Publicité

Tuerie à "Charlie" en plein Paris

Par

En fin de matinée ce mercredi, deux hommes très lourdement armés ont attaqué le siège de Charlie Hebdo, dans le 11e arrondissement de Paris. Bilan de cette action commando : douze morts et onze blessés.

Nous sommes "Charlie" | La tuerie** | ** Les attentats contre les médias **| 6 grandes plumes | Parler contre la terreur | ** Souvenirs

Particulièrement déterminés, les assaillants ont lancé "Nous avons vengé le prophète!", "Allah akbar" et "On a tué Charlie Hebdo" en perpétrant l’attentat le plus meurtrier en France depuis 1961.

Publicité

Ecoutez d'abord notre édition spéciale de 18h, avec le journal d'Anne-Laure Chouin et "Le Grain à moudre" d'Hervé Gardette :

JOURNAL DE 18H

59 min

L'attentat à Charlie Hebdo du 7 janvier 2014
L'attentat à Charlie Hebdo du 7 janvier 2014

Il est 11h30 quand deux hommes armés de kalachnikov font irruption au siège du journal satirique, dans l'est de la capitale. Ils semblent bien informés car c’est le moment de la conférence de rédaction hebdomadaire.

Ils exécutent les dessinateurs Charb (directeur de la publication), Wolinski, Cabu et Tignous, figures historiques de "Charlie", ainsi que l’économiste chroniqueur et actionnaire de l'hebdomadaire Bernard Maris , alias "Oncle Bernard" (également chroniqueur à France Inter), la psychanalyste Elsa Cayat, chroniqueuse société, et le correcteur du journal Mustapha Ourrad. Le chargé de protection de Charb, un agent de maintenance et le journaliste de formation Michel Renaud, de passage sur place, tomberont aussi sous les balles.

Une fusillade d'une dizaine de minutes a ensuite eu lieu avec des forces de l'ordre arrivées très rapidement sur place puisque les lieux, menacés, étaient sous protection policière.

Cagoulés et vêtus de noir, les agresseurs, n’ont aucune pitié et vont jusqu’à achever à bout portant, d’une balle en pleine tête, un policier blessé gisant à terre. Un autre, officier de protection de Charb, avait été exécuté auparavant.

Ces hommes apparaissent particulièrement calmes et déterminés, et à l’aise dans le maniement de leurs armes lourdes, donnant l’image de professionnels rompus à l’entraînement militaire .

Ils ont d’ailleurs réussi à fuir en voiture, noire là aussi, avant de braquer un automobiliste porte de Pantin, dans le nord de la capitale, pour changer de véhicule, et de percuter un piéton.

Dans l’après-midi, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a par ailleurs évoqué "trois criminels à l'origine" de cette attaque, sans préciser le rôle de ces différentes personnes.

Les 12 victimes de la tuerie à Charlie Hebdo
Les 12 victimes de la tuerie à Charlie Hebdo

Charlie Hebdo incendié. France Culture

En novembre 2011, les locaux du 20ème arrondissement de Paris de l'hebdomadaire étaient dévastés par un incendie. Incendie criminel qui ne faisait pas de blessés, après un jet de "cocktail molotov", selon une source policière. Et après un numéro intitulé "Charia Hebdo".