurs fois par jour et réparti sur plusieurs jours, en alternant apprentissage et sommeil, parce que le sommeil consolide les apprentissages. Et ensuite, progressivement, on va passer à des espaces de plus en plus grands. 

La règle, c’est répéter à une échelle d’à peu près 20% de la durée totale que vous souhaitez obtenir. Donc si vous souhaitez retenir une information dans dix ans, il va falloir la répéter à un intervalle d’à peu près deux ans. Donc répétez, répétez, répétez. 

Revenir et bien sûr se tester, c’est-à-dire savoir si on fait une erreur ou pas. Lorsque vous vous trompez c’est un moment d’apprentissage. Votre cerveau peut corriger en tenant compte de l’erreur qui a été faite.

Observe-t-on différentes sortes de mémoire dans le cerveau ? 

Il y a de la mémoire pratiquement partout dans le cerveau.

1/ D’abord il y a la mémoire qu’on appelle "de travail" c’est-à-dire la mémoire qui vous permet de retenir pendant un bref moment un numéro de téléphone par exemple, dès que vous pensez à autre chose, l’information s’évanouit. C’est une mémoire très courte. 

2/ Ensuite vous avez la mémoire "épisodique", qui concerne la mémoire d’un épisode particulier. La première fois que vous avez rencontré telle personne dans tel contexte. 

3/ Pour que ça devienne une mémoire qui ait du sens sémantique, il y a tout un travail supplémentaire de répétition de cette information et d’intégration de cette information à l’intérieur de votre réseau de connaissance. Très concrètement, la première fois où vous entendez un mot anglais par exemple. Il va s’inscrire comme un épisode dans votre cortex hippocampique, dans l’hippocampe, et pendant la nuit cet épisode va être répété, amplifié, des dizaines de fois et progressivement, il va se transférer dans la mémoire sémantique, principalement localisée au niveau du cortex cérébral et dans différentes régions selon le contenu de cette connaissance.

A lire

"Apprendre" de Stanislas Dehaene, Odile Jacob, 2018

A écouter 

"La Conversation scientifique" avec Stanislas Dehaene, 29 sept. 2018