Publicité

Un institut unique en France pour les enfants atteints de maladies neuromusculaires

Par
L'institut I-motion offre un cadre sécurisé et gai aux jeunes patients
L'institut I-motion offre un cadre sécurisé et gai aux jeunes patients
- Catherine Duthu

L'institut I-motion, inauguré hier dans l'enceinte de l'Hôpital pédiatrique Trousseau à Paris, est dédié aux essais cliniques sur des enfants souffrant de maladies neuromusculaires. Ce lieu unique réunit dans un même lieu des neurologues, cardiologues, radiologues pédiatres.

Réunir dans un même lieu des neurologues, cardiologues, radiologues pédiatres. C'est le cadre sécurisé qu'offre désormais l'institut "I-motion". S'il arrive quoi que ce soit à l'un des 120 patients inclus dans les 18 essais cliniques menés actuellement, les spécialistes peuvent intervenir directement.

Le Pr Vialle, chef de service orthopédie pédiatrique à l'hôpital Trousseau
Le Pr Vialle, chef de service orthopédie pédiatrique à l'hôpital Trousseau
- Catherine Duthu

Au détour d'un couloir, surgissent un tigre violet et un éléphant orange. Décorer les murs blancs de l'institut I-motion ne fait pas qu'égayer le quotidien des jeunes patients. Cet environnement a aussi un intérêt médical également pour les essais cliniques menés à l'Institut I-motion.  Les explications du Professeur Raphaël Vialle, chef de service orthopédie pédiatrique à l'hôpital Trousseau et de Dr Laurent Servais, neuropédiatre et responsable du service "Essais cliniques" à l'Institut I-motion.

Publicité

L'intérêt de l'institut I-motion pour les patients et les médecins

2 min

Un espoir pour les familles

Charles-Edern et sa mère, Valérie, viennent tous les jeudi à l'institut I-motion
Charles-Edern et sa mère, Valérie, viennent tous les jeudi à l'institut I-motion
- Catherine Duthu

Assis bien sagement sur un lit, Charles-Edern attend patiemment la fin de sa perfusion.  Il faut compter trois heures pour qu'il reçoive un produit thérapeutique qui stabilisera, il l'espère, sa myopathie de Duchenne. Il y a six mois, le petit garçon de 12 ans marchait encore. Il se déplace désormais en fauteuil roulant. Une fois par semaine, Charles-Edern et sa mère, Valérie, quittent leur maison, à Angers pour suivre les essais cliniques à l'hôpital Trousseau à Paris.

Des essais thérapeutiques qui pourraient changer des vies

56 sec

Aujourd'hui, 120 patients participent à 18 essais cliniques à l'institut I-motion. Ce centre a été créé grâce à l'AFM-Téléthon, l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris, l'institut de Myologie de la Pitié-Salpétrière, associé à l'université Pierre et Marie Curie à Paris.