Publicité

Ukraine : malgré la trève, les combats continuent

Par

**36 h après l’entrée en vigueur officielle du cessez-le-feu prévu par l'accord de paix de Minsk, les combats continuent en Ukraine. Autour de la ville de ** Debaltseve, très disputée, la trève n’est pas respectée.

Les forces armées urkrainiennes gardent leurs positions près de Debaltseve 15/02/2015
Les forces armées urkrainiennes gardent leurs positions près de Debaltseve 15/02/2015
© Reuters - Gleb Garanich

L'accord de paix signé à Minsk jeudi 12 février est-il déjà compromis ? Les séparatistes pro-russes ont continué lundi 15 février de pilonner la ville encerclée de Debaltseve . De son côté, Kiev a déclaré ne pas vouloir retirer ses armes lourdes de la ligne de front tant que serait violé le cessez-le-feu. Ce dernier est théoriquement en vigueur depuis dimanche 15 février, comme le prévoit l'accord signé en Biélorussie le jeudi précédent (voir encadré). L’Ukraine parle de 112 tirs séparatistes ces dernières 24 h.

Publicité

Debaltseve est un important point stratégique pour les séparatistes : ce noeud ferroviaire et routier se trouve à mi-chemin entre leurs grands bastions de Lougansk et Donetsk. Les séparatistes ont annoncé qu’ils ne comptaient pas respecter la trève dans ce secteur. Selon Washington, l'opération séparatiste contre cette ville est appuyée par les forces armées russes, ce que nie Moscou.

Ukraine_cessez_le_feu
Ukraine_cessez_le_feu

**Des personnalités sanctionnées par l’Union européenne **
De son côté, l'Union européenne a publié ce lundi 16 février une nouvelle liste de 19 personnalités et 9 organisations sous sanction en raison de leur rôle dans le conflit en Ukraine. Tous sont frappés d’une interdiction de visa et d’un gel de leurs actifs . Sur cette liste on trouve notamment Arkady Bakhine premier vice-ministre russe de la Défense et Anatoly Antonov, vice-ministre de la Défense, ainsi que deux députés, le chanteur populaire Iossif Kobzon et Valery Rachkine. La liste vise également des groupes séparatistes ukrainiens. Le ministère russe des Affaires étrangères a aussitôt dénoncé « l'incohérence et le caractère illogique » de ces sanctions, estimant que « à chaque fois qu'il y a de l'espoir concernant le règlement de la crise ukrainienne intérieure, Bruxelles s'empresse d'introduire de nouvelles restrictions antirusses ».

Minsk 2 : que prévoit l'accord de paix De longues négociations ont permis d’aboutir à un document en treize points. Il est signé par le « groupe de contact » formé par les belligérants, ukrainiens d’un côté, séparatistes prorusses de l’autre, ainsi que par l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Cet accord a été signé le 13 février à Minsk où s’étaient retrouvés pour des négociations les présidents Vladimir Poutine, Petro Porochenko et François Hollande ainsi que la chancelière allemande Angela Merkel. Ces derniers se sont engagés à « vérifier » l’application sur le terrain du document en 13 points adoptés.

Il reprend en grande partie l’accord en 12 points signé le 5 septembre 2014, déjà dans la capitale biélorusse. Mais il élargit la zone tampon et prévoit une nouvelle Constitution ukrainienne.

Les principaux points de l’accord :

**- Cessez-le-feu ** Un cessez-le-feu bilatéral est entré en vigueur le 15 février à minuit heure de Kiev dans les régions de Donetsk et Lougansk.

  • **Retrait des belligérants et des armes lourdes ** Pour renforcer les chances de trêve, le texte prévoit le retrait des armes lourdes sur une distance allant de 50 km à 70 km, voire plus, de part et d’autre de la ligne de démarcation. ( Et non plus 30 km comme le prévoyait le précédent accord.) L’OSCE a pour mandat de vérifier, par satellite et par drone, l’application de cette disposition. Est également prévu le retrait des groupes armés étrangers et équipements militaires.

**- Statut des régions séparatistes **
Des élections locales « en conformité avec la loi ukrainienne » doivent être organisées sur le territoire séparatiste et le Parlement ukrainien doit voter d'ici à la mi-mars un texte sur les « territoires à régime spécial » dans l'Est.

**- Echange de prisonniers et otages ** La libération de « tous les prisonniers et des otages » est prévue. Le principe d'échange de *« tous contre tous * » - retenu depuis le début du conflit mais que partiellement rempli - est fixé dans Minsk 2.

**- Contrôle de la frontière ** Il doit entièrement incomber aux forces de Kiev, après l’organisation d’élections locales.

**- Nouvelle Constitution ** L’accord prévoit que l’Ukraine doit mener d’ici fin 2015 une réforme constitutionnelle avec une « décentralisation » des régions de Donietsk et Lougansk.

**[ Ecouter ou relire la Revue de presse internationale au lendemain de la signature de l’accord de Minsk ] **

Ukraine : drôle de paix

Emission Affaires étrangères du 14/02/2015

près le sommet de Minsk : Faut-il croire en l'accord de paix?

Emission Cultures monde du 13/02/2015