Théo Curin est allé à la rencontre de Jules Pommery, spécialiste du saut en longueur, à l'Insep de Vincennes où il s'entraine.
Théo Curin est allé à la rencontre de Jules Pommery, spécialiste du saut en longueur, à l'Insep de Vincennes où il s'entraine. - FABRICE RIGOBERT / FRANCEINFO
Théo Curin est allé à la rencontre de Jules Pommery, spécialiste du saut en longueur, à l'Insep de Vincennes où il s'entraine. - FABRICE RIGOBERT / FRANCEINFO
Théo Curin est allé à la rencontre de Jules Pommery, spécialiste du saut en longueur, à l'Insep de Vincennes où il s'entraine. - FABRICE RIGOBERT / FRANCEINFO
Publicité

Jules Pommery est l'une des chances de médailles aux Jeux de Paris 2024, en saut en longueur.

Chaque dimanche, avec le vice-champion du monde de paranatation Théo Curin, nous entrons dans les coulisses de la préparation des athlètes pour les JO 2024. Cette semaine, l'un des espoirs de médaille aux Jeux de Paris, Jules Pommery, médaillé de bronze l'été dernier aux championnats d'Europe d'athlétisme en saut en longueur.

Théo est allé à sa rencontre, à l'Insep à Vincennes : _"Je passe beaucoup de temps ici, et j'y prends du plaisir. Voilà trois ans que je fais des compétitions séniors, et c'est la première année où je m'y illustre vraiment. Auparavant, j'ai été champion d'Europe junior en 2019. L'athlétisme c'est l'école de la vie."

Publicité

_Envie d'un Stade de France plein à craquer

Même s'il apprécie le collectif d'une équipe – il a longtemps joué au handball – Jules a choisi le saut en longueur, parce qu'il est seul responsable de ses réussites comme de ses échecs. Son parcours en athlétisme est lié à un bon système de repérage des jeunes, par des entraîneurs qui ont vu en lui un champion potentiel.

"Après avoir vécu les championnats d'Europe séniors l'été dernier en Allemagne, et vu ce que le public peut donner, je n'ai qu'une envie, c'est de revivre cela pour les JO de Paris 2024, avec les autres athlètes Français, dans un stade de France plein à craquer." Même si l'équipe de France d'athlétisme vit une période un peu plus creuse, Jules a envie de redorer le blason de sa discipline : "Je m'entraîne avec le détenteur du record d'Europe depuis plus de 30 ans, Robert Emmiyan, et si j'écoute ses conseils, c'est pour espérer le battre !"

L'équipe