Alain Blondel, ancien champion d'Europe de décathlon et "sport manager" aux prochains Jeux de Paris 2024, aux côtés de Théo Curin.
Alain Blondel, ancien champion d'Europe de décathlon et "sport manager" aux prochains Jeux de Paris 2024, aux côtés de Théo Curin. - FABRICE RIGOBERT / RADIO FRANCE
Alain Blondel, ancien champion d'Europe de décathlon et "sport manager" aux prochains Jeux de Paris 2024, aux côtés de Théo Curin. - FABRICE RIGOBERT / RADIO FRANCE
Alain Blondel, ancien champion d'Europe de décathlon et "sport manager" aux prochains Jeux de Paris 2024, aux côtés de Théo Curin. - FABRICE RIGOBERT / RADIO FRANCE
Publicité

Le vice-champion du monde de para-natation Théo Curin s'intéresse cette semaine à un poste important dans l'organisation : le sport manager.

Le nageur paralympique Théo Curin, médaillé d'argent aux championnats du monde de natation handisport en 2017, nous plonge chaque semaine dans la préparation des Jeux de Paris. Avec lui, nous parcourons les coulisses des JO 2024.

Théo est allé cette semaine à la rencontre d'un ancien champion d'Europe de décathlon, Alain Blondel, qui est l'un des "sports managers" des Jeux : "Cela consiste à organiser le sport dont on est responsable. Donc moi je dois mettre tout en place pour que les épreuves en athétisme et parathlétisme fonctionnent correctement."

Publicité

Une expérience exceptionnelle

Il s'agit de faire en sorte que les athlètes arrivent au bon endroit, qu'ils aient tout ce dont ils peuvent avoir besoin et que tout se passe bien. Alain Blondel supervise l'ensemble de l'athlétisme au Stade de France ainsi que les épreuves de marche et du marathon qui traverseront Paris.

Depuis la terrasse du siège du Comité d'organisation des Jeux Olympiques, s'offre une vue plongeante sur l'enceinte sportive de Saint-Denis où se dérouleront les épreuves d'athlétisme, qui comptent parmi les épreuves reines des JO. Le programme sera dense pour les athlètes, avec 11 jours de compétition au total. Il faut que l'expérience soit exceptionnelle pour eux, mais aussi pour le public.

L'équipe

Fabrice Rigobert
Journaliste