Beaucoup de bruit pour rien ? Des actionnaires contestataires à la récente assemblée générale de TotalEnergies.  - HORST GALUSCHKA / DPA / MAXPPP
Beaucoup de bruit pour rien ? Des actionnaires contestataires à la récente assemblée générale de TotalEnergies.  - HORST GALUSCHKA / DPA / MAXPPP
Beaucoup de bruit pour rien ? Des actionnaires contestataires à la récente assemblée générale de TotalEnergies.  - HORST GALUSCHKA / DPA / MAXPPP
Publicité
Résumé

L'assemblée générale de TotalEnergies mercredi dernier, 25 mai, a vu se manifester des actionnaires contestataires quant à l'information sur le bilan climatique de l'entreprise. Ils étaient très peu certes, mais l'action a été largement relayée.

En savoir plus

Le mot de l'éco aujourd'hui se penche sur la récente assemblée générale de TotalEnergies mercredi dernier 25 mai, et sur le "bruit" provoqué par quelques actionnaires.

franceinfo :  Des actionnaires contestataires lors de cette AG, c'est-à-dire ?

Publicité

Grégoire Lecalot : Oui, l'assemblée générale de TotalEnergies mercredi dernier, 25 mai, les a projetés sous la lumière. Ils utilisent leurs votes en AG pour tenter de peser sur la stratégie climat des groupes. C'est logiquement dans le secteur de l'énergie que la tendance est la plus marquée et aussi chez certains fonds d'investissements.

Leur méthode, déposer des résolutions qui portent sur les politiques climatiques des entreprises. Une trentaine de textes de ce type sont déposés en Europe cette année. C'est peu, mais c'est le double de l'année dernière.

Est-ce que c'est le début d'un mouvement ?

Ce serait aller un peu vite en besogne. L'assemblée de TotalEnergies a démontré les limites de l'exercice. D'abord le nombre d'actionnaires qui portaient cette résolution demandant au groupe d'accélérer ses politiques de baisse des émissions de gaz à effets de serre, était infime par rapport à l'ensemble : 11 sur 28 000 actionnaires.

Ensuite il n'y a pas eu de vote sur la résolution : elle a été bloquée avant d'arriver devant l'AG pour des questions de légalité, a expliqué la direction. Enfin la politique climatique de TotalEnergies contre laquelle les actionnaires contestataires ont voté, a tout de même été massivement validée par l'assemblée générale à 89%.

Commentaire du PDG de TotalEnergies, Patrick Pouyanné : "Si vous considérez que la stratégie ne vous convient pas, chacun est libre, y compris de ne pas conserver ses actions de TotalEnergies."

C'est du coup beaucoup de bruit pour rien ?

Et bien l'intérêt c'est peut-être justement le bruit. L'initiative de ces actionnaires de TotalEnergies a été largement relayée. Et elle s'est tout de même invité à l'AG. De façon très feutrée, puisque Patrick Pouyanné s'est contenté de répondre à des questions écrites. Mais elle a sans doute eu l'existence que ses auteurs espéraient. D'autant que les auteurs en question ne sont pas des anticapitalistes ou des écologistes militants : La Banque postale, le fonds Edouard de Rotschild ou encore MN, un des plus gros fonds de pension hollandais.

Ces pressions des actionnaires peuvent tout de même avoir un effet. TotalEnergies a ainsi accepté de publier plus d'informations sur son bilan climatique. Et si le géant français a décidé de faire approuver sa politique climatique en AG depuis l'année dernière, c'est justement pour éviter de se faire imposer cette transparence par ses actionnaires. La mésaventure vient d'arriver à son concurrent américain Exxonmobile.

Alors, on est tout de même loin en France et en Europe de ce qui se produit aux États-Unis. Avec plus de 500 résolutions sur des sujets environnementaux ou sociaux, les actionnaires américains font preuve de bien plus d'audace. Il faut dire que le gendarme américain des marchés financiers a assoupli ses règles pour permettre le dépôt de ces résolutions iconoclastes et minoritaires. Ce qui n'est pas le cas de ce côté-ci de l'Atlantique.

Références

L'équipe