Publicité

Ukraine : comment en est-on arrivé là ?

Par

**** Un fragile espoir de sortie de crise ? Au moment où le président ukrainien Ianoukovitch semble enfin lâcher du lest face aux manifestants, dont plusieurs dizaines ont été tués lors d'affrontements à Kiev, retour sur les origines de cette "révolte de Maïdan".

Un manifestant anti-gouvernemental sur la place Maïdan, le 20 février.
Un manifestant anti-gouvernemental sur la place Maïdan, le 20 février.
- REUTERS

• 21 novembre 2013 : le Parlement ukrainien examine un texte d’association avec l’Union européenne. Ce texte, qui prévoit l’instauration d’une zone de libre-échange ainsi que des aides européennes, est rejeté. Commencent alors les premières manifestations, où se mêlent les drapeaux ukrainien et européen.

Publicité

• 3 décembre : le gouvernement reçoit le soutien du Parlement qui rejette la motion de défiance déposée par l’opposition.

• 8 décembre : une « marche du million » est organisée par l’opposition pour demander la démission du gouvernement.

**• 17 décembre : ** le président ukrainien se rend à Moscou. Il obtient de Vladimir Poutine un prêt de 15 milliard de dollars, dont 3 ont déjà versés. Il négocie aussi une baisse de 30% du prix du gaz russe.

Ukraine - enjeux des accords
Ukraine - enjeux des accords
© Radio France

• Janvier 2014 : les manifestations se succèdent elles sont de plus en plus violentes et de plus en plus durement réprimées. Des opposants, des journalistes sont agressés ou subissent des tentatives d’intimidation.

• 16 janvier : le Parlement adopte une loi réprimant les manifestations et restreignant la liberté d’association et d’expression.

**• 28 janvier : ** le gouvernement démissionne et le parlement abroge les lois anti-manifestants.

• 19 février : après de nouveaux rassemblements, dans un climat de plus en plus tendu, le président Ianoukovitch estime que les manifestants « ont franchi les limites ».

Ukraine : pour Viktor Ianoukovitch, les...par lemondefr

• 20 février : des tirs à balles réelles font plusieurs dizaines de morts dans les rangs des manifestants. De son côté le ministère de l’Intérieur indique que 13 policiers ont été tués depuis le 18 février.

La réaction ambiguë de l’Europe

Le mouvement prend racine dans un clivage entre les pro-Russes et les pro-Européens. Cependant, réduire le conflit qui agite l’Ukraine a un nouvel épisode de la Guerre froide, bloc contre bloc, est caricatural. Analyse de** Claude Guibal** dans le journal de 12h30 :

Écouter

46 sec

Au-delà du jeu des alliances internationales, la contestation est aussi nourrie par le contexte économique ukrainien. Selon plusieurs analystes, le pays est au bord de la faillite : sa dette publique a explosé, après des années de forte croissance économique. Précisions d'Anne-Laure Chouin :

Écouter

1 min

Depuis le début de la crise, l’Europe peine à parler d’une seule voix. Si la condamnation des violences est unanime , les initiatives pour sortir de la crise sont plus rares, plus floues. Quells sanctions éventuelles ? Et qui sanctionner ? La question divise les Européens. Explications de Claude Guibal :

Écouter

1 min

Quel rôle pour l'Europe ? Selon le sénateur UDI Hervé Maurey , président du groupe d'amitié France-Ukraine au Sénat, l'UE doit jouer un rôle de médiation. Il regrette que l'Europe ait posé trop de conditions à l'Ukraine lors de la signature de l'accord d'association :

Écouter

1 min

Jeudi soir, les ministres des Affaires étrangères de l'UE se sont mis d'accord pour priver de visas "ceux qui sont tachés de sang" en Ukraine et pour geler leurs avoirs , selon les mots du chef de la diplomatie italienne, au sortir d'une réunion à Bruxelles. Un premier coup de force avant la négociation. Trois ministres européens (le Français Laurent Fabius, l'Allemand Frank-Walter Steinmeier et le Polonais Radoslaw Sikorski) ont décidé de prolonger leur séjour à Kiev pour tenter de trouver une sortie de crise.

> Et pour suivre l'évolution de la situation sur place, rendez-vous dans tous nos journaux.
**> Ce samedi 22 février, dans Affaires Etrangères : "L'Ukraine, déchirée entre l'Ouest et l'Est". Présenté par Christine Ockrent, de 12h45 à 13h30. **
Le Monde selon Hubert Védrine

"La situation en Ukraine", par Hubert Védrine, le 21 février 2014.

Trait pour Trait - L'oligarque ukrainien Rinat Akhmetov

Rinat Akhmetov est l'homme le plus riche et sans doute le plus influent d'Ukraine. L'oligarque, très proche du président Viktor Ianoukovitch, a décidé de lui tourner le dos ces derniers jours. Son portrait, par Camille Magnard. Le 21 février 2014.

Ukraine : une journée de violences à Kiev (Courrier International)

Par la rédaction, le 20 février 2014.

l'UE prend des sanctions contre ceux qui ont les mains « tachées de sang » (Les Echos)

Par la rédaction, le 20 février 2014.

Moscou à la manœuvre sur tous les fronts de la crise ukrainienne (Le Monde)

Par Marie Jégo, le 19 février 2014.

Ukraine : parler d'une seule voix, et d'une voix ferme (Le Monde)

Editorial, le 19 février 2014.

Les affrontements à Maïdan vus des deux côtés des barricades (Frankfurter Allgemeine Zeitung)

Le 19 février 2014.