Publicité

Vacances trop chères : les Français ne se mélangent plus

Par
Le prix des vacances augmente et les lieux de mixité sociale se raréfient.
Le prix des vacances augmente et les lieux de mixité sociale se raréfient.
© Maxppp - Nicolas Parent

Les campings et les colonies de vacances, derniers bastions du brassage social estival, ont procédé depuis les années 80 à une montée en gamme effrénée. Inévitablement, les prix ont suivi la même courbe, aggravant les inégalités entre les Français.

Six Français sur dix sont partis en vacances en 2019 selon une enquête IFOP pour la fondation Jean Jaurès. Un chiffre relativement stable depuis plusieurs années qui cache toutefois des inégalités toujours plus fortes entre les différentes classes sociales : près des deux tiers de la population a renoncé au moins une fois à partir ces cinq dernières années. La montée en gamme des colonies de vacances et des campings opérée depuis une cinquantaine d’années est l’un des facteurs majeurs de cette tendance.

Un phénomène de "premiumisation"

Ce phénomène de "premiumisation" est particulièrement flagrant dans les campings de l’hexagone selon Jérôme Fourquet, directeur du département opinion et stratégies d’entreprise de l'IFOP : "Le nombre de campings une ou deux étoiles a considérablement diminué ces dernières années au profit d’établissements de camping qu’on appelle ‘hôtellerie de plein air’ et qui affichent quatre ou cinq étoiles avec souvent moins de place pour les tentes et les caravanes et davantage pour les mobil’homes. Bien évidemment, le tarif aussi s’en ressent et le ticket d’entrée devient plus difficilement accessible pour les publics plus populaires".  Pour continuer de partir en vacances, les Français sont alors forcés de changer leurs habitudes : partir moins loin, moins longtemps, ou dans des structures différentes comme les campings associatifs dans lesquels chacun doit participer à l’entretien et à l’accueil des nouveaux arrivants.

Publicité

"Les colonies de vacances ont toutes connu le même processus depuis les années 70", explique Bertrand Réau, sociologue au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) : 

Pour faire face à la concurrence, elles se sont largement segmentées, différenciées, spécialisées… Vous avez en conséquence des camps à thèmes : sportifs, linguistiques... Qui sont très chers parce qu’ils sont souvent proposés par des organismes privés qui proposent un haut niveau de qualité de prestations.

Conséquence : ces séjours sont devenus inaccessibles financièrement pour les classes moyennes inférieures et pour les plus populaires. En une cinquantaine d’années, la fréquentation de ces colonies pour enfants a été divisée par 3. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Vidéo de la leçon inaugurale de Bertrand Réau au Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) sur le rôle social des vacances et les inégalités qu'elles créent.

59 min

Des zones de mixité sociale de plus en plus rares

Le soutien des politiques publiques, au cœur du problème, a également changé de nature. Jusqu’aux années 70, l’accompagnement du tourisme social par l’Etat se traduit par des constructions de villages vacances et d’hébergements collectifs. Un tournant important est pris dans les années 80 selon le sociologue : "Il n’y a plus de constructions soutenues par l’Etat et il y a une individualisation des aides avec les chèques vacances. On donne des aides mais à partir d’un certain seuil seulement et les classes moyennes inférieures s’en retrouvent exclues"

Adossés l’un à l’autre, ces deux phénomènes débouchent sur une offre duale, dépourvue de zones de mixité sociale. Comme pour les campings, divisés entre les établissements participatifs et les structures d’hôtellerie en plein air : "Certaines colonies de vacances financées par les subventions publiques accueillent les enfants des classes populaires tandis que la classe moyenne supérieure privilégie les séjours à thèmes dans des structures privées", analyse Jérôme Fourquet_. _

Les inégalités de vacances contribuent à creuser les inégalités sociales

Les enfants des classes moyennes inférieures, trop aisées pour bénéficier des tarifs sociaux mais pas suffisamment pour partir en séjours privés, doivent se contenter des départs en famille. Ou même renoncer à partir. Ainsi selon l’enquête réalisée par l’IFOP, près de deux tiers des personnes s’identifiant comme "gilets jaunes" estiment avoir renoncé "souvent" à partir en vacances ces dernières années.

42 min

Ces inégalités face aux vacances sont particulièrement inquiétantes, estime Bertrand Réau : 

Les enfants n’ont pas tous accès aux mêmes activités et cela peut entraîner des déficits d’apprentissage chez certains. Ces inégalités de vacances ne sont pas futiles, elles contribuent à creuser les inégalités sociales de manière générale. Le temps de vacances est un temps où l’on peut travailler le lien social, créer du lien entre les groupes sociaux. 

Bertrand Réau a défendu ce point de vue fin juin aux côtés de l’association "Jeunesse au plein air" lors d’une rencontre-débat devant l’Assemblée nationale le 21 juin dernier. Il espère ainsi convaincre le secrétaire d’Etat à la jeunesse Gabriel Attal d’élargir sa volonté de réformer les colonies de vacances à une "vraie réflexion autour du temps de vacances".