Une femme en télétravail à son domicile.
Une femme en télétravail à son domicile. - MOURAD ALLILI / MAXPPP
Une femme en télétravail à son domicile. - MOURAD ALLILI / MAXPPP
Une femme en télétravail à son domicile. - MOURAD ALLILI / MAXPPP
Publicité

Le gouvernement dévoile jeudi 6 octobre son plan sobriété face à la crise énergétique. Parmi les dizaines de mesures figure un encouragement au télétravail.

La technique a acquis ses lettres de noblesse pendant les confinements liés à la crise Covid. Aujourd’hui, l’objectif est de limiter les déplacements et réduire le chauffage dans les bâtiments, publics et privés. Car  cette mesure concerne aussi bien les administrations que les entreprises commerciales.

>> Crise de l'énergie : avec son plan de sobriété, le gouvernement joue (aussi) sa crédibilité environnementale

Publicité

Tous les acteurs devront s'y mettre, mais avec des moyens différents. Le ministère de la Fonction publique prévoit une revalorisation de 15% de l’indemnisation télétravail pour les agents publics. On passera de 2,50€ à 2,88€ par jour. Mais le gouvernement veut que les entreprises privées fassent de même. D’évidence, toutes n’auront pas les mêmes facilités budgétaires ou d'organisation. Première source de polémique. Autre point, l’aménagement du temps de travail : le patronat est partant. Le Medef reconnaît que des plages horaires de travail différenciées peuvent permettre de diminuer la consommation d’énergie.

Partenaires sociaux

C’est le troisième point : la négociation avec les syndicats. D’autant que le sujet prend une dimension européenne. Les réunions sur le télétravail ont démarré mardi à Bruxelles. Elles doivent aboutir à la rédaction d’une directive  pour mettre à jour la législation : volontariat des salariés, droit à la déconnexion, obligation de négocier un accord avant la mise en place du télétravail, prise en charge des équipements informatiques à domicile, formation, protection des données, etc.

Opportunités

La généralisation du télétravail à l’aune de la crise énergétique va profiter par exemple à des cabinets d’avocats spécialisés en droits du travail. Aux équipementiers informatiques également, à l’image de la plateforme de visio-conférence Zoom qui a connu un vif succès pendant les différents confinements et n’a pas attendu pour proposer une nouvelle tablette adaptée aux besoins de conférences à distance : modèle allongé, huit micros, trois caméras haute définition et logiciel intégré. La crise énergétique n'est pas une perte pour tout le monde.

L'équipe

Emmanuel Cugny
Production