Une lueur d'empathie chez le robot ?

Publicité

Une lueur d'empathie chez le robot ?

Par
.
.
© Getty - Photodisc

Le journal de la SF. Des chercheurs ont doté un robot d'une forme "primitive d'empathie" ; et autres actualités science-fictionnesques.

LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - LE JOURNAL DE LA SF

5 min

Selon une étude parue dans Scientific Reports, une équipe américaine a doté un robot d’une "forme primitive d’empathie". L’empathie est cette capacité cognitive qui nous permet de comprendre les besoins et les intentions de ceux qui nous entourent. Chez l’humain, elle apparait vers l’âge de trois ans. En neuropsychologie, on parle du concept de "théorie de l’esprit". Les chercheurs de l'Université de Columbia ont mené une expérience avec deux robots. Le premier a été programmé pour se déplacer systématiquement vers des points verts, et pour choisir le plus proche de lui. Parfois, un bloc rouge l’empêche de voir les cibles vertes.  

Un deuxième robot, une I.A, a observé toute la scène, pendant deux heures. Comme un vieux couple qui peut prédire les mouvements de l’autre, cette intelligence artificielle a été capable de prédire toutes les actions du premier robot, simplement en observant la scène. et ce, avec une précision de plus de 98%. En d’autres termes, cette intelligence artificielle a réussi à se mettre à la place de son homologue et à voir le monde de son point de vue de robot. Ceci pourrait peut-être être une lueur d’empathie et les prémices d’une "théorie robotique de l’esprit".

Publicité

Des lentilles de contact pour une vision surhumaine

Selon une prépublication parue sur le site a_rXiv,_ des chercheurs ont imaginé des lentilles pour une vision surhumaine. Certains animaux ont la capacité de voir la lumière ultra-violette et de nombreux appareils électroniques nous permettent de voir ce qui est normalement caché. Cette équipe américaine a pensé à une lentille de vue, qui permettrait de percevoir les UV tout en laissant passer le spectre de lumière visible ; des lentilles de vue pour voir la lumière ultraviolette superposée à une vue normale en somme. Selon cette prépublication, cette super-vision, cette vue surhumaine, serait possible avec des lentilles enduites de nanocristaux de pérovskite de seulement 10 nanomètres de large.

Une future "station Cérès" ?

Des astronomes pensent à créer une "station Cérès", autrement dit un habitat humain permanent en orbite autour de Cérès, la plus petite planète naine de notre Système solaire, située dans la ceinture d'astéroïdes entre Mars et Jupiter. Dans une prépublication parue sur le site d’arvix, une équipe finlandaise décrit une colonie de méga-satellites avec différentes unités habitables, interconnectées et évolutives, pour terraformer Cérès. La station orbitale est en permanente rotation pour simuler la gravité terrestre. Pourquoi choisir Cérès ? D’une part, elle est riche en azote (ce qui est nécessaire pour une atmosphère terrestre) et d'autre part, pour la construction de cette station. En effet, "extraire des matériaux depuis Cérès est énergétiquement bon marché (...) et cela serait possible à l’aide d’un ascenseur spatial". Enfin, la planète naine serait un tremplin idéal pour explorer l’ensemble du Système solaire. Les chercheurs peaufinent encore leur projet.

L'e-Sport bientôt aux J.O ?

L'e-Sport est au programme des Jeux olympiques de 2022. L'assemblée générale du Conseil Olympique d’Asie a décidé d’intégrer l’e-Sport dans les disciplines officielles des Jeux de Hangzhou, en Chine prévus en septembre 2022. Les sports électroniques sont déjà très populaires en Asie, mais la pandémie a peut être changé les mentalités et le regard que l’on porte dessus. Peut-être que des e-Athlètes rejoindront bientôt les Jeux Olympiques ?

Films de zombies et résilience psychologique

Selon une étude parue dans la revue Personality and Individual Differences, les films de zombies nous ont peut-être préparé à mieux surmonter la pandémie de CoVid-19. Pour cette étude américaine, 310 participants ont répondu à un questionnaire sur leurs préférences en matière de films, puis sur leurs sentiments et ressentis face à cette crise sanitaire. Il se trouve que ceux qui aiment les films d’horreur, les films de zombies et de science-fiction, sont moins en détresse psychologique que les autres. Les férus de films post-apocalyptiques semblaient mieux préparés psychologiquement au confinement. Selon les chercheurs, ces films serviraient de "répétition mentale" et nous rendraient peut-être plus résilients face aux événements réels.