Sébastien Chenu, député RN du Nord, porte-parole de Marine Le Pen et du RN, invité du 18h50 franceinfo, mercredi 9 février 2022. - FRANCEINFO / RADIO FRANCE
Sébastien Chenu, député RN du Nord, porte-parole de Marine Le Pen et du RN, invité du 18h50 franceinfo, mercredi 9 février 2022. - FRANCEINFO / RADIO FRANCE
Sébastien Chenu, député RN du Nord, porte-parole de Marine Le Pen et du RN, invité du 18h50 franceinfo, mercredi 9 février 2022. - FRANCEINFO / RADIO FRANCE
Publicité
Résumé

"Madame Pécresse, elle rejoindra Emmanuel Macron le soir du premier tour", assure Sébastien Chenu.

En savoir plus

"Les Républicains n'attendent même plus 20h01 le soir du premier tour pour partir. Ils prennent de l'avance. C'est plus honnête", a ironisé mercredi 9 février sur franceinfo Sébastien Chenu, député RN du Nord, porte-parole de Marine Le Pen et du RN, après la décision du député LR de l'Oise Eric Woerth de se "mettre en congé" des Républicains pour "être en cohérence avec sa décision de soutenir la candidature d'Emmanuel Macron". "Madame Pécresse, elle rejoindra Emmanuel Macron le soir du premier tour", assure Sébastien Chenu.

Le porte-parole du RN souligne qu'en France il y a "deux sensibilités politiques". Il classe d'un côté les "libéraux européistes", et Eric Woerth "est en accord avec lui-même. C'est un libéral européiste, ce en quoi il ressemble à Emmanuel Macron". De l'autre côté, il place "ceux qui pensent la nation n'est pas morte, que la France, cela veut encore dire quelque chose, qui pensent que la souveraineté de la France, son indépendance, son modèle social aussi, sont importants". Sébastien Chenu estime que "la recomposition" politique "continue et est en train de s'achever" entre "mondialistes libéraux d'un côté, et nationaux, souverainistes ou populistes de l'autre". Selon lui, l'élection présidentielle 2022 "sera la dernière étape de cette recomposition".

Publicité

Sébastien Chenu salue "l'éthique" et la "droiture" de François Bayrou

François Bayrou "va faire vivre la démocratie", a salué le député RN du Nord alors que le président du Modem, membre de la majorité, s'est dit favorable à une "réserve" de parrainages pour aider tous les candidats "majeurs" à être sur la ligne de départ de la prochaine élection présidentielle.

"François Bayrou a une éthique" et "une droiture. Il faut lui reconnaître ça", souligne Sébastien Chenu. "Il considère que le système des parrainages, il est grippé aujourd'hui." Selon lui, "cette règle ne fonctionne pas. Le système est verrouillé". En l'état, le système de parrainage va conduire selon lui "à ce que François Asselineau ou Nathalie Arthaud, pour lesquels je n'ai aucun mépris, puissent être candidats et aient leurs signatures, mais que Marine Le Pen ou Jean-Luc Mélenchon, qui représentent des millions de Français, ne puissent pas les avoir."

Le porte-parole de Marine Le Pen estime que François Bayrou "propose un dispositif qui permet de rendre cette règle beaucoup plus viable et de faire vivre la démocratie. Il faut quand même saluer cela". La proposition du patron du Modem va donc permettre à des candidats, "qui représentent des millions d'électeurs, de se présenter à l'élection présidentielle". Sébastien Chenu rappelle que des maires "ne veulent pas parrainer" un candidat "parce qu'ils ont peur pour leur budget, peur que l'on puisse faire pression sur eux". Face à cela, "François Bayrou fait une proposition pour déverrouiller tout cela."

Selon le porte-parole du RN, François Bayrou a lancé cette proposition sans l'aval d'Emmanuel Macron, parce que le patron du Modem "avait beaucoup plaidé pour la proportionnelle, promise par Emmanuel Macron et enterrée par Emmanuel Macron". François Bayrou a porté la proportionnelle "jusqu'au bout, ce en quoi il reste fidèle à ses convictions". "Cela fait du bien de temps en temps de saluer un adversaire politique", ajoute Sébastien Chenu. "Bayrou est un adversaire politique, mais qui est fidèle à une certaine éthique. Je trouve que c'est bien aussi pouvoir le faire."

Références

L'équipe

 ©
©