Publicité

Un budget 2016 optimiste

Par

Le gouvernement a présenté en Conseil des ministres son projet de loi de finances pour l’année prochaine. Il prévoit 16 milliards d’euros d’économies supplémentaires pour atteindre la promesse présidentielle de baisse des impôts et du déficit public. Le texte doit encore être discuté et adopté au Parlement.
Le gouvernement cherche à tenir ses promesses à la fois en matière de baisse d'impôts et de réduction des déficits :

**« La surprise de ce projet de loi de finance, disait ce mercredi matin Michel Sapin c'est qu'il n'y a pas de surprise. Nous mettons en œuvre ce que nous avons avancé ** ».

Publicité

Le déficit public de la France devrait donc baisser de 3,8% du PIB en 2015 à 3,3% l'an prochain. Le gouvernement prévoit de passer sous les 3% de déficit public, plafond prévu par le traité de Maastricht, en 2017 avec un objectif de 2,7%.

Par ailleurs, l'impôt sur le revenu baissera de deux milliards d’euros, comme annoncé en août par le président de la République.

Les entreprises bénéficieront elles d'une réduction de prélèvements supplémentaire de neuf milliards d'euros l'an prochain.

Jean-Marc Chardon, chef du service Economie de France Culture, nous détaille les économies envisagées par le gouvernement pour atteindre ses objectifs :

Écouter

1 min

La dépense publique diminuera de 16 milliards d’euros. Un effort supporté par les services de l’Etat à hauteur de 5,1 milliards qui fera des économies de fonctionnement, sur la masse salariale, mais également sur les « opérateurs de l’Etat » comme les Chambres des commerces, etc… Certaines aides publiques (aide développement, APL) seront également rognées. Au niveau des ministères, les budgets de la Culture, de l’Education et de la Défense sont en hausse, ceux de la Justice et de l’enseignement supérieurs sont stables. A l’inverse, le ministère de l’environnement devra faire avec une enveloppe moindre.

Le budget des principaux ministères en 2016
Le budget des principaux ministères en 2016

Ensuite, les collectivités territoriales devront se passer de 3,5 milliards d’euros et trouver de nouvelles ressources, sans qu’on sache s’il s’agira de ressources fiscales (augmentation des impôts locaux).

Enfin, plus de sept milliards d’économies sont prévues sur la protection sociale (Sécurité sociale, ..) mais le gouvernement n’a pas encore précisé ses pistes sur ce point.

Le détail des économies
Le détail des économies

Hier, le ministre des Finances Michel Sapin et le ministre du Budget Christian Eckert ont rencontré les parlementaires socialistes membres des commissions des finances de l’Assemblée et du Sénat pour leur annoncer que les marges de manœuvre pour amender le projet de loi de finances étaient « très serrées » , notamment suite aux annonces de nouvelles dépenses de ces derniers mois par François Hollande et Manuel Valls : aide aux agriculteurs, hébergement d’urgence, accueil des réfugiés, hausse de la dotation contre le réchauffement climatique ou encore coup de pouce à l’enseignement supérieur. Soit au total, 800 millions à un milliard de dépenses à compenser par autant d’économies.

Les précisions de Frédéric Says :

Écouter

1 min

Consulté sur le projet de loi de finances pour 2016, le Haut Conseil aux finances publiques écrit que « l’hypothèse d’une croissance de 1,5 % en 2016 ne peut plus être qualifiée de 'prudente', comme elle l’avait été en avril dernier » . Il estime toutefois que «soutenue par la demande interne et européenne, elle demeure atteignable ».

L'endettement de la France
L'endettement de la France