L'attaquant du Bayern Munich Kingsley Coman marque l'unique but de la finale de ligue des Champions face au PSG à la 59e minute, le 23 août 2020 à Lisbonne (Portugal). - MIGUEL A. LOPES / POOL
L'attaquant du Bayern Munich Kingsley Coman marque l'unique but de la finale de ligue des Champions face au PSG à la 59e minute, le 23 août 2020 à Lisbonne (Portugal). - MIGUEL A. LOPES / POOL
L'attaquant du Bayern Munich Kingsley Coman marque l'unique but de la finale de ligue des Champions face au PSG à la 59e minute, le 23 août 2020 à Lisbonne (Portugal). - MIGUEL A. LOPES / POOL
Publicité
Résumé

Les sportifs sont encore meilleurs quand ils affrontent leur ancien club. C'est le résultat étonnant d'une étude menée par des chercheurs russes. Ce constat pourraient aussi intéresser les directions des ressources humaines de certaines entreprises.

En savoir plus

Si vous êtes fan de football et notamment du Paris Saint-Germain, vous vous souvenez sans doute de cette finale de Ligue des champions au mois d'août 2020, le PSG affrontait le Bayern Munich, à la 59e minute... l'attaquant du Bayern Kingsley Coman marque le seul but de la rencontre et fait gagner son équipe face au club, qui l'a formé quelques années auparavant.

C'est une bonne illustration de cette étude menée par des chercheurs de l'Ecole des hautes études en sciences économiques de Moscou. Face à son ancien club, un sportif professionnel se montre, selon eux, encore plus efficace. Ils ont ainsi analysé les statistiques de basketteurs, de footballeurs et de hockeyeurs, qui évoluent dans les championnats de NBA, de NHL et en Europe. Et d'après ces données, les joueurs ont tendance à marquer plus de points, à être plus offensifs que lors d'un match plus classique.

Publicité

Stratégie et psychologie

Ces meilleures performances s'expliquent par deux paramètres qui sont à prendre en compte. Le côté stratégie, d'abord : le ou la joueuse connaît son ancienne équipe, ses points forts, ses points faibles, la personnalité de ses anciens coéquipiers. Bref, il va pouvoir plus facilement contrer les tactiques de son adversaire.

L'autre paramètre, c'est la psychologie. Affronter d'anciens coéquipiers peut être une source de motivation, encore plus si le joueur n'était pas assez valorisé avec son ancien club, avec peu de temps de jeu ou un salaire inférieur, par exemple. Tout cela, les chercheurs l'ont intégré dans leur analyse. Ces athlètes sont en quelques sortes animés par le désir de prouver à leur ancien entraîneur qu'il a eu tort de ne pas leur faire confiance. Ce deuxième paramètre, la psychologie, semble même plus déterminant que le fait de connaître la stratégie de son ancienne équipe.

On peut même élargir ces conclusions au monde de l'entreprise. C'est même finalement l'objectif de cette étude qui a été publiée dans une revue scientifique spécialisée en économie. En analysant les performances des joueurs, on peut en tirer des conclusions sur les stratégie d'embauches, sur les théories du management. Il suffit, en fait, de remplacer le joueur par un employé. Si vous parvenez ainsi à recruter un salarié d'une entreprise concurrente, il aura envie de se surpasser face à son ancien employeur.

Références

L'équipe

Anne Le Gall
Production