Que révèle la mode du selfie sur notre société ?
Que révèle la mode du selfie sur notre société ?

À l'origine du selfie - #CulturePrime

Publicité

VIDÉO. De l'autoportrait au selfie, un phénomène de société

Par

Omniprésent dans notre société, le selfie est arrivé il y a peu dans nos vies. Mais que dit-il de notre rapport à l'image ? Au-delà de l'aspect narcissique de cet autoportrait moderne, prenons conscience que c'est la première fois dans l'histoire de l'homme que chacun à accès à la scène publique.

En 2010, les caméras inversées apparaissent sur les smartphones, trois ans plus tard le mot selfie entre dans le dictionnaire. Mais le selfie est le résultat d’un long processus d’appropriation de l’autoportrait et de son propre visage. C'est ce que nous explique en vidéo Marion Zilio, théoricienne, critique d'art et autrice du livre Faceworld : le visage au XXIe siècle (PUF, 2018).

Le selfie, un aboutissement de la connaissance de soi

Jusqu’au XIXe siècle, à part leur reflet dans l’eau, la plupart des gens n’ont jamais vu leur visage. Les miroirs existent depuis des millénaires, mais sont réservés à la bourgeoisie. La commercialisation massive des miroirs et la photographie bouleversent le regard que l'on porte sur nos visages.

Publicité

Marion Zilo explique : «La photographie devient un impératif parce qu’on a besoin d’avoir une photo d’identité. Il y a toute une industrie qui se met en place. Et par exemple, on sait que dans ces ateliers, il y avait des erreurs qui se produisaient où les gens connaissant très peu leur visage, prenaient le visage de quelqu’un d’autre parce qu’ils avaient les mêmes poses.»

Le selfie, une démocratisation de la visibilité

Le portrait avait le plus souvent pour fonction d'asseoir une autorité. La démocratisation du selfie a effacé cette fonction pour en prendre une nouvelle : la reconnaissance de soi. Aujourd'hui, cette reconnaissance se fait souvent à travers des filtres, du buzz, des likes, assumant le rapport publicitaire de nos images.

«Il ne faut pas oublier que la publicité c’est le fait de rendre public. Et qu’est-ce que ça veut dire que cette masse, qui ne devient finalement plus une masse mais des singularités autonomes, puisse avoir accès à une nouvelle visibilité, avoir accès à une représentation qui pendant des millénaires a été réservée à une élite, réservée à certaines classes bourgeoises.» dit Marion Zilio.

Le selfie, une marchandisation des échanges

Devenu un contenu que l’on produit gratuitement le selfie est à la fois source d'émancipation et de servitude volontaire. Dès les premiers portraits, il y a eu marchandisation des images. Des visages se sont échangés, ont été commercialisés, mais c’est la numérisation à partir des années 1990 qui a fait exploser les échanges.

«Aujourd'hui avec la question du selfie ce qui est important, c’est de savoir où se déroule cette économie de flux, cette circulation des visages. Elle se déroule en grande partie sur des applications, des interfaces comme Instagram ou Facebook. On produit du contenu gratuitement pour ces entreprises, en fait, on n’est plus propriétaire de son visage dès lors qu’on rentre dans ce rapport où, extériorisée, notre image peut circuler sur les réseaux.» précise Marion Zilio.

Le selfie, une mise en scène pour mieux se retrouver

Le selfie permet des transformations radicales via les filtres proposés par les applications, mais ce phénomène n’est pas nouveau. Dès l’apparition du portrait, le visage a été transformé par le maquillage, le déguisement, la mise en scène ou encore le masque.

Marion Zilio explique : «On pourrait considérer que le filtre serait un peu l’équivalent du masque qui est à l’origine de la notion de visage et peut-être aussi d’identité. On sait que les sociétés archaïques avaient comme idée que le masque et le visage étaient finalement la même chose. Le masque n’était pas cachant mais à l'inverse ce qui révélait. On pourrait, en effet, faire l’hypothèse que les filtres nous révèlent, d’une manière que l’on se choisit et qui n’est pas une identité imposée qui viendrait d'ailleurs.»