Publicité
Résumé

Combats en cours en Ukraine, livraison d'armes et inacessibilité à l'espace aérien ukrainien : la ministre des Armées Florence Parly fait un état des lieux de la situation, sur franceinfo jeudi.

En savoir plus

"Le risque que nous redoutons tous, c'est des bombardements, des tirs d'artillerie qui auront pour conséquence de faire des victimes civiles par milliers. C'est contre cela qu'il faut lutter", a affirmé jeudi 3 mars sur franceinfo Florence Parly, la ministre des Armées, à propos de l'invasion russe en Ukraine.

>> Guerre en Ukraine : suivez les dernières informations dans notre direct

Publicité

"Nous sommes entrés dans une phase de préparation d'une offensive terrestre qui a déjà eu pour résultat la prise de la ville de Kherson, au sud de l'Ukraine", continue-t-elle. "Des combats très violents ont lieu en ce moment même à Kharkiv, et puis il y a cette colonne de blindés qui s'étale sur plusieurs dizaines de kilomètres et qui prépare une offensive importante sur Kiev", assure la ministre.

"Certaines armes sont déjà arrivées"

"Nous avons livré en début de semaine une première vague de matériel, nous en avons livrée une autre hier [mercredi]. Nous avons livré lundi du matériel de protection des combattants, et nous avons livré hier des armes", continue Florence Parly. La ministre des Armées refuse par ailleurs de révéler le type d'armes livrées. Pour ne pas "donner des informations qui mettraient en risque le peuple ukrainien et les armées ukrainiennes".

Pont aérien impossible entre l'Ukraine et l'UE

Ce n'est "pas possible", d'établir un pont aérien entre les pays de l'est de l'Union européenne et l'Ukraine. "L'espace aérien ukrainien n'est pas accessible à des avions qui viennent de l'extérieur. Ce serait prendre un risque de perdre cet avion si nous le faisions. Ce n'est pas d'actualité", explique la ministre.

"Nous passons par la voie terrestre, nous livrons de l'aide humanitaire par la Pologne et nous le faisons par voie terrestre et ensuite les Ukrainiens viennent chercher cette aide sur le sol polonais. Il en va de même pour les armes que nous livrons", poursuit-elle.

Accélération de la défense de l'Europe

Alors qu'Emmanuel Macron va annoncer sa candidature à l'élection présidentielle jeudi soir dans un contexte de guerre en Ukraine, la ministre des Armées se félicite d'une accélération "comme jamais", "dans le domaine de l'Europe de la défense".

"L'analyse que nous avions déjà conduite, il y a cinq ans lorsque que le président de la République a lancé les travaux de la loi de programmation militaire, s'est trouvée, hélas, confortée par les faits", rappelle Florence Parly.

"Nous avions déjà imaginé le retour de la guerre en Europe [en 2017]."

"Après le discours d'Emmanuel Macron à la Sorbonne en 2017, où il appelait les Européens à se réveiller et à construire cette Europe de la défense, constate la ministre. "Nous voyons que nous pouvons utiliser cet instrument qui permet à l'Union européenne d'engager 500 millions d'euros pour livrer des armes à l'Ukraine. Ceci n'aurait pas été possible il y a encore un an".

"C'est désormais possible et c'est tout le travail qui a été fait parce que le président de la République y a mis toute sa volonté", conclut-elle.

Références

L'équipe

 ©
©