Nicolas Dupont-Aignan, le 15 février 2022. - ANDREA SAVORANI NERI / NURPHOTO VIA AFP
Nicolas Dupont-Aignan, le 15 février 2022. - ANDREA SAVORANI NERI / NURPHOTO VIA AFP
Nicolas Dupont-Aignan, le 15 février 2022. - ANDREA SAVORANI NERI / NURPHOTO VIA AFP
Publicité
Résumé

Le candidat du parti Debout la France demande à François Bayrou "d'offrir à tous les candidats les parrainages que les maires pourraient lui donner" et affirme avoir actuellement "480 parrainages dans les tuyaux".

En savoir plus

"Faire une bourse des parrainages" pour les candidats à l'élection présidentielle est "une bonne idée", a affirmé mercredi 23 février sur franceinfo Nicolas Dupont-Aignan, candidat du parti Debout la France. Mais il se dit "choqué" que François Bayrou "la réserve à trois candidats", ceux recueillant au moins 10% d'intentions de vote, "monsieur Zemmour, madame Le Pen, monsieur Mélenchon".

"Cela veut dire que la démocratie et les Français vont être remplacés par des sondages faits par des officines. Cela veut dire qu'il n'y a plus de démocratie en France", alerte Nicolas Dupont-Aignan. Il demande à François Bayrou "d'offrir à tous les candidats les parrainages que les maires pourraient lui donner". Et il dénonce le "côté poutinien" du fait que ce soit Emmanuel Macron "qui choisisse ses concurrents". Le candidat Debout La France appelle les maires à "reprendre leur liberté". "Ne cédez pas aux pressions, soyez libre, parce que ce qui est en jeu, c'est la démocratie française." Il affirme qu'en 2017, il a récolté "1 700 000 voix". Il ne voit pas "pourquoi" ces électeurs "et peut-être d'autres qui voudront, seraient exclus".

Publicité

"J'aurais les parrainages par moi-même"

Nicolas Dupont-Aignan affirme avoir actuellement "480 parrainages dans les tuyaux". "Il m'en manque une vingtaine, je les aurais par moi-même, sans passer par monsieur Macron." Mardi, le candidat Debout La France était crédité par le Conseil constitutionnel de 422 parrainages validés.

Le Premier ministre Jean Castex voulait réunir jeudi 24 février les associations d'élus locaux pour qu'ils appellent leurs adhérents à parrainer des candidats. La réunion a été annulée après le boycott des principales associations. "Ce sont des polémiques qui ne m'intéressent pas", lance Nicolas Dupont-Aignan. Pour lui "la sincérité du scrutin et la légitimité du président qui sera élu dépendent de la diversité des courants politiques". Face au "grand danger de l'abstention", le candidat appelle les maires à se mobiliser. "Ce que j'aimerais surtout, c'est qu'on change la loi pour la prochaine fois et que les maires fassent un effort de diversité. Parce que les Français ont besoin des maires et les Français doivent pouvoir voter pour qui ils veulent", martèle Nicolas Dupont-Aignan.

Références

L'équipe

 ©
©