<p>Une femme passe des tests au centre de recherche en neurosciences à Lyon. (Photo d'illustration)</p>
<pre class="tw-data-text tw-text-large tw-ta" data-placeholder="Traduction" id="tw-target-text" dir="ltr"> </pre> - JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
<p>Une femme passe des tests au centre de recherche en neurosciences à Lyon. (Photo d'illustration)</p> <pre class="tw-data-text tw-text-large tw-ta" data-placeholder="Traduction" id="tw-target-text" dir="ltr"> </pre> - JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
<p>Une femme passe des tests au centre de recherche en neurosciences à Lyon. (Photo d'illustration)</p> <pre class="tw-data-text tw-text-large tw-ta" data-placeholder="Traduction" id="tw-target-text" dir="ltr"> </pre> - JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP
Publicité
Résumé

Le documentaire "Cinq nouvelles du cerveau" sort en salles mercredi. Il y est notamment question d'intelligence artificielle, un domaine de recherche qui fascine autant qu’il inquiète.

En savoir plus

Le réalisateur Jean-Stéphane Bron a rencontré cinq neuroscientifiques de renom pour une plongée dans l'univers de la recherche sur l'intelligence artificielle. Son documentaire Cinq nouvelles du cerveau sort mercredi 16 mars au cinéma. "Non seulement on va reproduire l'intelligence humaine, mais on va être capable de la dépasser. On pourra aussi reproduire nos émotions et la conscience", déclare l'un d'eux dans ce film.

"Imaginez un voisin qui vous déteste ou qui vous aime, il pourrait pirater le cerveau. Je connais des zones de stimulations pour ça."

Publicité

Un autre scientifique confie qu'il veut fabriquer "des machines qui seraient libres de vivre sans nous"__. Ce n'est pas un film de science-fiction mais bien un documentaire car il vrai qu'un jour il sera possible de manipuler le cerveau de quelqu'un. Interrogé dans ce film, Niels Birbaumer, médecin spécialiste de la stimulation du cerveau, explique que la science permet aujourd'hui d'activer à la demande les zones du cerveau responsable de la concentration, du langage, des émotions, grâce à des électrodes.

Mais il craint que cette technologie soit développée sans contrôle par des géants du numérique. Chacun de nous pourrait se retrouver avec un casque de stimulation sur la tête pour améliorer les performances de notre cerveau ou notre humeur. Encore une fois ce n'est que de la fiction, mais c'est scientifiquement possible.

La science permettra un jour au robots de ressentir des émotions

Alexandre Pouget, professeur en neurosciences à Genève, estime que tout peut être mis en équation, aussi bien les prises de décision que les émotions. D'ailleurs, dans ce documentaire, plusieurs chercheurs imaginent que les robots ressentiront un jour du plaisir, de la tristesse, de la colère et qu'ils s'émanciperont des humains, avec leur logique et leur liberté. Mais d'autres chercheurs ne partagent pas cette théorie. Selon eux, le cerveau humain est beaucoup trop complexe pour être imité.

L'avenir nous le dira. En attendant, ce documentaire montre que la recherche sur l'intelligence artificielle laisse entrevoir plusieurs futurs possibles pour notre société et que nous avons tout à gagner à nous y intéresser maintenant.

Références

L'équipe

Anne Le Gall
Production