Près de 100 000 personnes meurent prématurément chaque année en France à cause de la pollution de l'air. Illustration.
Près de 100 000 personnes meurent prématurément chaque année en France à cause de la pollution de l'air. Illustration. - EMMANUEL DUNAND / AFP
Près de 100 000 personnes meurent prématurément chaque année en France à cause de la pollution de l'air. Illustration. - EMMANUEL DUNAND / AFP
Près de 100 000 personnes meurent prématurément chaque année en France à cause de la pollution de l'air. Illustration. - EMMANUEL DUNAND / AFP
Publicité

Près de 100 000 personnes meurent prématurément chaque année en France à cause de la pollution de l'air. En Île-de-France, ce type de pollution tue quasiment autant que le tabagisme et quatre fois plus que l’alcool. Pourtant, cette pollution pourrait être largement limitée grâce à des politiques publiques conséquentes et une adaptation de nos comportements individuels.

Les études s'enchaînent, et le nombre de pathologies liées à la pollution de l'air grandit. L’étude Xenair, conduite par le Centre Léon-Bérard (CLB) et le Centre de lutte contre le cancer de Lyon et Rhône-Alpes vient de confirmer une association statistiquement significative entre l’exposition aux polluants atmosphériques et le cancer du sein. Une autre étude publiée en septembre 2022 montre pour la première fois comment la pollution de l’air aux particules fines déclenche le cancer du poumon chez les non fumeurs, par la mutation d’un gène.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

En dépit de ce constat accablant, la pollution de l'air en France et à travers le monde reste encore trop élevée. Cette situation n'est pourtant pas une fatalité. Des politiques publiques structurelles pourraient significativement modifier le niveau de pollution, au niveau agricole et industriel notamment, tandis que des initiatives individuelles peuvent contribuer à la réduction globale de la pollution : privilégier le vélo ou les transports en commun à la voiture individuelle par exemple.

Publicité

Dans ce nouvel épisode d'Un degré de conscience, Emma Haziza et Salomé Saqué font le point sur les causes, les conséquences, et les solutions à la pollution atmosphérique.

Sources utilisées dans cet épisode :

Pour connaître la qualité de l'air dans votre ville

L'étude citée sur le cancer du sein

L'étude Santé publique France sur la baisse de mortalité liée à la pollution pendant le premier confinement

L'étude sur le lien avec le cancer du poumon

Le classement des villes les plus polluantes