Publicité

Un nouveau satellite de surveillance qui peut voir jusque dans votre salle de bain

Par
The megacity of Tokyo: Skyscrapers are strong reflectors of the radar energy.
The megacity of Tokyo: Skyscrapers are strong reflectors of the radar energy.
- Capella space

Le journal de la Science-Fiction. Une nouvelle génération de satellites commerciaux sur le marché et autres actualités science-fictionnesques.

LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - LE JOURNAL DE LA SF

3 min

L’entreprise californienne Capella Space -  dont le PDG est un ancien ingénieur de la NASA - a présenté des images satellitaires assez impressionnantes. Ce nouveau satellite lancé au mois d’août peut scruter les bâtiments, de nuit comme de jour, qu'il pleuve ou qu'il fasse beau, avec une image si nette que l’on peut même voir à l'intérieur des pièces d’un immeuble. Sur les nombreux satellites de surveillance en orbite dans le secteur privé, il s’agit de la résolution la plus haute au monde, de 50 cm x 50 cm. Contrairement à l’imagerie optique, ce  satellite utilise un radar à synthèse d'ouverture, ou SAR. C'est un peu comme les dauphins et les chauve-souris qui utilisent l’écholocalisation. Là, le satellite émet un puissant signal radio de 9,65 GHz vers sa cible, puis il capte et interprète le signal lorsqu'il rebondit en orbite. Avec cette fréquence, il est possible de pénétrer les nuages, le brouillard et  la fumée. Selon Capella Space, cette technologie se démocratisera rapidement. L’entreprise veut créer une constellation de satellites SAR et prévoit le lancement de six satellites supplémentaires l’an­née prochaine.

La plus grande ferme verticale d'Europe

Le Danemark a inauguré la plus grande ferme verticale d’Europe. Si l’agriculture verticale est en plein développement en Asie, elle reste encore peu répandue en Europe. La compagnie Nordic Harvest a donc créé une usine à légumes dans un hangar : 7.000 m² sont dédiés à la culture du choux, de salade et d'herbes aromatiques, hors sol et sans soleil. Dans cette ferme high-tech, six rangées d’étagères sur quatorze étages devront produire 2,7 tonnes de salade en 2021. La température ambiante, le niveau de l’humidité et la teneur en CO2 : tout est sous contrôle, ce qui permet ainsi quinze récoltes par an et ce, sans pesticides. Ce sont des rendements 200 fois plus élevés que ceux de l’agriculture traditionnelle.

Publicité

"Le robot m'a forcé à le faire"

Selon une étude parue dans Cyberpsychology, Behaviour, and Social Networking, les robots peuvent nous encourager à prendre des risques.  Dans cette étude qui s'intitule « le robot m'a forcé à le faire », les chercheurs ont invité 108 étudiants à faire l’exercice du BART qui permet d’évaluer les capacités de prise de risque d’un individu. Les participant sont invités à gonfler virtuellement un ballon. Chaque coup de pompe rapporte de l’argent mais il peut exploser à tout instant et vous faire perdre vos gains. Les étudiants ont passé ce test, seuls, puis avec un robot silencieux, puis avec un robot sympathique et encourageant qui posait des questions comme « mais pourquoi t'arrêtes-tu maintenant ? ». En compagnie du robot gentil, les étudiants ont gagné beaucoup plus que lorsqu’ils étaient avec le robot silencieux ou que lorsqu'ils étaient seuls. Cela signifie donc qu’ils ont pris plus de risque et que les mots d’encouragements - même de robot-  font mouche.

Coté fiction : deux nouvelles série SF

On attends deux nouvelles séries de science-fiction. Disney a annoncé que la saga Alien allait être développée en série, diffusée sur FX / Hulu et réalisée par Noah Hawley, le showrunner de la série Fargo. Ces nouvelles aventures ne se dérouleront plus dans l’espace ou sur un planète lointaine mais sur Terre, dans un futur proche. Ridley Scott serait en pourparlers pour superviser la série en tant que producteur exécutif.   

Autre série attendue : The Stand, adaptée du roman apocalyptique de Stephen King, "Le fléau" en français. C'est une minie-série en 9 épisodes pour CBS All Access, qui sera diffusée en France à partir du 3 janvier sur la plateforme Starzplay. La série est écrite par Benjamin Cavell, le scénariste de la série Homeland, et l’histoire raconte une pandémie de super grippe qui décime la quasi totalité de l’humanité.