Le quartier de Shinjuku à Tokyo (Japon), sous la neige, en février 2022.
Le quartier de Shinjuku à Tokyo (Japon), sous la neige, en février 2022. - PHILIP FONG / AFP
Le quartier de Shinjuku à Tokyo (Japon), sous la neige, en février 2022. - PHILIP FONG / AFP
Le quartier de Shinjuku à Tokyo (Japon), sous la neige, en février 2022. - PHILIP FONG / AFP
Publicité

Cette expérience tout à fait sérieuse est menée de décembre à mars dans une grande ville du nord du pays où il fait très froid. La poudreuse est alors transformée en gaz, puis en électricité grâce à un système de turbines. Si les résultats sont concluants, la méthode pourra être exportée ailleurs dans le monde.

Comme les pays européens, le Japon s’inquiète de son approvisionnement en énergie. Il importe la totalité du gaz, du charbon ou encore du pétrole qu’il utilise dans ses centrales électriques. Et les tensions actuelles avec la Russie compliquent ses achats. Les scientifiques planchent donc sur des énergies alternatives. Dans le courant du mois de décembre, des chercheurs vont tenter de créer, à grand échelle, de l’électricité à partir de neige.

>> Va-t-on manquer d'électricité cet hiver ? Suivez notre "météo" du réseau électrique

Publicité

L'expérience va commencer dans la ville d’Aomori, tout au nord du Japon, dans une région froide où il y a beaucoup de neige. L'expérience doit durer quatre mois, de décembre à mars, période pendant laquelle la neige est abondante. Elle est menée par la mairie d’Aomori, un laboratoire de l’université de Tokyo et une start-up qui nommée Forte.

Leur projet est assez audacieux mais le concept n'est pas nouveau : les scientifiques le connaissent depuis des décennies. L’idée est de produire du courant en se servant des grandes différences de températures entre la neige, qui est toujours inférieure à zéro degré, et la chaleur des rayons du soleil qui est supérieure à 20 degrés.

Un système qui pourrait intéresser l'Ukraine

Comment peut-on concrètement créer du courant ? Les chasse-neiges de la ville vont récupérer tous les jours la neige dans des camions, puis iront la déposer dans la piscine d’une école abandonnée - il y en a beaucoup au Japon. Cette neige va ensuite être accumulée sur des tubes, de transfert de chaleur, où circule un liquide spécial.  Au contact du froid, ce liquide va se condenser et être poussé vers un évaporateur extérieur qui est alimenté lui par la chaleur du soleil. En se réchauffant, ce liquide va s’évaporer, se transformer en gaz et être projeté vers des turbines. Celles-ci tournent et fabriquent de l’électricité. Pendant ce temps-là, le gaz repart vers les tubes sous la neige, se refroidit et redevient liquide... Et on a comme ça un cycle permanent qui permet de créer du courant.

Les chercheurs affirment que leur système est presque aussi efficace que des panneaux solaires et que que son impact est même moins lourd sur l’environnement. Sur le papier, le potentiel a l’air gigantesque si l'on imagine que ce système de recyclage pourrait être utilisé par tous les pays couverts de neige une grande partie de l’année. Surtout qu’il serait facile de construire des petites unités de production, il n'est pas nécessaire de disposer d’une centrale géante. Les chercheurs parlent, par exemple, de l’Ukraine qui a, en ce moment, de gros problèmes de coupures de courant du fait des attaques russes. Mais ils veulent d’abord tester leur projet à grande échelle, dans une ville, pour voir s’ils peuvent commencer à le vendre à l’international.

L'équipe