Une femme tient dans ses mains le nouvel iPhone 14 Pro d'Apple lors d'un événement spécial d'Apple le 7 septembre 2022 à Cupertino, en Californie.
Une femme tient dans ses mains le nouvel iPhone 14 Pro d'Apple lors d'un événement spécial d'Apple le 7 septembre 2022 à Cupertino, en Californie. - JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA
Une femme tient dans ses mains le nouvel iPhone 14 Pro d'Apple lors d'un événement spécial d'Apple le 7 septembre 2022 à Cupertino, en Californie. - JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA
Une femme tient dans ses mains le nouvel iPhone 14 Pro d'Apple lors d'un événement spécial d'Apple le 7 septembre 2022 à Cupertino, en Californie. - JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA
Publicité

Chaque année, environ 1,5 milliard de smartphones sont vendus dans le monde. S'il semble compliqué aujourd'hui d’avoir un travail ou une vie sociale sans en posséder un, c'est pourtant un désastre écologique, de l'extraction des minerais en passant par la fabrication jusqu'à la distribution.

Dans un smartphone, on trouve plus de 70 matériaux différents, dont près d'une cinquantaine de métaux rares et difficiles à exploiter. Leur extraction pollue l'air, l'eau et les sols, et ce phénomène devrait s'intensifier puisque la demande de ces matériaux rares devrait doubler d'ici 2060, selon la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement.

Ensuite, le bilan carbone causé par le processus de fabrication de cet objet est tout aussi désastreux. Selon l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), notre smartphone fait en moyenne quatre fois le tour de la planète avant d'arriver dans notre poche.

Publicité

Il est donc urgent de changer nos modes de consommation de téléphones portables. Et mieux consommer, c'est déjà moins consommer, en résistant au marketing agressif entrepris par certaines marques. Dans de nombreux cas, les téléphones peuvent être réparés, puis recyclés une fois qu'ils sont hors d'usage. Ensuite, plus un téléphone est complexe, plus il a de fonctionnalités, plus son coût écologique est important. Ainsi, revenir à des téléphones plus simples peut participer à réduire l'empreinte de cet objet sur la planète.

Enfin, depuis peu fleurissent des marques de téléphones dit équitables, qui, s'ils ne sont pas parfaits, permettent de réduire considérablement le coût écologique de l'appareil, et préserver les droits humains à travers le monde.

Dans ce nouvel épisode d'Un degré de conscience, Emma Haziza et Salomé Saqué détaillent le coût écologique de nos smarpthones, avant de mettre en lumière différentes solutions, aussi bien à l'échelle politique qu'au niveau individuel.

Sources utilisées dans cet épisode :

Le rapport ADEME

Le billet sciences : 100 millions de téléphones dans nos tiroirs