Publicité

Un an après la révolution, les artistes tunisiens s’exposent à Paris (2/2)

Par

__________________________________ *> Révolutions arabes : par des cinéastes | par des artistes plasticiens *
« Dégagements... La Tunisie un an après » , c’est le titre choc d'une exposition à l'Institut du Monde Arabe. L'événement rend hommage aux artistes tunisiens qui ont accompagné cette année la révolution dans leur pays.

Les virus de la révolution
Les virus de la révolution

Un an après la révolution tunisienne, aussi appelée la « Révolution du Jasmin », l’Institut du Monde Arabe (IMA) donnent la parole aux artistes. A la fois créateurs et citoyens, témoins et acteurs, ils ont suivi les évolutions de leur pays et les enjeux de ce mouvement de révolte. Par la pratique de leur art, ils s’expriment sur la laïcité, le droit des femmes, les premiers pas vers la démocratie… Car après la chute du dictateur Ben Ali au pouvoir pendant vingt-trois ans, les premières élections libres ont été organisées.

Publicité

Profitant d’une liberté d’expression toute récente, les artistes explorent de nouveaux espaces où ils ne sont plus sous surveillance. Photographes, plasticiens, peintres ou sculpteurs, ils témoignent des événements vécus pendant cette révolution. Ils questionnent ou interprètent cette période de changement. Les vingt et un artistes exposés sont tunisiens pour la plupart mais quelques œuvres d’artistes étrangers, particulièrement sensibles à cette révolution, sont aussi présentes.

L'exposition, explique sa commissaire Géraldine Bloch , est « *un hommage à la révolution et au peuple tunisien mais cette fois à travers des artistes plasticiens et différents médiums représentés et non pas à travers la photo documentaire et journalistique. * »

Des œuvres figuratives très expressives

A l'entrée de l'exposition, la reproduction d'un immense tag recouvre l'intégralité d'un des murs. Réalisée en avril 2011, c'est l'œuvre de Sk-one et Meen-One comme l'explique Géraldine Bloch.

Les tags
Les tags

Géraldine Bloch, le tag

1 min

De son côté, l'artiste libanais Ali Cherri a travaillé sur l'immolation dans ses réalisations. Il s'interroge sur la vague d'immolations qui a parcouru le monde arabe après celle de Mohamed Bouazizi. Les explications de Géraldine Bloch.

Je ne suis pas pyromane et Immolation Kit d'Ali Cherry
Je ne suis pas pyromane et Immolation Kit d'Ali Cherry

Géraldine Block, pyromane

1 min

L'exposition « Dégagements... La Tunisie un an après » se tient jusqu'au 1er avril à l'Institut du Monde Arabe, à Paris.

Découvrez aussi que les révolutions arabes s’affichent dans les cinémas .