La Terre vue d'un satellite. - NASA / MAXPPP
La Terre vue d'un satellite. - NASA / MAXPPP
La Terre vue d'un satellite. - NASA / MAXPPP
Publicité
Résumé

La péninsule ibérique n’a jamais été aussi sèche depuis plus de 1000 ans et des chercheurs américains viennent de montrer qu'il s'agit d'une conséquence de l’élargissement de l’anticyclone des Açores.

En savoir plus

La sécheresse et la chaleur frappent de plein fouet l’Espagne et le Portugal. Et on sait (un peu) pourquoi. L’anticyclone des Açores, qui s'est agrandi, c’est cette zone où la pression atmosphérique est plus élevée que la moyenne. Située aux alentours de l’archipel du même nom dans l’Atlantique, il joue un rôle important sur la météo de toute l’Europe de l’Ouest, en orientant notamment les pluies vers le Nord du continent.

The expansion of a high pressure system over the Atlantic — the Azores High — is leading to the driest conditions on the Iberian Peninsula in the last thousand years, according to a modelling study published in @NatureGeosci: https://t.co/HKGVUsvol1

Publicité

— Springer Nature (@SpringerNature) July 5, 2022

Or, en étudiant les changements de pression atmosphérique dans cette zone au cours des 1200 dernières années, des chercheurs américains ont constaté que l’anticyclone a tendance à s’élargir, notamment depuis 200 ans. Autrement dit, depuis le début de la révolution industrielle. Ils établissent également un lien avec l'augmentation des émissions de gaz à effet de serre sur cette période.

Quelles conséquences concrètes ?

Le lien entre l’élargissement de cet anticyclone et la sécheresse actuelle a été fait avec la tendance générale de la réduction du volume des pluies sur ​Espagne et le Portugal, notamment l’hiver. Cette tendance - historique - est plus marquée depuis 1950. Pour parvenir à ses conclusions. les chercheurs ont alors combiné différentes mesures : à la fois des relevés météorologiques, des simulations informatiques mais également l’étude de stalagmites dans une grotte portugaise. En observant la chimie de ces colonnes minérales, il est en effet possible de repérer des périodes de sécheresse ou de pluies intenses plusieurs siècles en arrière. Autre conclusion de cette étude américaine parue dans Nature Geoscience : le niveau de ces précipitations devrait encore baisser de 10 à 20% d’ici la fin du siècle sur l’Espagne et le Portugal. Une sécheresse accrue qui pourrait menacer la culture des olives dans le Sud de l’Espagne , ainsi que celle de la vigne.

Le renforcement de cet anticyclone des Açores, n’a pas, à ce stade d’influence, énorme sur la France. On s’attend globalement à des étés un peu plus secs, et à des hivers un peu plus humides au Nord. Mais nous sommes moins affectés par ces changements que la péninsule ibérique qui s’assèche ou que le Royaume Uni qui risque, lui, de recevoir un peu plus de pluies l’hiver.

Références

L'équipe

Anne Le Gall
Production