Marine Le Pen, réélue députée dans le Pas-de-Calais, est arrivée avec les 88 autres élus du RN à l'Assemblée nationale, le 22 juin 2022.
Marine Le Pen, réélue députée dans le Pas-de-Calais, est arrivée avec les 88 autres élus du RN à l'Assemblée nationale, le 22 juin 2022.
Marine Le Pen, réélue députée dans le Pas-de-Calais, est arrivée avec les 88 autres élus du RN à l'Assemblée nationale, le 22 juin 2022. - ALAIN JOCARD / AFP
Marine Le Pen, réélue députée dans le Pas-de-Calais, est arrivée avec les 88 autres élus du RN à l'Assemblée nationale, le 22 juin 2022. - ALAIN JOCARD / AFP
Marine Le Pen, réélue députée dans le Pas-de-Calais, est arrivée avec les 88 autres élus du RN à l'Assemblée nationale, le 22 juin 2022. - ALAIN JOCARD / AFP
Publicité
Résumé

Marine Le Pen va prendre la présidence du groupe de 89 députés que le Rassemblement National va constituer à l’Assemblée. Mais dans quel but ? L'édito politique de Renaud Dély.

En savoir plus

En prenant la tête d'un groupe de 89 députés, Marine Le Pen a déjà un objectif clair : s’en servir comme d’un tremplin vers l’Elysée en 2027. Avec 89 députés d’extrême droite élus au scrutin majoritaire, cela signe l’effondrement du "Front républicain". Et Marine Le Pen est convaincue que ce séisme n‘a pas fini de provoquer des répliques.

>> Législatives : suivez l'actualité politique en direct

Publicité

Comment lui donner tort quand on voit que, depuis dimanche soir, les autres forces politiques sombrent dans des enfantillages pour s’accuser mutuellement ? "Le RN, c’est de ta faute", "Non? c’est de ta faute !", alors qu’ils sont tous coupables. La démonisation de Macron par les Insoumis pendant cinq ans, la diabolisation de Mélenchon par Ensemble ! pendant la campagne législative, et puis, la droite LR qui s’est ralliée à la ligne Ciotti pour courir derrière le RN : tous sont coupables du triomphe de Marine Le Pen aux législatives.

En prenant la tête de ce groupe historique, Marine Le Pen entend en profiter pour pousser la respectabilisation du RN le plus loin possible. C’est pourquoi elle s’appuie sur son rang de patronne du plus grand groupe d’opposition pour réclamer la présidence de la commission des Finances et une vice-présidence de l’Assemblée. En fait, au Palais-Bourbon, comme pendant la campagne électorale, la chef de file de l’extrême droite veut continuer de faire le contraire de Jean-Luc Mélenchon. L’Insoumis occupe bruyamment le devant de la scène, il exhorte ses troupes à transformer le Palais-Bourbon en agora syndicale, presque en rond-point pour "gilets jaunes". Il faut " faire trembler les murs de l’Assemblée !", dit François Ruffin. Marine Le Pen veut faire l’inverse.

Pièger Ensemble ! et la Nupes

Pourtant, elle est face à un principal problème : son groupe est constitué d’élus inexpérimentés. Des députés sans expérience, souvent sans compétence, parfois élus presque par hasard. Marine Le Pen veut donc les tenir pour limiter les dérapages, les excès. La consigne, c’est "pas de vague" ! Le RN veut faire de leur stage à l’Assemblée une école du pouvoir en quelque sorte. Les Insoumis annoncent déjà une motion de censure, ils réclament la démission d’Elisabeth Borne, ils rêvent d’une dissolution. Marine Le Pen, elle, récuse "l’obstruction systématique". C’est ce qu’elle a affirmé, mardi 21 juin, à la sortie de son rendez-vous avec Emmanuel Macron à l’Elysée. Elle "veut travailler pour améliorer la vie des Français".

Résultat : les députés RN pourraient parfois s’abstenir, voire approuver certains projets de loi du gouvernement. Dans ce cas, vous imaginez le tollé à gauche. À l’Assemblée, l’extrême droite veut tendre un double piège particulièrement pervers à la majorité, comme à la Nupes. Et pendant que leur maison brûle, ces deux-là regardent ailleurs…

Références

L'équipe

Renaud Dély
Journaliste