Covid-19, une épidémie de fake news #2

Publicité

VIDÉO. Covid-19 : une nouvelle épidémie de fake news sur le coronavirus

Par

Les Idées claires | La chloroquine est-elle un remède miracle ? Le coronavirus va t-il disparaître avec la chaleur ? Ce sont les questions au cœur des «Idées claires», un programme vidéo produit par France Culture et Franceinfo destiné à lutter contre les désordres de l'information, des fake news aux idées reçues.

Depuis l'épidémie de Covid-19, jamais la science n'aura progressé aussi vite dans la connaissance d'un agent infectieux. Jamais le nombre de fausses informations, rumeurs, constructions complotistes n’auront été aussi important. Est-ce le fait du confinement, d'une inquiétude collective, d'une mauvaise communication des pouvoirs publics et du temps accru passé sur les réseaux sociaux ? 

Ces infox ou fake news sur le coronavirus se propagent dans tous les milieux sociaux, et il est parfois difficile de discerner ce qui relève d'une information scientifique avérée, de la rumeur pseudo-scientifique ou de l'inquiétude démesurée.

Publicité

Faisons le point avec le Dr. Alexandre Bleibtreu, médecin infectiologue au service de maladies infectieuses et tropicales de la Pitié-Salpêtrière, sur les sujets qui circulent et qui demandent à être confirmés ou infirmés par une parole scientifique.

La chloroquine est-elle un remède au Covid-19 ?

Dr. Alexandre Bleibtreu : «Pour l’instant c’est beaucoup trop tôt pour pouvoir le dire. Sur les publications disponibles, il y a un signal positif. Mais en terme de devenir clinique des patients, c’est-à-dire est-ce qu’ils guérissent plus vite, est-ce qu’il y a moins de patients qui vont en réanimation, est-ce que ça diminue la mortalité, pour le moment on n'a aucune donnée solide. Dans notre service nous avons commencé à donner la chloroquine il y a une dizaine de jours à titre compassionnel. Mais nous n’avons pas encore le recul suffisant pour pouvoir dire que ça marche ou ne marche pas. Et nos résultats seront très probablement dans un entre-deux, comme c’est toujours le cas en médecine, où il y aura une partie des patients pour lesquels cela aura été bénéfique et une partie pour lesquels ça aura été insuffisant ou ça n’aura pas marché. Il n’y a aucun traitement qui soit miraculeux et qui marche sur 100% des personnes. Il faut plus de données avant de crier à la découverte miracle.»

Est-ce que le SARS-CoV2 est sensible à la chaleur ?

Dr. Alexandre Bleibtreu : «Ce qu’il faut retenir c’est qu’il y a quand même des pays où il fait 30 degrés et où le virus circule. Si on prend les exemples de Hong Kong ou de Singapour, il y fait 30 degrés. Ce qui a permis de contrôler le virus ce n’est pas la chaleur en elle-même, mais les stratégies de tests à large échelle et de confinement extrêmement strict des patients infectés ainsi que du traçage des déplacements et des contacts.»

Les boissons chaudes, les bains de bouche, ça nous protège du coronavirus ?

Dr. Alexandre Bleibtreu : «Il n’y a aucune étude qui montre que ça marche. Les boissons trop chaudes peuvent à long terme avoir des effets secondaires, comme des brûlures de l’œsophage. En tout cas, rien n'a montré que boire de l’eau chaude, tiède ou froide changeait quoi que ce soit.» 

Est-ce qu’il faut tout désinfecter chez soi à l’eau de javel ?

Dr. Alexandre Bleibtreu : «Il ne faut pas tout désinfecter chez soi à l’eau de javel ; il faut respecter les mesures barrières qui sont répétées depuis des semaines, se laver les mains, etc. Mais désinfecter 5 fois par jour ses clés ou les semelles de ses chaussures n’a pas de sens.»

Dois-je laisser mes courses dehors ou au congélateur pour les décontaminer ?

Dr. Alexandre Bleibtreu : «Il faut surtout être raisonné : quand on revient de l’extérieur, on se lave les mains, on sort ses courses. Si on est inquiet après avoir touché le sac des courses on se relave les mains, mais ce genre de stratégies sont anxiogènes et n’ont pas montré leur efficacité. Par ailleurs oui, le virus peut persister sur des surfaces inertes, mais il survit majoritairement environ 4 minutes, même si dans certains cas il a pu être montré qu’on retrouvait des traces de virus plusieurs heures après. Mais trouver une trace de virus ne veut pas dire qu'un virus soit infectant et “vivant”. Ce n’est pas parce qu’on trouve de la trace de matériel génétique que le virus est encore en capacité de vous infecter.»

