Publicité

Voyage dans le temps : les paradoxes sont évitables

La machine à remonter le temps Une affiche pour le film d'aventure de George Pal de 1960 'The Time Machine'.
La machine à remonter le temps Une affiche pour le film d'aventure de George Pal de 1960 'The Time Machine'.
© Getty - Moviepix

Le journal de la SF. Une nouvelle théorie mathématique des boucles temporelles et autres actualités science-fictionnesques.

LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - LE JOURNAL DE LA SF

5 min

Selon une étude parue dans Classical and Quantum Gravity, un voyage dans le temps sans paradoxe est mathématiquement possible. La question du voyage dans le temps fait encore débat chez les physiciens. Certes, le voyage dans le temps n’existe pas dans la physique que l’on connait mais dans les équations de la relativité formulées par Einstein, on s’est vite aperçu que ces formules d’un point de vue mathématique autorisent de voyager aussi bien vers le futur que vers le passé. En 1937, Willem Jacob Van Stockum est le premier à avoir formulé l’idée de boucles temporelles. Mais problème, ces boucles temporelles peuvent rompre le principe de causalité, l’un des grands fondements de la physique. On l’illustre le plus souvent par « le paradoxe du grand-père ». Si on peut partir dans le passé, on pourrait tuer son grand-père, et donc ne plus exister, ce qui serait un paradoxe. Pour ces deux mathématiciens australiens, il est possible - d’un point de vue mathématique - de voyager dans le temps, et ce, sans paradoxe. 

Entretien avec Marie-Christine Angonin, professeure à la Sorbonne Université et à l’Observatoire de Paris, elle travaille sur les aspects théoriques de la relativité.

Publicité

LA_METHODE_SCIENTIFIQUE - JDS Marie Christine Angonin

2 min

53 min

Une étrange molécule sur Titan

Selon une étude parue dans the Astronomical Journal, la NASA a détecté une étrange molécule sur Titan. Le plus grand satellite de Saturne, avec ses lacs d’hydrocarbure, son atmosphère azotée, est un candidat sérieux pour abriter la vie. Avec le télescope Alma au Chili, les équipes de la NASA ont détecté dans son atmosphère - non pas de la phosphine - mais du C3H2, du cyclopropénylidène, une molécule extrêmement rare qui n’existe sur Terre qu’en laboratoire. Pour la première fois, cette molécule est détectée dans l’atmosphère d’une planète. Cette molécule complexe est ce qu’on appelle une molécule cyclique, elle pourrait aussi être un élément des nucléobases de l’ADN et de l’ARN. En d’autres mots : des molécules organiques.

La passerelle : un nouveau vaisseau spatial      

La NASA et l’ESA vont construire ensemble une base lunaire. Les deux agences s’associent pour le projet intitulé « la passerelle », une future station spatiale en orbite autour de la Lune. Ce projet intègre le programme « Artemis » qui vise à envoyer sur la Lune des astronautes d’ici 2024. La passerelle devrait être six fois plus petite que l’ISS. Mais elle servira de point de ravitaillement et de point d’étape pour les prochaines missions d’exploration humaines sur Mars. La construction pourrait commencer d’ici 2022.