Publicité

Vargas Llosa : "Pour mon père, un poète était un excentrique, un raté, peut-être même un homosexuel"

Mario Vargas Llosa le 1er mars 2016.
Mario Vargas Llosa le 1er mars 2016.
© Sipa - Oscar Gonzalez/WENN.com

1993. A l'occasion de la sortie ce 24 mars de l'écrivain péruvien Mario Vargas Llosa dans l'édition La Pleïade de son vivant (une rareté), redécouvrez l'intégralité de l'entretien qu'il accordait à France Culture en 1993 dans "A voix nue". Premier volet de l'émission au micro de Gérard de Cortanze.

Dans ce premier volet de l'entretien qu'il accordait à France Culture dix-sept ans avant son Prix Nobel de littérature en 2010, l'écrivain péruvien Mario Vargas Llosa évoque son enfance, "gâtée" d'abord auprès de sa mère puis "opprimée" lorsqu'il fait la rencontre, à dix ans, de son père autoritaire et brutal. De ce père, il dit :

Dès que je l'ai connu, mon enfance est devenue douloureuse.

Publicité

Mais, de ce même père, il dit aussi qu'il lui doit peut-être sa vocation d'écrivain. Une vocation paradoxale :

Pour lui, un poète était quelque chose d'excentrique, probablement un raté... peut être même un homosexuel.

Expédié dans un collège militaire, Vargas Llosa dira qu'il y a beaucoup souffert, mais aussi beaucoup appris sur le Pérou, au point d'avoir réinvesti ces souvenirs dans son premier roman, La ville et les chiens, écrit en 1963 alors qu'il est installé à Paris. Avant d'évoquer l'influence qu'a eu sur lui la découverte d'auteurs classiques français (Verne, Dumas, Hugo...), Mario Vargas Llosa, candidat de droite malheureux à l'élection présidentielle de 1990 au Pérou, disait ceci de son pays en 1993, date de cet enregistrement :

La bourgeoisie péruvienne n'a pas beaucoup changé depuis trente ans. ils sont peut être moins nombreux mais les familles de ce secteur de la population sont toujours très ignorants, très indifférents à la culture. Très égoïstes, aussi.

"A voix nue" avec Mario Vargas Llosa 1/5, le 13/12/1993

27 min

  • Producteur : Gérard de Cortanze
  • Première diffusion le 13/12/1993
  • Archive INA - Radio France

Repères biographiques :

A 79 ans, l'écrivain péruvien entre dans la prestigieuse collection papier bible de Gallimard ce 24 mars. Il est seulement le seizième à intégrer la Pléïade de son vivant, et le tout premier auteur issu du domaine étranger. Redécouvrez en intégralité ici l'entretien accordé en 1993 dans "A voix nue" par celui qui fût lauréat du Prix Nobel de littérature en 2010.

Écrivain, politique et journaliste péruvien, Mario Vargas Llosa est né à Arequipa, Pérou, le 28 mars 1936. Il a grandi entre la Bolivie et le Pérou, poursuivi des études universitaires à Lima puis à Madrid. Son premier recueil de nouvelles, Les Caïds, est publié en 1959 mais c’est avec son premier roman La Ville et les chiens (1963) qu'il devient l'une des figures de proue du mouvement littéraire appelé le "boom latino-américain".

Son œuvre polyphonique, techniquement novatrice, est marquée par Faulkner, Flaubert, Balzac. Elle réunit l’action et l’histoire, l'intime, la fiction et la réalité. Déçu par la révolution cubaine, il se présente comme candidat libéral à l'élection présidentielle péruvienne (1990), qu'il perd. Il se dédie depuis à la littérature et a été couronné par des prix tels que Prince des Asturies (1986), Cervantès (1994) et le Nobel de Littérature (2010).

Bibliographie sélective :

Un héros très discret, Gallimard, 2015

Lituma dans les Andes, Gallimard, 1996, prix Planeta 1993

La Tante Julia et le Scribouillard, Gallimard, 1980, prix du Meilleur livre étranger 1980 en France

Conversation à La Cathédrale, Gallimard, 1973

La Maison verte, Gallimard, 1981, prix Rómulo Gallegos 1967

La Ville et les chiens Gallimard, 1966, prix Biblioteca Breve 1966, prix de la Critique espagnole 1964