Publicité

'Wave Bumper' : des digues amovibles pour lutter contre la montée des eaux, de Biarritz à New York

Par
Romain Chapron, le fondateur de Wave Bumper, devant l'un de ses modules de protection.
Romain Chapron, le fondateur de Wave Bumper, devant l'un de ses modules de protection.
© Radio France - Annabelle Grelier

Demain l'éco. Crée en 2017 à Bayonne, cette start-up met au point des boucliers anti-submersion liée aux tempêtes et cyclones. Elle développe avec l’agence spatiale européenne une application pour prévoir la modification du littoral. Appelée partout dans le monde,son expertise a même convaincu l'armée américaine.

Une courbe… l’idée d’une courbe comme une intuition, comme une évidence. Romain Chapron n’est pas ingénieur, il a même arrêté ses études après le brevet des collèges mais il a pour lui des années d’expérience à travailler dans des chantiers navals et surtout des milliers d’heures d’observation. Des heures et des heures à regarder la côte, l’océan et les vagues pendant les tempêtes pour qu’un jour l’idée d’une courbe s’impose dans son esprit. Il vient d’imaginer un bouclier qui renvoie les vagues vers le large.

En 2014, il y avait eu 9 dépressions, 9 tempêtes dans le Pays basque. À Biarritz, deux fois le casino a été inondé. A peine avait-il été rénové qu’il était une nouvelle fois envahi par les vagues. Seuls des sacs de sable avaient été disposés sur la plage pour le protéger. J’ai pensé qu’il était temps d’essayer autre chose.

Publicité

Romain Chapron construit un prototype de digue amovible en composite, l’installe devant l’hôtel du Palais à Biarritz, le teste. L’intuition se confirme, son idée fonctionne. Avec le bon de commande de la mairie de Biarritz, il lance sa start-up, en février 2017. Wave Bumper est née.

De la genèse et du développement de ce système pour parer les vagues. Reportage d'Annabelle Grelier

3 min

Les modules de protection Wave Bumper installés sur la plage de Biarritz devant le casino municipal
Les modules de protection Wave Bumper installés sur la plage de Biarritz devant le casino municipal

Et puis, cette même année, c’est l’ouragan Irma qui ravage les Caraïbes. À Saint-Barthélemy, deux architectes français travaillent à reconstruire des bâtiments, dont le fameux palace Eden Rock. Ils ont entendu parler de cette petite start-up à Bayonne. Ce sera la deuxième grosse commande pour Wave Bumper.

Une prise de conscience trop lente

60% de la population mondiale réside à moins de 150 kilomètres du rivage, à moins d’un mètre au-dessus du niveau de la mer, un mètre qu’il est prévu de perde d’ici la fin du siècle avec le réchauffement climatique et la montée des eaux. En France, ce sont près d’un quart des côtes qui sont soumises à un phénomène d’érosion avec une vitesse moyenne de recul de plus de 50 centimètres par an. Romain Chapron estime encore trop lente la prise de conscience des risques et de l’urgence à agir pour protéger les populations et les biens.

Pour déplacer plus de la moitié de la population mondiale dans les cent prochaines années, il n’y a pas de temps à perdre. Dans certaines zones il n’y a que quelques mètres de terrain ou de sable avant qu’une maison tombe à l’eau ou que des quartiers entiers soient recouverts. Il y a déjà des villes qui d’ici 15 ans seront envahies par la mer à chaque grande marée.

C’est évidement dans les situations les plus urgentes que Romain Chapron est appelé à intervenir. Depuis Irma, il a reçu de nombreuses commandes de particuliers dans les Caraïbes. Au fil de ces expériences, Wave Bumper a étoffé son catalogue et mis au point des modules de protection adaptés à différents aléas climatiques : cyclone, ouragan, typhon. Une technologie protégée par 6 brevets et de nombreuses fois primée aux concours d’innovation obtenant même un Blue Ocean Awards.

Boucliers de protection et tapis anti-affouillement installés sur la plage de Mauguio-Carnon dans l'Hérault
Boucliers de protection et tapis anti-affouillement installés sur la plage de Mauguio-Carnon dans l'Hérault

Dans son bureau d'études, il réunit des ingénieurs en mécanique des fluides, en structure et en hydrodynamique côtière. Ensemble, ils développent le matériau composite des boucliers et conçoivent des protections sur mesure à chaque situation. Mais ces caractéristiques sont les mêmes : les protections sont amovibles pour pouvoir être installées rapidement et enlevées une fois l’alerte terminée. L’idée étant de ne laisser qu’une faible empreinte environnementale.

Les seules solutions qui pour l’instant ont été proposées, ce sont des digues en béton ou des enrochements qui non seulement n’empêchent pas vraiment la submersion mais en plus défigurent, accélèrent l’érosion et polluent les côtes. Notre solution ne pollue pas, elle permet de protéger sans dégrader.

La technologie développée par Wave Bumper favorise des modes de gestion souples de protection des côtes. Il n’y a rien de magique assure son fondateur, "nous ne gagnerons pas contre le changement climatique juste nous gagnons un peu de temps."

Une référence jusqu’aux États-Unis

En quatre ans, les systèmes de protection de Wave Bumper ont fait leur preuve, les études menées avec les scientifiques des services de l’état sont positifs. La start up construit petit à petit sa crédibilité déployant ses installations alternatives jusqu’aux États-Unis. Chargée de la protection du littoral depuis l’ouragan Sandy en 2012, l’armée américaine vient en effet de passer une commande ferme de plusieurs centaines de milliers de dollars. Un nouveau module a été créé sur mesure, le Fenceblade pour protéger des inondations un quartier de New York.

Romain Chapron, fondateur de Wave Bumper  : " Il s'agit de gagner du temps. On ne pourra pas toujours lutter contre les éléments"
Romain Chapron, fondateur de Wave Bumper : " Il s'agit de gagner du temps. On ne pourra pas toujours lutter contre les éléments"
© Radio France - Annabelle Grelier

D’autres commandes sont à venir et la start up a dû pour l’occasion monter une filiale américaine. Commercer avec le premier budget de la première puissance économique mondiale est assurément une belle réussite.

Il y avait une place à prendre sur un marché qui n’existait pas alors que la demande est exponentielle car malheureusement les catastrophes naturelles dues au climat s’enchaînent deviennent de plus en plus violentes et très étonnamment nous n’avons pas de concurrent.

Ingénieurs et commerciaux, le bureau d'étude de Wave Bumper emploie 8 salariés à Technocité à Bayonne
Ingénieurs et commerciaux, le bureau d'étude de Wave Bumper emploie 8 salariés à Technocité à Bayonne
© Radio France

Pour rester pionnier et innovant, Wave Bumper planche depuis deux ans sur un outil de vigilance météorologique. L'Agence spatiale européenne (ESA) qui dispose de données météo par satellites l'a accompagné dans ce projet de calculateur de prévision de tempête et modification du  territoire littoral en réalité augmentée. Le premier prototype fonctionne depuis avril dernier et l’entreprise doit encore réunir 3 à 5 millions d’euros pour le développer et le mettre sur le marché.

Ce sera un outil non seulement utile pour prévoir avec précision la force d’impact des vagues mais aussi aider à la prise de décision des élus. Car on a besoin de s’adapter mais pas d’être en lutte permanente. Il faut organiser le repli des populations.

Pour parfaire son développement Romain Chapron vise également l’acquisition d’ici un an d’une usine de composite pour assurer sa propre production et conserver ses secrets de fabrication. L'installera-t-il sur la côte basque ? "Ça m’arrive de rêver de vivre dans le Gers" dit-il à peine fataliste.