Publicité

Un festival sur le rôle des images dans les médias

Par

** Le festival a été lancé par plusieurs professeurs du Lycée Voltaire, à Orléans. Au départ destiné à un public d’élèves et d’étudiants, il a réuni dès la première soirée-projection un public éclectique. Mardi 31 janvier, une centaine de spectateurs ont pu assister à la projection du documentaire sur le génocide rwandais : Kigali, des images contre un massacre, réalisé en 2004 par Jean-Christophe Klotz. **

Le génocide rwandais
Episode douloureux de l’histoire du 20ème siècle. En trois mois, des centaines de milliers de Tutsis sont tués, méthodiquement, par des milices extrémistes et des militaires Hutus. Hommes, femmes, enfants, on estime à 800.000 le nombre de victimes du génocide.

Publicité
Kigali
Kigali

Pendant les trois mois de massacre, des casques bleus de l’ONU sont sur place, dont le représentant des Nations Unies, le général canadien Roméo Dallaire . La plupart des journalistes ont quitté le pays assez tôt avec les ressortissants étrangers. Mais ils restent encore quelques civils occidentaux sur place. Parmi eux, le père Blanchard , qui refuse de quitter le Rwanda. Il restera pendant une grande partie des massacres dans sa paroisse de Kigali, où ont trouvé refuge des dizaines de femmes et d’enfants tutsis.

A l’époque Jean-Christophe Klotz est journaliste pour l’agence Capa. Il réalise un premier reportage sur le rapatriement des français. Lors du tournage il se rend compte de l’horreur qui se joue. Il retournera sur place quelques semaines plus tard, en mai, pour faire un reportage sur le père Blanchard. Il suivra également Bernard Kouchner, qui tente à l’époque une médiation entre les différents belligérants.

Jean-Christophe Klotz, le réalisateur du documentaire
Jean-Christophe Klotz, le réalisateur du documentaire
© Radio France - Abdelhak El Idrissi

Lors de ce second voyage, Jean-Christophe Klotz part pour "alerter", caméra à l’épaule. Mais les images n’atteignent pas leur but : en France, en Europe et dans le Monde, les opinions publiques ne semblent pas, ne veulent pas prendre la mesure du drame qui se joue.

Pourquoi cet échec ? Le journaliste français est retourné en 2004 au Rwanda, pour retrouver les quelques survivants filmés dix ans auparavant.

Jean-Christophe Klotz explique pourquoi le documentaire était une meilleure idée qu’un reportage :

jean-Christophe Klotz explique l'importance du documentaire

2 min

Le basculement du rôle de journaliste à celui de documentariste, avec ce que cela implique de militantisme, est intervenu en 1994. Jean-Christophe Klotz ne supporte pas ce qu’il voit, les scènes de barbarie. Son rôle est initialement de témoigner, mais alors qu’il approche d’une école à Kigali, il sait ce qui l’attend dans ce petit bâtiment en béton, un peu à l’écart: la mort, l’insupportable. Au moment où la porte s’ouvre, la caméra s’éteint, il ne veut pas filmer les cadavres. Et puis un peu plus tard, dans la paroisse du père Blanchard , le journaliste est blessé par balle, à la hanche. Immédiatement évacué par la Croix Rouge il supplie une journaliste italienne d’aller aider les femmes et les enfants restés sur place, et qui risquent de se faire massacrer:

Jean-Christophe Klotz raconte le basculement entre journaliste et militant

1 min

Jean Christophe Klotz déclare que sa mission de journaliste a échoué, car les images n’ont pas réussi à susciter une prise de conscience dans l’opinion publique. Pourtant il existait déjà des images bien avant le génocide rwandais. Plus d’un an avant, en janvier 1993, Jean Carbonare est invité du journal télévisé de France 2. Ce membre de la Fédération Internationale des Droits de l’Homme profite de cet instant, le plus regardé à la télévision, pour alerter sur ce qu’il vient de découvrir au Rwanda. Lui et d’autres bénévoles ont trouvé à l’époque des charniers dans lesquels sont entassés des dizaines de corps. Ce témoignage bouleversant a été repris par Jean Christophe Klotz dans son documentaire de l’époque:

Lors du génocide rwandais, le scénario se répète. Malgré les images, les alertes, les témoignages, aucun pays ne prend la mesure du drame. Sur place au moment des massacres, Philippe Gaillard , responsable du Comité International de la Croix-Rouge au Rwanda ne comprend pas. Selon lui, les images sont censées avoir un impact sur les téléspectateurs (captation du documentaire, tendez l’oreille ):

Philippe Gaillard, ancien responsable du CICR au Rwanda

39 sec

Cet attentisme de la communauté internationale a été dénoncée par Bernard Kouchner , son témoignage ponctue le documentaire:

Les témoignanges de Bernard Kouchner et d'autres ponctuent le documentaire
Les témoignanges de Bernard Kouchner et d'autres ponctuent le documentaire

Le témoignage poignant de Bernard Kouchner sur le comportement de la communauté internationale

1 min

Paradoxalement, plusieurs années après le génocide, les images ont enfin un impact sur le public. C’est le cas pour Françoise et Olivier , membres d’une association orléanaise de solidarité internationale et venus assister à la soirée projection-débat. Avec le recul, encore relatif sur les événements, il est plus facile de prendre conscience des événements:

Le témoignage de deux spectateurs du documentaire

39 sec

Dans le public le soir de la projection, il y avait beaucoup d’élèves du lycée Voltaire. Ils n’étaient pas obligés d’être présents, et pourtant ils étaient près de 50. Car la question rwandaise est transposable au programme de terminale. Philippe Couannault est professeur d’histoire au lycée Voltaire:

Philippe Couannault, professeur d'Histoire, revient sur l'importance de sensibiliser les lycéens

1 min

Après chaque drame, il est de bon ton de dire "plus jamais ça".

Mais qu’arrivera t-il la prochaine fois ? Alors que nous assistons à une explosion des images, à longueur de journée, sur tous les écrans, sur tous les sujets. Comment réagir aux "bonnes images" ? La question se pose pour le réalisateur Jean-Christophe Klotz :

Jean-Christophe Klotz explique l'abondance d'images aujourd'hui

2 min

Sandrine Leturcq
Sandrine Leturcq
© Radio France

Ce sont ces questions qui ont poussé des enseignants du lycée Voltaire à organiser ce festival. Ils ont programmé le jeudi 2 février une autre soirée rencontre avec l’historien Jérôme Bourdon, sur l’emprise des images dans le conflit israélo-palestinien.

Le genre de sujet qui permet aux plus jeunes de se forger un esprit critique. Sandrine Leturcq est professeure-documentaliste au lycée Voltaire:

Sandrine Leturcq, professeure-documentaliste voudrait généraliser l'instruction de l'image

2 min

François Robinet
François Robinet
© Radio France

Mais au delà du seul public lycéen, la question de la sensibilisation aux images se pose pour tous. Le festival Les Médiatiques accueillera donc toutes les personnes intéressées par le sujet.

Comme nous l‘explique François Robinet professeur d’histoire et à l’origine, avec d’autres enseignants, du festival:

François Robinet, professeur d'histoire

2 min

> Le déclencheur du génocide rwandais a récemment été remis en question

> Le 12 septembre dernier, Paul Kagame, le président Rwandais effectuait une journée historique en France

> Le 6 avril 2009, France Culture proposait une journée exceptionnelle en direct de Kigali, 15 après le génocide tutsi