Et pour nos téléphones portables et nos ordinateurs ?

Dr. Alexandre Bleibtreu : «C’est la même chose. Si vous revenez de l'extérieur vous vous lavez les mains. Ensuite généralement son téléphone on le prête peu et c’est assez rare de lécher l’écran de son téléphone ou de son clavier.» 

Faut-il laver ses vêtements plus souvent et à haute température ?

Dr. Alexandre Bleibtreu : «Quand vous allez mettre vos affaires au sale, vous allez les laisser dans la panière jusqu’à ce qu’elle soit pleine et ça dépasse le temps suffisant pour que le virus persiste. Ensuite quand vous allez nettoyer, le programme dure plusieurs minutes donc c’est largement suffisant pour enlever les dernières traces de virus résiduelles.» 

Est-ce que le coronavirus reste dans l’air ?

Dr. Alexandre Bleibtreu : «C’est une question à laquelle on n’est pas en capacité de répondre de façon tranchée. Ce qui semble clair c’est que, en tout cas dans les milieux hospitaliers, dans les pièces où des patients infectés sont hospitalisés, il peut il y a voir dans l’air une présence du virus. Donc les précautions pour les personnels de santé sont de porter un masque et d'aérer au maximum les pièces. Pour tous nos concitoyens qui sont à la maison, le message à retenir, c’est que si vous êtes nombreux dans un petit logement il faut aérer au maximum votre appartement et si vous avez des symptômes, portez un masque de type chirurgical.»

Est-ce que l’homéopathie peut m’empêcher de tomber malade du coronavirus ?

Dr. Alexandre Bleibtreu : «C’est une forme de médecine qui n’a jamais démontré son efficacité, donc non, aucun traitement homéopathique n’a pu montrer quoi que ce soit.» 

Est-il vrai que le Covid-19 a muté dans une deuxième forme plus mortelle ?

Dr. Alexandre Bleibtreu : «C’est un article qui date d’il y a 15 jours maintenant où effectivement il y a des micro-variations dans la séquence génétique du virus ; mais ces micro-variations pour le moment n’ont pas été démontrées comme entraînant une modification d’aspect du virus. C’est comme si moi j’avais une micro-mutation dans mon génome, je ne me transformerais pas tout de suite en monstre ou en Brad Pitt. Sur un article, il semble que ce soit associé à des formes de gravité mais ce sont des données très préliminaires et le virus pour le moment n’a pas eu de grosse mutation qui transforme complètement ses caractéristiques virologiques. Si on regarde bien, le taux de formes graves ou de décès ne varie pas vraiment. Simplement, en Europe on a une capacité de test qui est à l’heure actuelle plus faible que ce qui a pu être fait en Asie, d’où parfois cette sensation que le taux de mortalité est plus important en Europe dans certains pays, qu’ailleurs. Si l'on regarde la comparaison entre l’Allemagne et la France, le nombre de décès est quasi similaire, la seule chose différente c’est le nombre de personnes positives au Covid-19. Mais l’Allemagne dépiste beaucoup plus que la France à l’heure actuelle.»

Est-ce que les jeunes sont de plus en plus touchés par le coronavirus ?

Dr. Alexandre Bleibtreu : «Il n’y a pas de pic de mortalité avéré chez les plus jeunes [lié au coronavirus]. Tout ce qui est dit depuis le début, c’est-à-dire qu’a peu près 1% des patients vont avoir une forme grave et un risque de décès, est vrai. Simplement le volume de patients touchés est beaucoup plus important, et ça c’est ce qui a été sous-estimé par nous tous depuis le début. Parmi les gens qui ont des formes graves, il y a également des jeunes, et parmi les gens qui décèdent, il y a également des jeunes. Mais il n’y a pas de signal pour dire que les jeunes mourraient plus que les personnes âgées.»

Écoutez et abonnez-vous au podcast Les Idées Claires

Les Idées claires, c'est aussi un podcast audio d'une dizaine de minutes. À découvrir ici-même ou en vous abonnant pour ne pas rater un épisode.

  • Pour Android et autres applications,abonnez-vous avec le fil RSS.
  • Sur un environnement Apple, abonnez-vous depuis l'Apple Store.