Un affichage de température à Paris, le 25 juillet 2019. - DOMINIQUE FAGET / AFP
Un affichage de température à Paris, le 25 juillet 2019. - DOMINIQUE FAGET / AFP
Un affichage de température à Paris, le 25 juillet 2019. - DOMINIQUE FAGET / AFP
Publicité
Résumé

Dans le sud de la France, les modes de vie sont mieux conçues pour faire face à des températures élevées.

En savoir plus

C'est exceptionnel pour un mois de juin. 23 départements ont été placés jeudi 16 juin en vigilance orange à la chaleur. Ce système d’alerte mis en place après la canicule de 2003 vise à anticiper des hausses de températures pouvant présenter un risque pour la santé.

Comment ces seuils d'alerte sont-ils définis ? On passe en vigilance orange lorsque le risque de mortalité liée à la chaleur est deux fois plus élevé que la moyenne. Cela arrive quand les températures restent anormalement élevées trois jours d’affilée le jour et la nuit. Précision importante : ces niveaux sont établis localement. Ce qui fait que la vigilance canicule se déclenche sur le pourtour méditerranéen, quand il fait 35°C, 36°C le jour et 20°C à 22°C la nuit, explique Mathilde Pascal, épidémiologiste à Santé publique France alors qu’en Bretagne par exemple le seuil est plus bas. Il suffit d’avoir des nuits à 18°C ou 19°C et des journées à 32°C 33° pour que les départements basculent en alerte canicule.

Publicité

Cette différence s'explique parce que physiologiquement, les organismes, sont un peu plus adaptés à la chaleur dans le sud et que par ailleurs, dans les régions les plus ensoleillées, les modes de vie, les habitations, les aménagements des villes sont en général, mieux conçus pour faire face à des températures élevées.

Nuits chaudes, douches tièdes

Les températures nocturnes sont très aussi importantes dans le déclenchement de ces alertes canicule parce que normalement la nuit, la température corporelle baisse. L'organisme libère de la chaleur à l’extérieur, en dilatant les vaisseaux sanguins. Mais pour que cet échange thermique existe, il faut évidemment que la température ambiante soit suffisamment basse, ce qui n’est pas toujours le cas lorsque les bâtiments ont accumulé trop de chaleur en journée.Dans ce cas, le sommeil est beaucoup moins bon et les organismes fatiguent plus vite, surtout chez les plus de 65 ans.

La douche froide n'est pas une bonne idée pour se rafraîchir parce que les vaisseaux sanguins vont se resserrer, ils évacueront donc moins bien la chaleur, et la température corporelle va remonter plus vite ensuite. C’est pour cela que les médecins recommandent plutôt une douche tiède. Autre conseil : s’humidifier régulièrement la peau pour favoriser un phénomène d’évaporation qui procure une sensation de fraîcheur immédiate, que l'on peut renforcer avec un ventilateur ou un courant d'air. Enfin les médecins rappellent l’importance de s’hydrater : boire 1,5 litre ou deux litres d'eau par jour, pour compenser les pertes d'eau liées a la transpiration.

Références

L'équipe

Anne Le Gall
Production