Photo prise le 17 mai 1956, à Alger, où 3 600 soldats français ont débarqué ce jour-là. ©AFP - Jacques GREVIN
Photo prise le 17 mai 1956, à Alger, où 3 600 soldats français ont débarqué ce jour-là. ©AFP - Jacques GREVIN
Photo prise le 17 mai 1956, à Alger, où 3 600 soldats français ont débarqué ce jour-là. ©AFP - Jacques GREVIN
Publicité
Résumé

"On a des choses à reconstruire avec l'Algérie, elles ne pourront se reconstruire que sur la vérité" : Roselyne Bachelot, ministre de la Culture, a annoncé l'ouverture des "archives sur les enquêtes judiciaires de gendarmerie et de police" en rapport avec la guerre d'Algérie (1954-1962).

avec :

Valérie Crova (Journaliste).

En savoir plus

La France va ouvrir ses archives sur la guerre d'Algérie avec 15 ans d'avance. C'est Roselyne Bachelot la ministre de la Culture qui l'a annoncé ce 10 décembre 2021. Cette décision intervient à trois mois du soixantième anniversaire des Accords d'Evian. Sont concernées les archives sur les enquêtes judiciaires de la guerre.

Soixante ans après la fin de la guerre scellée par les accords d'Evian, les plaies sont toujours à vif.   L'annonce faite ce vendredi matin s'inscrit dans la droite ligne de la politique de réconciliation mémorielle entre la France et l'Algérie initiée par Emmanuel Macron.

Publicité

En mars dernier, le chef de l'Etat avait parlé d'une simplification des accès aux archives de la guerre d'Algérie tenues secrètes depuis 50 ans. Sous la pression des historiens, la déclassification a été étendue jusqu'à l'année 1970, alors que jusque là, elle ne pouvait pas s'appliquer au delà de l'année 1954. 

Il faut regarder la vérité en face a dit Roselyne Bachelot. 

Interrogée sur la possibilité que l'ouverture des archives aboutisse à la confirmation d'actes de tortures commis par l'Armée Française, la ministre de la culture a répondu que c'était dans l'intérêt du pays que de le reconnaitre. L'autre question est de savoir si l'accès à ces archives permettra de faire la lumière sur les milliers de disparus de la Bataille d'Alger. Ils seraient entre 3000 et 10000 selon les historiens.

Références