Publicité

Vie intellectuelle, espionnage, Erri De Luca, Salman Rushdie : la Session de rattrapage

Par
L'espace, la frontière et Erri De Luca
L'espace, la frontière et Erri De Luca
- , Raphaël Krafft, AFP

Sélection. Retrouvez chaque samedi la sélection hebdomadaire des programmes de France Culture à réécouter.

Abonnez-vous gratuitement pour recevoir chaque semaine la Session de rattrapage par email

Bonjour à toutes et à tous,

Publicité

la France est souvent perçue comme la patrie des intellectuels. Comment s’est constituée cette figure nationale, s’exporte-t-elle toujours, et notre débat public actuel est-il à la hauteur de cette réputation ? Autant de questions qui se posent, alors qu'un monumental ouvrage collectif sur l'histoire de La vie intellectuelle en France vient de paraître. Il ne faut certainement pas moins d'une journée pour en débattre, et c'est ce à quoi s'est attelée France Culture ce vendredi 16 septembre. On se demande quel a été le rôle de la capitale, par le passé, dans ce rayonnement, de quelle manière l'affaire Dreyfus a été précurseur dans l'engagement collectif des intellectuels, où sont les penseurs aujourd'hui, ou encore pourquoi le mot "intellectuel" est si déprécié. Et puis on vous prouve par a + b que Madame de Staël aurait sans doute aimé Twitter. Bonnes ondes ! Hélène Combis-Schlumberger

COMPRENDRE

Ibrahim, Thomas et Ahmad dans l'ascension puis la descente du col de Fenestre
Ibrahim, Thomas et Ahmad dans l'ascension puis la descente du col de Fenestre
© Radio France - Raphaël Krafft

Désobéissance humaniste. "7 octobre 2015, je fais passer illégalement et clandestinement la frontière franco-italienne à deux jeunes citoyens soudanais, Ahmad et Ibrahim." Le journaliste Raphaël Krafft raconte comment il a “ressenti la nécessité de commettre un acte de désobéissance civile et de le rendre public par la voix d’un récit documentaire.” C'est par le col de Fenestre, lieu magnifique et symbolique tant il a vu passer de réfugiés et de personnes fuyant les persécutions, que se fait ce passage de la frontière. ( LSD, La série documentaire, 54 min)

I believe I can spy. Quels mondes nous révèlent les films et les séries d'espionnage ? Quel ancrage dans le réel, pour quelle crédibilité des représentations ? Une émission qui questionne la fascination pour l’espion, et ses représentations dans la fiction. Représentation des espionnes aussi, trop souvent caricaturées, quand elles ne sont pas simplement oubliées. Remontez votre col, et bonne immersion ! ( Culturesmonde, 1h)

Smartphone, fil à la patte ? Objet du quotidien par excellence, objet ambivalent... le téléphone portable a envahi nos vies. Téléphone narcisse, mobile qui nous mobilise. "Smartphone, faut-il décréter l’état d’urgence ?", se demandent le philosophe Maurizio Ferraris et Frédérique Toudoire-Surlapierre, auteure d'une réflexion sur le téléphone. Ils sont au micro d'Olivia Gesbert et du journaliste Antoine Mercier... qui n'a pas de portable. ( La Grande table, 34 min)

APPRENDRE

L'univers est-il vide ?
L'univers est-il vide ?
- Creative Commons

Le vide, c’est tout. Le vide intersidéral est en fait presque vide : on y trouve peu d’atomes de matière, mais quelques-uns tout de même… Plongez dans les définitions historiques et scientifiques du vide, “matrice de tout”, avec l’astrophysicien Trinh Xuan Thuann qui saupoudre le tout d'un soupçon de conception taoïste de l’univers. ( La Méthode scientifique, 1h)

Passion Epicure. Si le bonheur est possible sur cette Terre, comme le défendent les Epicuriens, alors comment atteindre l’ataraxie, et donc l’équilibre et l’absence de troubles ? En fuyant les passions et surtout la passion amoureuse… Chiche ? ( Les Nouveaux chemins de la connaissance, 53 min)

La main sûre. Ignace Semmelweis, ça vous dit quelque chose ? Cet obstétricien hongrois, en s’intéressant à l’hygiène alors même que Pasteur n'avait pas encore découvert les microbes, a œuvré pour les femmes : il était convaincu que se laver les mains à l'hôpital limiterait la propagation de maladies et le nombre de décès en couches (la fameuse fièvre puerpérale). À son époque, Ignace Semmelweis n'a pas été entendu… Découvrez la vie de celui qui deviendra fou et mourra du mal qu’il combattit : l’infection. ( Les Discussions du soir, 44 min)

(RE)DÉCOUVRIR

Erri de Luca
Erri de Luca
© AFP - ULF ANDERSEN / Aurimages

"Ouvrir sa bouche pour le muet". Une série de cinq magnifiques entretiens avec l’écrivain, traducteur et poète, Erri De Luca, un homme d’une curiosité insatiable, dont les multiples facettes témoignent d'une même ambition : être au monde avec humanité, éprouver cette chose dangereuse, fragile et solitaire qu’est la liberté, en donnant par exemple les mots à ceux que l'on tente de faire taire. ( À voix nue, 5 x29min)

Recluse mais puissante. Emily Dickinson, l’une des grandes figures de la poésie américaine, disparue en 1886, n'a publié que quelques poèmes. Elle en avait pourtant écrit près de mille huit cents, que sa sœur retrouvera dans de petits cahiers cousus ! Il faut dire qu'Emily Dickinson ne sortait quasiment jamais de la maison familiale... De ces quelques textes, Julien Grandjean s'est emparé, lui qui depuis plus de dix ans, adapte ses poètes favoris : Robert Walser, Henri Michaux… Le résultat ? Quinze chansons à l'étrange simplicité ; une apparente douceur tissée d'accents inattendus et de rimes imparfaites. ( L'Actualité musicale, 5 min)

L'homme au sourire de pierre. Une évocation de la carrière et de la vie personnelle de l'acteur Charles Bronson, ses fêlures, ses fantômes, de son adolescence dans les mines de charbon de Pennsylvanie, jusqu’à l'acmé de son parcours, lorsqu'il devient l'une des icônes absolues du cinéma mondial. Que cachait son silence tragique, minéral ? ( Les Émois, 4 min)

LA CITATION

Cette semaine, la citation est de l'écrivain britannique Salman Rushdie, invité exceptionnel des Matins ce lundi 12 septembre. ( L'invité des Matins, 2x20 min)

“Il faut se moquer de la religion, parce que la religion est absurde avant tout. Par conséquent il faut en faire la preuve.”

C'est tout pour cette semaine. Et si par aventure vous avez prévu de visionner un film d'horreur pour pimenter votre samedi soir, sachez qu'il ne sert pas à grand chose de parler aux personnages pour les avertir du danger qu'ils courent ! Petite réflexion sur ce "jeu anti-professionnel" qui pousse tous les étés certaines salles à déprogrammer des films d’horreur, par crainte d’audiences trop remuantes ( Le Petit salon, 12 min). Nous vous souhaitons un agréable week-end !

Abonnez-vous à la Session de rattrapage pour la recevoir chaque semaine par email