Un moustique tigre. - EID MEDITERRANEE via AFP
Un moustique tigre. - EID MEDITERRANEE via AFP
Un moustique tigre. - EID MEDITERRANEE via AFP
Publicité
Résumé

Avec la chaleur, voici un autre désagrément de saison : les moustiques s’invitent dans les soirées d’été. Et le phénomène se confirme, le moustique tigre prend de plus en plus de place.

En savoir plus

Plus d’un Français sur deux risque de se faire piquer par cet insecte cet été. Le moustique tigre, aux rayures blanches, venu d’Asie, est apparu en France pour la première fois il y a 18 ans, importé par des voyageurs et il est désormais présent dans les deux tiers des départements Français. On le signale non seulement dans le Sud, mais aussi en Alsace, en Bretagne, ou en région parisienne. Seules les zones d'altitude ou les départements avec des températures plus fraîches échappent, pour l’instant, à sa présence.

Quels sont les risques liés à ce moustique tigre par rapport aux moustiques ordinaires ? La peau peut parfois être plus réactive, plus rouge, en raison de la nature de la salive de ce moustique, explique Frédéric Simard, entomologiste à l’institut de recherche et de développement de Montpellier. Mais, en général, c'est tout. Néanmoins ce moustique pose un problème de santé publique à long terme, car il est capable de transmettre certains virus comme la dengue, et zika ou le chikungunya. Ces virus ne vivent pas sous nos latitudes? mais des personnes porteuses (qui rentrent de voyage) peuvent donc exceptionnellement les transmettre sur le sol Français, à l’occasion d’une piqûre de moustique tigre.
80 cas "autochtones" de dengue, zika ou chikungunya ont ainsi été recensés en France.

Publicité

La moustiquaire est indispensable

Pour éviter les piqûres de moustiques en général, on peut oublier les bracelets répulsifs à base d’huile essentielle qui agissent trop localement. Les ultrasons,les lampes à lumière violette, c’est inefficace. Ces lampes peuvent piéger d’autres insectes mais pas les moustiques qui sont beaucoup plus attirés par notre odeur et notre chaleur que par la lumière.

En revanche pour se protéger, ce qui reste efficace, ce sont les moustiquaires, les vêtement clairs et amples, les courants d’air que l’on peut créer avec des ventilateurs. Les répulsifs peuvent aussi nous protéger plusieurs heures.Le magazine 60 millions de consommateurs vient d’en tester près d’une trentaine. Ça vaut le coût de comparer les marques, car selon les formules, la durée de protection peut varier du simple ou double de quatre à huit heures.

Références

L'équipe

Anne Le Gall
Production