Visite cette semaine de l'Insep, l'Institut national du sport, de l'expertise et de la performance.
Visite cette semaine de l'Insep, l'Institut national du sport, de l'expertise et de la performance. - FABRICE RIGOBERT / FRANCE INFO
Visite cette semaine de l'Insep, l'Institut national du sport, de l'expertise et de la performance. - FABRICE RIGOBERT / FRANCE INFO
Visite cette semaine de l'Insep, l'Institut national du sport, de l'expertise et de la performance. - FABRICE RIGOBERT / FRANCE INFO
Publicité

L'Insep accompagnera les JO de Paris 2024 sur le plan médical, et une centaine de jeunes qui s'y entraînent, devraient participer aux Jeux olympiques et paralympiques.

Théo Curin, vice-champion du monde de para-natation, s'est rendu cette semaine à l'Insep, l'Institut national du sport, de l'expertise et de la performance. Son directeur, Fabien Canu, rappelle l'histoire de ce lieu :

"Il y avait ici du sport militaire, avant la guerre, et après 1945 c'est devenu un centre sportif à part entière. Mais après les Jeux de Rome en 1960, où la France avait obtenu des résultats catastrophiques, le général de Gaulle a voulu en faire un site dédié au sport de haut niveau."

Publicité

C'est donc ici que se sont préparés les athlètes pour les Jeux, et ils continuent de le faire. Une centaine d'entre eux devrait participer aux Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024. 26 disciplines sportives sont présentes à l'Insep, avec des entraînements quotidiens, ce qui représente 600 sportifs. Le site est installé dans le bois de Vincennes, à Paris, sur 28 hectares, et il dispose de tous les équipements nécessaires mais aussi de services d'accompagnement.

Théo Curin en compagnie de Fabien Canu, le directeur de l'Insep.
Théo Curin en compagnie de Fabien Canu, le directeur de l'Insep.
- FABRICE RIGOBERT / FRANCE-INFO

Formation dès le lycée

"Il y a un service médical de pointe, explique Fabien Canu, avec des généralistes, des dentistes, des psychologues, des gynécos, bref toutes les disciplines médicales. Il y a aussi deux laboratoires de recherche qui travaillent à plein dans la perspective des jeux de Paris 2024." Un partenariat a même été signé entre l'Insep et le comité d'organisation des jeux, notamment sur le plan médical.

Ajoutons dans ce lieu sportif une formation générale, depuis la troisième, avec des professeurs de lycée qui se déplacent et viennent donner des cours à Vincennes. En effet, l'âge moyen pour entrer à l'Insep est 15 ans, ce sont des jeunes détectés par les fédérations.

L'équipe